398922_10151471697495384_879901820_n

Rroxymore, “le mode de vie berlinois me permet d’être moi-même”

Hermione Frank alias Rroxymore, visage familier de la Wet For Me, est aussi le bras droit sur scène de Jam Rostron aka Planningtorock. À l’occasion des 10 ans anniversaire de Barbi(e)turix le 26 avril prochain à la Machine du Moulin Rouge, nous avons posé quelques questions à celle qui pendant un temps, programmait les soirées du collectif. Elle nous parle de Jam, de Montpellier, de Berlin, sa ville d’adoption puis de Barbi(e)turix. Rencontre.

En 2012 tu sortais un titre sur l’EP de Planningtorock HL001 ? Comment tu as rencontré Jam ? 

HL001 était une sortie conjointe, un split ; la première sortie du label Human Level (label de Planningtorock), pour être exacte. Nous tournons ensemble depuis la sortie de son précédent album W. Avant ma venue à Berlin nous étions un peu en contact via le web et nous avions des connaissances communes. Et oui, je continue de l’accompagner aussi pour la tournée de son nouveau disque All Love’s Legal, parfois j’en fais même la première partie.

Elle a l’air de beaucoup te soutenir pour ta carrière solo, elle a même dit que ta musique avait en elle une “énergie psychédélique”…

Oui elle me soutient beaucoup, nous sommes devenues des amies proches au fil des années et c’est aussi le boss du label ! Il m’est difficile de décrire ma propre musique, je pense que c’est le cas pour pas mal d’artistes. Mais en effet je ne renie pas cette expression, “énergie psychédélique”, elle synthétise en partie la démarche artistique du projet RROXYMORE.

Tu viens de Montpellier c’est ça ? Comment tu en es venue à faire de la musique ?

Oui, c’est là bas que j’ai commencé a mixer et à produire de la musique grâce a un ami qui me laissait libre accès a son studio. C’était … au siècle dernier ! (sourire)

Il ressemble à quoi le milieu de la musique électro à Montpellier ?

En fait j’ai quitté Montpellier au début des années 2000 pour venir m’installer a Paris. Donc le milieu électro de mon époque était assez actif. il y avait pas mal de soirées plus ou moins légales et puis c’était l’époque des Borealis… je ne sais plus trop ce qui s’y passe aujourd’hui.

Tu étais à Berlin pendant le débat sur le mariage pour tous/PMA ? On en disait quoi là-bas ?

Oui j’étais a Berlin durant les désastreux débats. Et c’était très choquant de voir à distance toute cette violence se déverser en continue ; je pense que personne autour de moi n’a compris ce qui se passait en France. Et il était doublement choquant que ces propos puissent être tenus dans un pays tel que la France…

Berlin est un véritable vivier d’artistes depuis quelques années, tu as l’impression que le fait d’habiter là-bas joue sur ta musique ?

Ah Berlin, la ville bohème… C’est un peu un cliché et un peu la vérité. Je ne sais pas si le fait d’habiter ici influence mon son au niveau créatif. Ce qui est sûr c’est que le mode de vie berlinois me permet de travailler comme je l’entends, d’être moi même. Et j’ai l’impression de rencontrer plus de gens réceptifs a ce que je fais aussi. Berlin m’a permis de faire de très belles rencontres.

Tu peux nous parler de ton single “Ministry of Silly Talks” ? Dans quel état d’esprit l’as-tu composé ?

C’est un titre que j’ai produit il y a quelque temps déjà … Le titre fait allusion a un sketch absurde des Monthy Python (Ministry of Silly Walks). « Silly Talks » à cause des voix dans le morceaux et aussi à cause du blabla ambiant. Ce single fait partie d’une petite compilation du label anglais “Huntleys & Palmers” soutenue par le label Kompakt.

Ça te fait quoi de jouer pour les 10 ans de Barbi(e)turix ? Tu as fait partie du collectif pour la programmation des soirées et maintenant c’est toi qui est programmée…

Oui j’ai fait partie de l’équipe de la programmation durant deux ou trois ans. À un moment donné on faisait des soirées à la Flèche d’or, au Social Club et au Nouveau Casino en même temps, c’était fou… ! Il y avait la Clitorise, puis nous avons lancé la Wet for Me, il me semble qu’il y avait une autre soirée éphémère dont j’ai oublié le nom. Je suis super contente de voir que Barbi(e)turix existe toujours 10 ans après et continue à faire des soirées, mais surtout, il faut se rendre compte que la Wet For Me est la seule soirée pour filles de cette envergure (avec une programmation à majorité féminine etc…) en activité au niveau européen ! J’en parlais justement avec Hannah Holland dernièrement, et à Londres comme à Berlin, il n’y a rien de comparable. Je prends ces villes comme exemple car on y trouve une culture clubbing et LGTBQ importante. Je me trompe peut-être mais je trouve que la scène lesbienne parisienne est particulièrement dense. Donc oui, c’est une grande fierté pour moi de revenir jouer à Paris. Je suis très heureuse que Rag m’ait invité a jouer en live pour cet anniversaire. Impatiente d’être au 26 avril !!

Adeline

Adeline

Caution musicale de la team et rédactrice en chef du mag Heeboo, Adeline est amatrice de sonorités brutes et de soirées sans façons. Elle aime : le bleu / ponctuer ses interventions de points / râler. Ses soirées à elle (et à tout le monde) : Sneaky Sneaky.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    Planningtorock c’est Misogyny Drop Dead ! découvert sur bbx ! :-)

    je ne connais pas Hermione Frank et donc, c’est cool de pouvoir découvrir son talent à la prochaine wfm, mais ça ne m’étonne pas qu’elle épanouisse sa capacité de créativité plus à berlin qu’ailleurs. ce n’est pas la première fois que j’entends un propos qui va dans ce sens libre.

Leave a Comment

*