Dwam Ipomée_0

Barbie du mois #3: Dwam

Photographe, modèle et féministe, Dwam n’en finit pas de multiplier les talents. Si on la connaît surtout pour ses photos et son activité de tatoueuse, c’est un tout autre projet qui a poussé Barbi(e)turix à s’intéresser de plus près à la jeune femme.

BBX : Plutôt université ou Tuto youtube? ( comment as-tu appris tout ce que tu fais ?)

Dwam : Mi-université, mi-tumblr, je dirais. J’ai fait des études, certes, en écoles d’art, mais bien que je puisse pas nier l’enseignement technique et artistique que j’y ai trouvé, je pense que c’est définitivement en dehors que je me suis construite et que j’ai nourri ma pensée – et mon travail artistique. Je bosse dans différentes branches : pour l’illustration, merci l’école, en tant que tatoueuse, là encore, c’était moitié apprentissage moitié autodidacte ; en tant que photographe et modèle, ainsi que pour la video, disons que j’ai appris sur le tas, et par échange et expériences avec d’autres artistes. Par contre, pour tout l’aspect militant, réflexion et convictions, c’est vraiment par internet que j’ai découvert de quoi réfléchir et évoluer – et ça influe sur mon travail artistique, évidemment. Je ne plaisante pas en citant Tumblr, tout comme twitter et d’autres réseaux : les flux de féministes intersectionnelles, les mouvements queer, les témoignages, les partages et les témoignages de différents individus,  ont été pour moi le plus grand bol d’air loin de systèmes de pensée sclérosés.

Tatouage de Dwam

Chômage ou CAC 40 ? (tu vis de ton art ?)

Je ne pense pas que l’on soit nombreux à répondre oui… Pourtant, si, je peux dire que je vis de mon art, mais soyons franche, c’est le tattoo qui me finance. J’essaie de faire en sorte de bosser suffisamment pour vivre sans trop de souci, tout en gardant du temps pour d’autres projets (tant bien que mal, c’est un équilibre toujours difficile). Pour avoir vécu avec des photographes, j’ai démarré avec une vision réaliste de ce qui m’attendant dans ce milieu, je pense, et j’ai cherché d’autres solutions.

Sport ou charcut’ ? (Ta vie, elle est plutôt healthy ou débauche ?)

Complètement healthy. J’essaie d’avoir un mode de vie sain, et de prendre soin de ma santé – qui était fragile. Je suis végétarienne par choix, et j’essaie de manger au maximum bio, et si possible local, dans la mesure de mes moyens. Un peu de sport – yoga, danse, piscine – quand je peux, mais c’est difficile d’organiser une routine avec mon travail. Je ne bois pas ni ne fume – par goût, et je ne sors vraiment quasiment pas – je ne suis vraiment pas sociable. Ça en surprend beaucoup, j’ai remarqué. Je suppose que mon apparence de lesbienne tatouée bavarde, pour beaucoup, ça doit forcément coller au cliché “party animal sous drogue”, sauf qu’en réalité je suis à l’autre extrême (ces gens là n’ont pas encore intégré l’autre cliché de lesbienne végétarienne misanthrope”, j’imagine).

Chocolat ou cocaïne ? (ta drogue en vrai, c’est quoi ?)

Le Liptonic !

Photo par Milloux

Drama ou peace&love?

HAHA. Alors là ça dépend vraiment des jours – et la réponse à mon sujet varierait du tout au tout selon qui y répond. Je pense (enfin non, je sais) que je peux donner une image très cool et peace, et puis on déchante quand on me connait vraiment. Je suis extrêmement exigeante, irritable, vite en colère, et rancunière. J’y travaille et j’essaie de contrôler tout ça, mais j’explose toujours facilement, même si avec l’âge je me calme un peu. Disons que tant qu’on ne m’emmerde pas ou qu’on ne me fait pas de mal, à moi ou mon entourage, je suis toute love ; mais du moment où les déclencheurs sont allumés, je me transforme en harpie sauvage et vengeresse. Mais mes déclencheurs ont une tolérance très basse !

Discothèque ou plateau tv ? (si tu sors, où, quand, comment ?)

Je ne sors pas ! C’est vraiment occasionnel. Je vais danser dans quelques soirée queer (comme les Cliquette Mandale à Nantes) – et là je donne tout ; mais sinon, même rentrer dans un bar me file parfois des crises de panique, donc je suis plutôt du genre à prendre un thé chez moi tranquille.

C’est quoi ton féminisme?

Mon féminisme ? Vaste question ! Mon féminisme essaie d’être inclusif, intersectionnel, et évolutif. Mon féminisme essaie d’être conscient de ces privilèges : je suis une femme bio, queer, certes, avec les discriminations qui vont avec, mais je suis aussi blanche, éduquée et aisée, et j’essaie de ne jamais l’oublier, à la fois dans mes revendications, mais aussi pour me rappeler mes propres oeillères. Mon féminisme est bien trop conscient des compromis patriarcaux que je m’accorde pour dormir réellement tranquille la nuit. Mon féminisme est sans arrêt en conflit avec lui même, et avec le monde, et en remise en question permanente.  Mon féminisme se débat avec mes propres questionnement en permanence. Sur tous les fronts. Comment formuler mes pensées, et participer aux combats des femmes, alors que je ne m’identifie pas comme une femme, par exemple, mais queer et pangender ? Mais comment me présenter et expliquer les questions de genre et d’identification, sans donner l’impression de juste vouloir échapper à la condition féminine, ou la nier ?

Ou encore, comme dans mon travail de photo et video, comment produire des contenus érotiques honnêtes et sex-positifs, sans avoir l’impression d’être un pion de plus dans le grand jeu de l’objectivation et de l’hyper-sexualisation ?  Comment rester intègre, dans mes envies et mes projets, et mes convictions, sans faire plus ou moins consciemment le jeu de tout ce que j’essaie de combattre et déconstruire ? À côté de ça je sais bien que ce sont des questionnements sans fin, contradictoires, et qu’il n’y a pas de réponse unique, ni une solution magique. Alors j’essaie aussi de souffler un peu. Il y a peu, je suis tombé sur un très bon article qui s’intitulait “soyez de mauvais(e)s féministes, peu importe“, et ça reflétait vraiment mon impression du moment.

La vie idéale, c’est quoi pour toi?

C’est déjà plutôt pas mal pour l’instant ! Je recherche toujours plus d’équilibre, donc si je devais souhaiter encore des améliorations, je demanderais encore plus d’harmonie dans ma vie quotidienne, un rapport plus sain au travail et plus de temps pour nourrir la créativité. Et dormir plus, toujours plus !

Capture d’écran du court-métrage, Crystalline

Et enfin, parle-nous de tes projets pour les mois à venir.

En Février avec le collectif Fourchambers (Vex x Auryn x Blath) et Ortie nous avons tourné un premier petit court érotique : “Crystalline“. Nous aimerions continuer cette collaboration et en tourner d’autres. J’ai plein d’idées ! J’ai envie de créer précisément ce que j’ai envie de voir, ce qu’il manque (à mes yeux) actuellement. Et je pense que les femmes créatrices et les productions queers sont importantes, surtout dans ce milieu ! J’ai bossé dans le soft-porn pendant des années, avec la naïve conviction de changer les choses de l’intérieur, et d’essayer d’imposer ma vision sans me laisser bouffer par les stéréotypes et le sexisme ; et j’ai l’impression de m’être joliment plantée, et d’être devenu un petit maillon de plus dans la chaîne – et ça m’a changée, aussi. Mais au moins, je connais mon sujet. Et j’ai malgré tout toujours envie de travailler sur l’érotisme et la sexualité ; parce que je suis profondément convaincue qu’il y en a du bon à retirer – et à apprendre.

Mais comment créer hors du lavage de cerveau hétéro-normatif, du sexisme général, des injonctions contradictoires ? Comment vont être reçu nos projets ? Comment éduquer l’audience ? Comment intégrer nos questionnements sur l’importance des représentations, orientations, et la diversité ? Maintenant, j’ai envie de tenter une autre approche, consciente, plus libre et sans contraintes financières, sans pression de rentabilité.

Peut être certain•e•s d’entre vous aimeraient voir d’autres collaborations. Vous pouvez nous aider ! Financièrement, ou techniquement, ou symboliquement, en en parlant autour de vous, tout ça…. c’est ici :

Ton site / blog ? 

 inspiration : http://dwam.tumblr.com/
Photo de couv’: ici
Sarah

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

2 Comments

  1. timide says:

    je la trouve plutôt bien moi cette série Barbie du mois #

    bravo BBX, toi qui sait nous faire découvrir les réalités cachées.

  2. Léhaa says:

    Je me demandais si quelqu’un connaissait le nom de la musique qui passe lors de cette petite vidéo, fort sympatique?

Leave a Comment

*