Giulia Fois 2

Lecture conseillée pour l’été #1: Point G comme Giulia

Il y a un mois paraissait le livre de Giulia Foïs, animatrice sur Le Mouv’. Point G comme Giulia décline en format poche le concept de ses chroniques sexe. Barbi(e)turix s’était déjà intéressé à la demoiselle l’année dernière. Pas étonnant, Giulia, c’est un peu ce qui se fait de mieux sur les ondes radios, question stimulation des tympans. On s’est donc dit que ce serait pas mal de lui proposer un rendez-vous, histoire d’en savoir plus sur le « pourquoi du comment » de ce projet littéraire.

Giulia Foïs n’est pas qu’un gourou sexo-sociologique capable de répondre à toutes vos questions d’un claquement de doigts. Elle est journaliste avant tout, et plutôt modeste dans son genre : « ce n’est pas à moi d’apporter les réponses, j’essaye simplement d’aider l’auditeur à comprendre comment il a pu en arriver là ».

Mais pourquoi un livre ? Un peu sceptique au départ, je lui demande d’où vient l’idée de publier ses chroniques. 
Elle m’explique que c’est avant tout une commande d’éditeur mais également un désir pressant d’avoir des choses à raconter. Car oui, aussi invraisemblable que peut être le projet de faire un livre tiré d’une émission radio, Giulia Foïs s’en sort très bien. 

Depuis presque deux ans ½ d’existence, un nombre impressionnant de sujets ont été traités. Sexe, amour, famille, tout y passe sans exception.

Dans le livre, on apprend donc l’enchaînement de Point G, de sa création jusqu’à son nouveau format actuel, c’est-à-dire une heure d’émission – et non plus uniquement un créneau frustrant d’une simple demi-heure – ainsi que les personnes qui la composent, c’est-à-dire son acolyte Mathilde Terrier, aux Pointgistes fidèles et présents dans toute la France, en passant par la crème de la crème des sexologues, psychologues et sociologues. 
Mais – et c’est là l’originalité du livre – Point G comme Giulia n’est pas qu’un compte rendu, émissions après émissions de ce qui a pu s’y dire, c’est aussi une sorte de carnet intime où Giulia Foïs, originalement si discrète à l’antenne, se livre sur ses angoisses, ses doutes, son engouement pour tel ou telle cause sans jamais tomber dans un militantisme revendicateur. 
Ces confidences intimes,  jamais racontées pour le simple plaisir de parler de soi, sont ravivées par l’humour irrésistible qui la caractérise.

Je lui avoue également que son émission, m’a aidée moi, simple spectatrice, à trouver des réponses à mes questions, me sentir plus « normale » sans passer par une voie psychanalytique. Giulia fronce gentiment les sourcils, trois choses l’interpellent : le fait qu’elle ne voudra jamais se considérer comme une psy, puisque qu’elle est journaliste avant tout, le fait que je dise me sentir « normal » en me retrouvant dans les problèmes des autres puisque chaque réponse est différente pour chacun. Finalement, c’est surtout le terme « normal » qui lui hérisse le poil, il n’y a qu’à lire le chapitre qui est consacré à la normalité pour en être sûr, « être normal(e) » ne veut strictement rien dire. Et lorsqu’au bout du compte, on arrive à se mettre cette évidence dans la tête, tout semble immédiatement plus limpide. Quoiqu’elle dise, je suis, tout comme beaucoup d’auditeurs, reconnaissante des portes qu’elle enfonce, et du respect et du réel intérêt pour chaque personne qui la contacte.

Point G comme Giulia pourrait bien être le livre de votre été. Eminemment plus intéressant que l’éternel article sexo-cosmo de Cosmopolitan, il répondra, que vous soyez d’accord ou non avec son point de vue, à beaucoup de questions qui peuvent nous tarauder. Totalement gay-friendly et ouverte d’esprit, Giulia Foïs est à l’image de son émission, aussi agréable à écouter qu’à regarder.

photo : Radio France / Christophe Abramowitz

An Si

 

An Si

Sbire candide de BBX, An Si s'intéresse à la culture queer, porn et mainstream. Ré-invente la langue française avec ses fautes d'orthographe.

Plus d'articles

Leave a Comment

*