528171_446964358668545_201539332_n

Lesbienne, bi, trans, gay : lève toi et marche !

L’affiche de la marche des fiertés 2014 a été dévoilée il y a quelques jours. L’occasion de revenir sur les origines de cette manifestation, il y a 45 ans.



C’était un soir de juin, un an après mai 68. Nous sommes à New York, la nuit est tombée et on fait la fête au Stonewall In, un bar fréquenté par les populations marginales de Greenwich village. Quand tout dérape. Un raid de police débarque, des heurts violents font dégénérer la soirée dans un tourbillon de violence. Les noctambules, lesbiennes, gay et trans se rebellent contre les « forces de l’ordre », bien mal nommées à cette occasion. Pour la première fois, la communauté LGBT se soulève contre les pratiques oppressives de la police.

A l’époque, l’homosexualité est considérée comme une déviance. En France, elle est inscrite dans la catégorie des maladies mentales jusqu’en 1981. Aux Etats-unis, il est interdit de servir de l’alcool aux homosexuels. Les histoires d’amours se vivent en cachette, les relations sexuelles se font à la sauvette. Les pissotières des parcs publiques constituent un haut lieu de rencontre pour les gays, comme l’explique le très bel ouvrage du sociologue Laud Humphreys Le commerce des pissotières : pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 60. 

C’est dans ce contexte que naissent les premières marches, dans le sillage des mouvements des droits civiques, du poing levé des « Black Panthers » et du combat d’ Angela Davis. Deux organisations homosexuelles se créent dans en six mois. Deux ans après, le 28 Juin 70, les premières « gay pride » sont organisées à Los Angeles et New York. Puis s’exportent Outre-atlantique à Munster en Allemagne. Elles sont aujourd’hui présentes dans le monde entier sous le nom de « Pride » ou « marche des fiertés ».

En France, le mouvement se constitue dans les années 70. Le FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire) se crée, et les organisations LGBT s’incrustent dans les défilés du 1er mai. Jusqu’au 25 juin 1977 où est organisée la première marche indépendante à Paris, entre la place de la République et la place des fêtes. Aujourd’hui elles rassemblent des dizaines de milliers de personnes dans tout l’hexagone.

Cette année, le parcours a été changé. Le 28 Juin, nous défilerons fier(e)s et combatives entre le jardin du Luxembourg et la place de la République, pour finir par un concert gratuit jusqu’à 21H. Avec en plus le char de « Gouine comme un camion » ! Les dates pour les autres villes sont disponibles par ICI.

Parce que si l’homosexualité est aujourd’hui bien heureusement dépénalisée le combat n’est pas terminé. La PMA reste à gagner, entre autres avancées nécessaires vers une véritable égalité des sexualités.

 

Toutes les informations sur la marche parisienne ICI.

Margaux

 

 

Margaux

 

Be Sociable, Share!

2 Comments

  1. timide says:

    Super !

  2. Lilou says:

    Merci d’avoir mit lesbienne en premier dans le titre, et gay en dernier. Je me sens aimée en tant que lesbienne. Sur l’affiche, le mot lesbienne apparaît en caractères plus petits (parce que plus long?) et du coup on ne voit que gay et bi donc je me dit que c’est encore une marche pour les hommes. Mais encore merci d’avoir mit gay en dernier dans le titre, ça réconforte.

Leave a Comment

*