Purity Ball Cover

“Papa protège ma virginité” : l’essor inquiétant des bals de pureté aux Etats-Unis

Un bal de pureté, c’est une cérémonie où père et fille signent un accord dans lequel, le père s’engage devant Dieu, à être le garant de la virginité de sa descendante. Le tout est symbolisée par un anneau qu’elle portera jusqu’à son mariage. Dans les communautés de chrétiens évangélistes américaines, le phénomène  est en pleine expansion.
Pureté, ici, ce n’est pas seulement ne pas avoir de relation sexuelle avant le mariage, c’est également ne pas embrasser, et ne pas avoir de petit ami tout court (et encore moins de petitE amiE). Bref, à 12/14 ans, ces jeunes filles disent adieu à toute vie affective jusqu’au mariage. Elles se retrouvent ainsi, en pleine adolescence, non seulement privées de se découvrir et de faire des expériences personnelles, mais elles sont présentées comme étant des êtres tellement faibles qu’elles ont besoin de leur papa pour tenir cet engagement !
Dans un documentaire américain sur le sujet diffusé dans l’émission Nightime Prime sur ABC News, un père dit même à sa fille de 12 ans en plaçant l’anneau de pureté sur son doigt : “Tu gardes ça sur ton doigt et à partir de maintenant tu es mariée au Seigneur et ton père est ton petit ami”. Et effectivement, toute la cérémonie est organisée comme un simulacre pervers de mariage entre le père et sa fille : robe blanche, signature du contrat, remise de l’anneau de pureté.
Ces festivités ne sont pas une lointaine tradition qui perdure mais une invention récente ! En effet le mouvement initial des gages de pureté a débuté dans les années 1980 aux Etats-Unis. Entre la libération sexuelle perçue par certains comme une décadence, et l’épidémie de SIDA qui s’étendait, les adolescents commencèrent à faire voeu d’abstinence et à porter des anneaux pour le signifier.

Mais ces bals de pureté père/fille, et l’idée de jeunes filles donnant leur virginité à leur père jusqu’au mariage existent depuis une dizaine d’années, seulement, dans les communautés des chrétiens évangélistes. Ils se développent de façon inquiétante, puisqu’ils sont maintenant présents dans 48 des 50 états des Etats-Unis.

Au-delà de la cérémonie à la mise en scène choquante, on en revient finalement à l’époque où la femme était soumise à l’autorité de son père jusqu’au mariage, où elle passait, alors, sous l’autorité de son mari.

Et pour les garçons ? Pour eux, pas de cérémonie où maman s’engage à protéger leur virginité. Contrairement aux filles, ils sont assez grands pour se gérer seuls… Ils ont en revanche droit à une fête pour célébrer leur entrée dans “L’âge d’homme” ou l’adolescence, pour nous autres.

Ces cérémonies n’ont pas encore lieu en France, mais à voir la bien piètre image des femmes promue par des collectifs tels que les Antigones, par exemple, il y a de quoi s’interroger…

Jude

Be Sociable, Share!

25 Comments

  1. Félix says:

    Le commentaire sur les Antigones à la fin est complètement gratuit. Les Antigones sont féministes, pas à la façon “sextremiste” des femens, soit, mais elle ne sont pas du tout pour que la femme soit soumise à l’autorité de son père puis à celle du mari. C’est n’importe quoi de dire ça !

  2. WildBeast says:

    beh non les antigones ne sont pas féministes – il suffit de se souvenir de leur présentation : “filles de nos pères, femmes de nos maris, mères de nos fils” … en tout cas pas des individus à part entière…

  3. Artemisia.g says:

    @ Felix
    Premier contresens: les Antigone sont clairement dans une mouvance anti-féministe, pas féministe. Elles disent lutter pour “la féminité des femmes” car “la femme n’est pas un homme comme les autres”. Elles se placent du côté des extrémistes anti-djendeurs affiliés à la manif pour tous et revendiquent une place subalterne pour les femmes. Donc second contresens: elles prônent clairement que la femme soit soumise à l’autorité du papa et du mari (et j’ajoute du curé). C’est une idéologie très extrême droite catho et je m’étonne que tu viennes les défendre ici!!!!!

  4. julz says:

    Oui j’avais vu ce documentaire sur arte qui l’avait rediffusé en janvier,
    ça fait peur, surtout que les commentaires de la vidéo sont chargés eux aussi,
    du genre “non, mais ils ont des fondamentaux au moins, ils savent garder quelques
    valeurs au sein de cette société décadentes”…

    On a l’impression qu’il n’y a que les Américains pour faire ça, mais certains Français
    ont l’air tenté eux aussi…

  5. annok says:

    J’ai fait ma scolarité dans un lycée privé dans le Maine-et-Loire où survivent et se reproduisent (entre eux) des catholiques, pour certains royalistes, issu des familles historiquement aristocratiques. Pour leur 13 ans, deux de mes amies m’ont raconté qu’elles avaient eu droit à une belle et grande cérémonie à l’Eglise où elles ont fait voeu de chasteté devant le prêtre jusqu’à leur mariage.
    Cet événement a été précdé de quelques jours de retraite réflexive spirituelle père-fille-curé.
    On est moins dans le spectaculaire qu’aux US, mais on y est quand même…

  6. no says:

    “Les Antigones son féministes” ?!? @Félix, renseignez vous un minimum au lieu de dire n’importe quoi, merci.

  7. L'étudiant says:

    D’acc c’est extrême et tordu de dire “ton père et ton petit copain et tu es marié à Dieu. Mais de manière générale je ne vois pas en quoi la chasteté ou virginité avt le mariage est choquante. Ce n’est pas un pb de féminisme ou non puisque la virginité concerne filles et garçons, Qu’en pensez vous?

  8. julz says:

    @L’étudiant c’est gênant quand c’est forcé, que l’on subit une pression de la part
    de l’ensemble de sa famille et de sa communauté pour ne pas avoir de relations sexuelles, qui sont dites “sales”.

    D’autant plus quand des contre-vérités sont utilisées pour cela. Ayant vu le documentaire,
    je me souviens d’un jeune adolescent qui répondait à la question de l’intervieweur “pourquoi
    ne veux-tu pas avoir de relations sexuelles sexuelles avant le mariage ?” en invoquant comme
    première raison “pour ne pas avoir le sida”.

    Donc pour lui, relations sexuelles hors mariage = sida. On imagine bien qu’on a dû lui dire que le préservatif c’est mal, mais c’est tout de même un raccourci rapide et puis ça n’empêche pas de l’attraper ensuite avec sa future femme ou de lui transmettre s’il l’a sans le savoir…

  9. DE POTTER says:

    Non, la virginité n’est pas choquante pour les féministes, pour moi en tout cas, si elle est choisie par la jeune fille. Ici, il est question de la protection de la virginité par le père, comme si la virginité était la seule réponse à un monde viril, hostile, violent. Un père peut apprendre à sa fille à dire non et à se défendre pour autant que cette réponse corresponde à ce que sa fille ressent. Mais présenter les relations sexuelles (hors mariage) comme une abomination à éviter à tout prix (et donc à ne pas enseigner la contraception et la protection contre le sida) est inacceptable. Le serment de virginité vaut non pas jusqu’à la majorité, mais jusqu’au mariage. Difficile de croire qu’après une telle pression la sexualité sera perçue comme positive, même après le mariage, mais ça, c’est encore une autre question. Le plus choquant est évidemment l’aspect incestueux manifeste !

  10. timide says:

    @ Jude,

    il y a de quoi s’interroger ou tout simplement se faire en long en large et en travers toutes les saisons d’American Pie connues aussi sous l’appellation : “Folies de graduation”, (sic) wikipedia !!!

  11. OuiMaisBon... says:

    Moi je trouve ça triste. En dehors des débats stériles sur les opinions et les croyances de chacun, c’est une contrainte clairement imposée, et tout à fait contre nature. Pas de relations (sexuelles ou non) -> Comment voulez-vous qu’elle s’en sorte ? Alors reste le milieu social et les traditions. J’imagine sans peine que son mari sera choisi par ce même père qui lui a passé la bague au doigt (sic) et qu’elle n’aura pas besoin de chercher, juste de l’accepter… Deuxième contrainte. Non seulement pour elles, mais pour leurs enfants…
    Bref des valeurs oui, mais avec parcimonie …

  12. noémi says:

    détrompez vous,
    je ne suis pas pratiquante, je ne suis pas ‘pour’ pour autant,
    mais ces filles sont heureuses là ou elles sont, elles ne sont pas obligées de le faire et le font souvent par leur propre volonté. Elle choisissent leur mari, suivi ensuite de l’accord du père.
    Cet article me paraît assez pauvre, tant dans sa recherche que dans ses propos. Ce fait est bien plus complexe et profond (symboliquement) que vous le dite, d’une manière trop subjective d’ailleurs.
    Ne vous faites pas d’idées des choses sans les connaître vraiment, ce serait se fermer à un monde que l’on ne connaît pas.

  13. Yna says:

    @Artemisia.g et @no : Les Antigones sont effectivement féministes, ne vous ne déplaisent. Leur féminisme n’est peut être pas aussi violent et castrateur que celui des Femen, mais elles ne pronent aucune soumission pour la femme !.. Où allez vous-chercher cela ? C’est peutêtre à vous de vous renseigner, non ?

    Extrait de leur manifeste :

    “Les femmes ont une sensibilité différente, une volonté différente, des moyens d’actions différents de ceux des hommes. Ces différences sont une richesse à cultiver et cette altérité est féconde sur tous les plans.C’est pourquoi, nous construisons notre démarche sur la complémentarité des sexes”

    “Notre démarche se veut fondamentalement émancipatrice.”

  14. cheper says:

    Annok, votre histoire de lycée dans le Maine-et-Loire m’intéresse. Sainte-Marie? Sainte-Agnès? Duquel s’agit-il?
    Pourriez vous me donner plus d’infos sur cette cérémonie des 13 ans?
    Merci d’avance

  15. Sartoris says:

    @Yna : oui et que les antigones manifestent à côté de Béatrice Bourge, d’Egalité et Réconciliation, des Homen et autres joyeux mouvements comme Jeunesse Identitaire (qui sont de tous de grands partisans du féminisme) ça ne veut rien dire ?

    Allons, arrêtons de jouer aux hypocrites deux minutes.

  16. Jacob says:

    Le père garant de l’occlusion vaginale! C’est de l’inceste, c’est a vomir, enfilez vous jesus dans l’anus.

  17. Camille says:

    C’est juste… glauque.
    Je ne suis pas sure qu’à 12 ans ces filles sachent vraiment ce qu’elles font. Je suis dans une famille chrétienne mais je n’ai jamais vraiment eu la foi. Cependant vers cet age la j’ai fais ma première communion, pour mes parents et juste pour la fête sans trop réfléchir à ce que moi je pensait. Juste pour dire que les engagement à cet age ce n’est peut être pas très constructif. Mieux vaux grandir,se faire sa propre opinion et après s’engager.

  18. Moutarde says:

    Que l’on veuille garder sa virginité, c’est un choix personnel, que l’on doit respecter, mais là, le problème, c’est que des gamines de 12-13 ans s’engage sur quelque chose dont elles n’ont pas conscience.
    Et le tout prend une dimension glauque et archaïque avec papounet le gardien de la virginité de sa fifille. D’abord, pourquoi seul le père ? Et la mère ? Ensuite, pourquoi garder ? Mieux vaut expliquer à son enfant quand il se pose des questions sur la sexualité, plutôt que de l’enfermer dans un carcan blanc avec des froufrous.

    Dernière chose, pour revenir sur les commentaires des Antigones, je ne sais pas si on est vraiment féministe quand on prétend que la femme est différente de l’Homme sur ses aspirations et moyen d’action, etc etc. De plus, elles ne prônent pas l’égalité, mais la complémentarité, donc pas féministes.

  19. Lucien says:

    C’est chrétien évangélique, pas évangéliste !
    Lisez des livres, c’est vous qui m’inquiétez …

  20. Prud'homme says:

    Toute la symbolique psychanalytique du parent incestueux, magnifiée par la religion. “Ma fille, promet moi que tu te garderas de toute activité et épanouissement sexuel en m’obéissant au doigt et à l’oeil”… iiissshhhh

Leave a Comment

*