eternal-sunshine-carrey-winslet

La rupture, that bitch

Cet article où l’art de vous faire croire qu’on peut réussir une rupture. J’étais partie sur un titre du style “Comment réussir sa rupture ?” et j’avais pour intention de publier un article vide, parce que les mots “réussir” et “rupture” forment un couple impossible.

Mais l’été est bien là, septembre approche déjà, la chaleur de cette saison et les remises en question de la rentrée vont causer leur lot de ruptures, comme chaque année. N’avez-vous jamais remarqué qu’entre juin et octobre, beaucoup de couples se séparent autour de vous ? Ainsi, vous dites adieu aux soirées à chier dans lesquelles personne n’embrasse personne parce que tout le monde est en couple hyper exclusif. Puis arrive la transpiration de l’été et l‘envie d’aller voir ailleurs, pas qu’hors de Paris, pas qu’hors de France. Vous vous rendez compte que cette année vous avez plein de projets mais vous n’arrivez pas à y inclure votre partenaire amoureux. D’ailleurs, vous avez retardé vos demandes de prise de congés parce que vous flippez d’aller dans sa famille ou qu’elle vienne dans la votre. Cela fixerait votre couple alors que vous n’avez qu’une envie : l’envoyer balader avec vos fringues d’hiver.

Mais rompre n’est pas aussi facile que d’ôter ses collants, ça prend beaucoup plus de temps qu’un simple « Aujourd’hui, je marche jambes nues dans la rue » et c’est surtout beaucoup plus compliqué. On ne se lève pas un matin en se disant qu’on va rompre dans la journée alors que la veille on n’y pensait même pas. Non, ça prend des matinées et des nuits de prise de tête  « Je l’aime encore mais ça suffit pas … », « Je l’aime mais on ne veut pas la même chose, c’est vain »,  « Je ne l’aime plus mais quand même je l’aime encore un peu… ».

Vous passez vos soirées à regarder des films de Rohmer parce que ça vous aide à comprendre l’amour mais surtout la fin de l’amour,  et vous écoutez Benjamin Biolay en boucle en pleurant dans le métro. Finalement, vous vous plaisez un peu dans ce casse tête parce qu’il vous donne l’impression de vivre, impression que vous n’aviez plus depuis un an… Si c’est le cas, c’est qu’il est vraiment temps de rompre.

Votre décision est prise : vous devez rompre. Attention scoop : ça ne va pas être aussi simple.

 

1. Ôtez-vous de la tête que votre certitude est infaillible. Non, on n’est jamais certaine de nos décisions, et nos choix demandent parfois un long processus de réflexion rarement bien raisonnées. Soyez préparée au fait d’être déstabilisée par la répartie de votre future-ex (le but est bien là de rompre avec elle, pas de se laisser avoir par ses doux mots).  Elle va vous couper la parole à chaque mot qui n’ira pas dans son sens, en fait, toute votre conversation n’ira pas dans son sens alors elle cherchera à vous retenir par tous les moyens. Il est aussi possible qu’elle lâche l’affaire rapidement et qu’elle se casse au bout d’une heure. Envisagez toutes les éventualités et gardez en tête que vous tomberez sur la seule situation que vous n’aurez pas envisagée. Bref, partez comme à la guerre, vous ne reviendrez pas indemne.

2.  Le choix du lieu est parfois encore plus complexe que le choix des mots. Oubliez tous les conseils qu’on vous a donné et ceux qui suivent aussi. Si la rupture est une pute, votre pieu est bien le dernier endroit où rompre. D’ailleurs, ne vous a-t’on jamais dit qu’il valait mieux privilégier un lieu « neutre ». Hum. Rire jaune. Peu importe l’endroit où vous allez la faire chialer, ou la soulager (qui sait ?), ce lieu ne sera JAMAIS neutre : vous passerez les six prochains mois de votre vie à vous dire « Tiens, c’est là que j’ai rompu » : ERREUR. Surtout, ne sacralisez pas le lieu de votre rupture, car il se peut aussi qu’il soit le lieu d’une prochaine chouette rencontre. Choisissez un lieu dans lequel vous allez souvent par exemple. Soyez certaine que vous avez de la monnaie sur vous, il serait malvenu que ce soit votre future-ex qui paie la soustraction de votre relation. Allez dans un endroit calme pour que celle-ci puisse pleurer avec pudeur. Ca vous évitera de vous afficher mais surtout de l‘afficher, elle, par respect. Parce que malgré tout ça, vous avez beaucoup d’estime pour elle.

Si enfin vous n’avez pas l’intention de recoucher avec elle, évitez d’aller chez l’une ou chez l’autre. Le sex post rupture n’est jamais bon, surtout lorsque vos yeux sont tout aussi mouillés que vos sexes. Cela pourrait aussi vous faire croire, autant à vous qu’à elle, que ce n’est pas fini. L’amour avec les larmes, c’est beau comme dans les films, mais c’est glauque, comme dans les films aussi.

3. Certes, c’est vous qui êtes à l’initiative de votre rupture et vous y aviez murement réfléchi depuis longtemps. Certes, vous aviez déjà un peu fait le deuil de votre relation, mais cela ne vous épargnera pas  la douleur. Vous ne regrettez rien de cette relation, même pas qu’elle ait du finir, mais vous aurez tout de même besoin de compagnie. On n’envoie pas balader une relation de six mois, trois ans ou dix ans comme ça sans souffrir. Allez boire un verre entre amies ou allez danser à la Wet For Me. Si vous voulez vous remettre à draguer tout de suite, allez y, mais c’est à vos risques sans périls de vous retrouver dans le lit d’une meuf que vous ne désirez pas vraiment ou de vous réveiller en pleurs parce que vous ne savez plus soudainement pourquoi vous avez rompu, alors que si, vous saviez bien. Seulement, ça prend parfois du temps.

4. Et après ? Après, ce sera sans doute difficile et même si vous pensez que c’est plus difficile pour elle, ce n’est pas une pensée qui vous réjouit forcément. Vous seriez peut-être satisfaite de cette idée si c’était elle qui avait rompu. Mais là, vous n’avez personne à détester sauf vous-même de ne pas avoir vu avant que votre couple était vain parce que vous n’aviez pas la même vision du couple, ou parce que ce n’était juste plus possible.  Vous allez faire chier votre entourage avec des phrases bateau du style « L’amour c’est de la merde, le couple c’est la mort, venez on forme une communauté et on va élever des bébés ensemble au milieu des vaches dans la drôme ». Vous allez lever des verres à l’amitié. Enfin, un lundi matin (si si), vous sentirez une chaleur vous envahir, vous vous sentirez libérée du poids de la société et des chaines de votre relation passée. Vous
aurez envie de traverser nue les Champs Elysées, et vous finirez à poil sur le char de Gouine comme un camion à la marche de fiertés. Ça y’est, c’est bien terminé et cette fin sera enfin comme un nouveau commencement.5. Si vous aviez maladroitement bredouillé des explications lors de votre rupture, vérifiez auprès des amies de votre ex quel a été l’écho de votre séparation. Envoyez un mail si nécessaire, parce qu’elle avait vraiment compris tout de travers, ou c’est vous qui n’aviez pas vraiment été très claire. N’oubliez surtout pas que tout comme on ne peut pas « réussir » sa vie amoureuse, on ne peut pas non plus réussir sa rupture. Cela demandera du courage et des tripes. N’oubliez pas que vous ne serez jamais claire, que tout ce que vous direz sera mal interprété et que parfois vous allez le regretter. N’oubliez pas non plus que les êtres humains sont compliqués et qu’on ne vous a pas épargné.La rupture, that BITCH.
Ce n’est jamais facile mais si la rupture pouvait parler elle dirait : « You call me a BITCH like it’s a bad thing. »
Sarah

Photo : © Gabrielle Grenier

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

6 Comments

  1. Modern Eyes says:

    BITCH might be “the right thing”, the only one as not political !

    @Sarah,

    ma coloc’ me demande pourquoi tu écris : “on ne peut pas « réussir » sa vie amoureuse (…)” ?

    elle trouve que c’est vachement pessimiste même si elle trouve que c’est vrai qu’on ne réussit jamais vraiment une rupture.

  2. Tomate Verte says:

    Pour ma part, j’ajouterai ce double adage à la pertinence vérifiée : “ne jamais se remettre avec quelqu’un qu’on a quittée” et “ne jamais oublier pourquoi on l’a quittée”.

    Et je conseillerai la lecture de ce livre très éclairant (et facile à lire) : “Le choc amoureux” de Francesco Alberoni (sociologue), pour tout comprendre sur le mécanisme amoureux et désamoureux. Ca décape, je vous le garantis ! et par ailleurs ça m’avait remonté le moral après ma dernière rupture !

  3. Rosalie says:

    Tomate verte toutes les situations ne sont pas identiques. On peut rompre pour certaines raisons, et se remettre ensemble des mois ou des années après parce que justement on a compris, on a évolué, et que surtout l’amour est tjs resté présent malgré l’absence de l’autre.
    Alors pas trop envie de rester sur des regrets/remords toute sa vie, faire un jeu de ping-pong comme Sanson/Berger pendant les longues années après leur rupture…
    La vie est courte et si cette personne nous correspond vraiment malgré certaines différences il ne faut la laisser filer !

  4. Sarah says:

    @Mordern Eyes:
    Quand je parle de réussite, j’entends véritablement que pour moi on ne réussit pas sa vie amoureuse ni ne la ratons-nous. On ne réussit pas sa vie amoureuse comme on réussit ses exams, son master ou son bac. C’est ce que j’entendais.

    j’ai l’air pessimiste mais je ne le suis pas du tout, je me considère réaliste plutôt : )

  5. Plume says:

    Bah – si on en finit avec la relation obligatoire et tous ces modèles de dépendance que le patriarcat nous a fait croire universels, ma foi, la question pourrait bien prendre un tout autre aspect ; et nos vies aussi.

  6. Jeanne Chirac says:

    tu devrais écrire un article sur les dix bonnes raisons de ne pas se taper une gouine parisienne. Quelques poncifs, quelques lieux communs, un ou deux noms propres… et… oh mon dieu, la gouine de la câpitâle écoute-t-elle Vincent Delerm ? En cachette ? S’en inspire-t-elle ? Rive gauche ou droite ?

Leave a Comment

*