Movies_Movies_W_What_Happens_in_Vegas_010744_

Crème Putassière #9

La Crème Putassière, c’est quoi ? L’argent, le buzz et le cul de la crémière. Barbi(e)turix décrypte pour vous l’actualité brulante de la semaine.

Femmes et Art, toute une histoire

Si les femmes ont toujours eu une place probante dans la peinture, cela tient sûrement au fait que les peintres idolâtraient leurs modèles au point de vouloir les coucher sur leurs toiles. Mais pas que. Pour résoudre le mystère de la muse, le site The Toast  a trouvé drôle de tourner en dérision une dizaine de tableaux de maîtres, de Vermeer à Hockney, en y apposant des légendes plus que sarcastiques. Ici, les femmes ne sont plus de simples fantasmes mais prennent le contrepied de l’attitude lascive à laquelle on les abonne.

I keep drinking, but it’s not making him more interesting

A noter également le coup de gueule visuel de l’actrice de Girls, Jemima Kirke, qui, il y a six mois, s’en prenait également à la même thématique, par ici.

« Prenons la une » : petite piqûre estivale

Si le manifeste de ces journalistes féminines et féministes (non, ceci n’est pas une insulte) ayant décidé d’en découdre avec les stéréotypes ambiants et le manque de parité dans le milieu du journalisme vous avait échappé, leur TumblR, petite pépite de ce qui se fait de pire à la une des grands quotidiens, nous rassure autant qu’il nous effraie. Si nous ne pouvons être que ravies de la visibilité d’un tel collectif et du travail qu’elles fournissent (récemment celles-ci ont suivies dix matinales pendant le mois de juin afin de rendre compte de la parité des sexes), on ne peut que s’effondrer devant le résultat final.

S’enorgueillir d’efforts minables faits à l’encontre des femmes vis-à-vis d’une parité qui devrait être acquise depuis belle lurette est toujours aussi désespérant, seulement voilà, nous avons encore besoin de collectifs et de médias tels que « Prenons la une » pour nous le rappeler…

” Nous, femmes journalistes, ne supportons plus les clichés sexistes qui s’étalent sur les Unes. Pourquoi réduire encore si souvent les femmes à des objets sexuels, des ménagères ou des hystériques ? Par ces déséquilibres, les médias participent à la diffusion de stéréotypes sexistes. Or ils devraient à l’inverse représenter la société dans toutes ses composantes “

Claude, 47 ans, dragueur invétéré

Si certaines personnes que nous ne nommerons pas expressément ici, (à savoir Christine Boutin,) trouvent perspicace le fait de citer certains articles du Gorafi comme des sources sûres, chez Barbi(e)turix on se dit que pour une fois on peut la jouer comme Christine. On vous conseille donc la lecture de l’article, dénonçant le harcèlement de rue.

Les gosses sont (aussi) dans l’air du temps

Les nouvelles pubs Always ne vous ont sûrement pas échappées. Avec leur slogan faussement racoleur #commeunefille, on s’attendait par avance à sortir les griffes pour le simple plaisir de démolir une firme de serviettes hygiéniques alors qu’en fait, non.

Du coup, on peut penser que cette mode – pas si nouvelle que ça, les mômes ayant tendance à investir la publicité depuis la nuit des temps – de combiner enfants et message viral n’est peut-être pas si inutile que ça. Preuve en est avec Jessica, une petite américaine adepte de l’estime de soi et compagnie, en seulement 50 secondes.

 An Si

An Si

Sbire candide de BBX, An Si s'intéresse à la culture queer, porn et mainstream. Ré-invente la langue française avec ses fautes d'orthographe.

Plus d'articles

Leave a Comment

*