sciamma

Le nouveau film de Céline Sciamma bientôt en salles

Enfin ! Les premières images de Bande de filles, le nouveau long-métrage de Céline Sciamma, sont visibles sur internet  ! Un teaser sans paroles qui n’épuise pas notre hâte de voir le prochain bébé de la réalisatrice de Naissance des pieuvres et Tomboy. Cinq raisons de trépigner d’impatience avant sa sortie à la fin du printemps.

1- Gender power !

La recherche de son identité de genre, et de sa sexualité : on pourrait résumer ainsi les thématiques chères à Céline Sciamma. Son prochain opus ne fera pas exception à la règle puisqu’il racontera le combat de Marieme, 16 ans, pour se libérer des carcans d’une féminité codifiée au contact d’une « bande de filles » émancipées. Dans un entretien à France culture en mars dernier, la réalisatrice confiait à Laure Adler quelques éléments sur le film : « On a quatre jeunes filles qui tentent de vivre leur jeunesse. Elles ont cette particularité d’être toutes noires (…) c’est un terrain d’altérité et en même temps, on est complètement dans la continuité des thématiques des films précédents sur la naissance du désir, la pression du féminin et l’envie d’échapper à un destin tout tracé ».

Voir la bande-annonce ICI

Dès son premier film, Naissance des pieuvres, Céline Sciamma explorait la découverte du corps et les premiers émois homosexuels dans le milieu de la natation synchronisée. Puis, Tomboy racontait l’histoire de la jeune Laure qui se faisait appeler Mickael et tombait amoureuse de Lisa. Un film bouleversant qui interrogeait les codes du genre, la liberté de se définir comme on le désire sans jamais tomber dans le militantisme provocateur. Car la force de Céline Sciamma c’est de poser sa caméra à la hauteur de ses jeunes personnages, de ne jamais lâcher leurs ressentis et leur subjectivité.

 

2- Une femme ET une lesbienne au pays du cinéma

Les femmes sont déjà une denrée rare derrière la caméra. Mais une réalisatrice LESBIENNE et « grand public » (Tomboy a dépassé les 300.000 entrées), là on passe carrément du côté de l’exception notable. Elue « lesbienne de l’année » par Yagg en 2011, Céline Sciamma est sortie du placard et s’assume. Elle a réalisé en 2009 le très beau court métrage Pauline dans le cadre du concours « jeunes et homos sous le regard des autres» qu’on peut voir par ici, avec Anais Demoustier. Et si l’on s’aventurait à considérer la déclaration d’Adèle Haenel aux Césars 2014 comme un coming-out, on irait presque jusqu’à émettre l’éventualité plausible d’une relation entre les deux jeunes femmes.

3- Pour prouver au Festival de Cannes qu’ils se sont bien plantés 

Télérama avait mis Céline Sciamma dans sa sélection des jeunes talents prometteurs de l’année et pronostiquait sa présence dans la compétition officielle cannoise en 2014. Raté. Il faut dire que si le président du festival Thierry Frémaux se targue d’avoir sélectionné quinze réalisatriCES cette année, seules deux femmes se sont hissées jusqu’à la compétition suprême. Sciamma avait déjà été sélectionnée dans la catégorie « Un certain regard » pour  Naissance des pieuvres en 2009. On regrette qu’elle ne l’ait pas été cette année.

Mais ouf, le film sera présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs 2014 !

4- La vocation du cinéma

Elle l’avoue elle-même, Céline Sciamma vient d’un milieu où « il y avait du goût pour le cinéma ». Une grand-mère fan des comédies musicales des années 40, l’autre petite cousine de Jacques Demy, la passion des salles obscures, Sciamma l’avait dans le sang. Après une maitrise de lettres et une expérience expresse dans le marketing, elle cède donc à sa passion et intègre la très prestigieuse FEMIS, creuset de la crème des réalisateurs intello français (Claude Miller, Alain Resnais, Louis Malle, Arnaud Desplechin et Pascale Ferran sont entre beaucoup d’autres passés par là).

5- Fuck Civitas

Parce que trois ans après sa sortie en salle, les fachos de Civitas ont découvert Tomboy et ont décidé d’en faire leur épouvantail anti-djendeur. Ambiance, « doux jésus, une fille qui veut être un garçon ! Une fille qui aime une autre fille ! ». La raison de leur ire : la projection du film dans les écoles primaires dans le cadre du programme « école et cinéma », et sa diffusion sur Arte. Pas de chance, le bazar qu’ils ont fait s’est retourné contre eux puisque 1 253 000 téléspectateurs étaient devant la chaine franco-allemande ce soir là. Bien fait pour toi Alain Escada !

Margaux

 

4 Comments

  1. timide says:

    c’est cool d’en entendre parler sur BBX qui est quand même relativement plus consacré à la musique electro !

    Céline Sciamma est née en 1980 et je trouve qu’elle a une sacrée bonne bouille de réal cette nana ! ( Et cette paire de lunettes ! Enorme ! )

    Je me demande si en tant que réalisatrice, elle considère son cinéma dans le genre queer ?

    Mais, c’est sa “dir’ phot’” régulière Crystel Fournier que j’affectionne tout particulièrement dans son cinéma post nouvelle vague.

    Aussi, son choix de Dj Vitalic m’avait beaucoup touchée dans son premier long.

    générationnellement, je trouve ça important qu’une nana représente la compétition actuelle avec xavier dolan par exemple. c’est la crise mer***, et eux, ils continuent à tourner : c-a-d être produits et diffusés alors que plutôt jeunes pour des “fabriqueurs” de pellicules cinématographiques.

    franchement, chapeau bas !

  2. Majou says:

    @timide: c’est Para One et pas Vitalic qui a composé la musique de Naissance des Pieuvres ;)

  3. Guillot says:

    J’ai vu vos films…j’ai aimé…jaurai une histoire un peu compliqué mais tellement banal pour une société qui est a l’écoute de pas grand chose. Lol. Céline, j’aimerai vraiment vous faire par de cette histoire.. Je vous en dit un peu..évidement c’est l’histoire d’une femme ou se mêle sa vie professionnel ds le sport a haut niveau, sa vie de femme, sa vie de maman, ses envies, ses désirs qu’elle va écouter malgré toutes les difficultés mais rien d’extraordinaires juste beaucoup de sentiments qui se croisent et s’entrecroisent. Et je suis sur que vous pouvez faire passer ses émotions, je l’ai vu. A vous de voir! Merci de m’avoir lu.

Leave a Comment

*