47530_revoirjulie01

Revoir Julie, une ode au temps qui passe

Écrit et réalisé en 1998 au Canada, Revoir Julie est le premier long métrage de Jeanne Crépeau. Primé au festival Cinéffable l’année suivante, il a depuis sombré dans l’oubli… Barbi(e)turix ressort la VHS du placard.

C’est l’histoire de Juliet, qui met de l’ordre dans sa vie. Sur sa liste de choses à faire, il lui reste une case à cocher : « Revoir Julie ». Elle décide alors de retourner dans le village campagnard de sa jeunesse pour retrouver Julie, son premier amour, ou plutôt son premier fantasme, dont elle n’a plus de nouvelles depuis 15 ans. Après les troublants émois adolescents, ce sont maintenant deux femmes adultes qui se font face, et se redécouvrent.

Revoir Julie est un film profondément apaisant, une pause dans nos vies trop compliquées. Un film qui clame un message de simplicité et de bien-être : “Homos, hétéros, auto-indéterminés, vous tous là, arrêtez de toujours tout compliquer ! Profitez de la vie !”.

Le sujet de départ est assez classique : deux meilleures amies se retrouvent après des années de séparation. L’une assume ses sentiments amoureux renaissants, et l’autre … Eh bien, l’autre ne sait pas ce qu’elle veut. Mais pour le reste, c’est une écriture originale, et qui comporte pas mal de moments d’humour et de légèreté. Malgré son calme, c’est aussi un film militant, en quelque sorte. Un film qui nous rappellerait qu’on a qu’une vie. Un peu comme Didier Bourdon dans Jésus II, Le Retour, qui grogne “vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de merde ?”, mais en moins vénère.

Alors certes, Revoir Julie n’est pas un chef-d’œuvre-à-voir-sinon-on-a-raté-sa-vie. Le manque de budget est criant, mais peu importe. C’est un film simple. Qui respire et apaise. Le jeu très naturel des actrices, qui va de pair avec l’esthétique minimaliste et authentique du film, offre une véritable bouffée d’air frais. Quant au scénario, il est d’une finesse rare au cinéma. Jeanne Crépeau nous donne à voir des moments de vie communs, des discussions qui aujourd’hui pourraient nous paraître creuses et inutiles dans un film.

Mais c’est le parti pris de la réalisatrice et des actrices que d’être au plus près du réel. Une parenthèse caline dans un monde de brutes.

Anais

 

 

 

2 Comments

  1. timide says:

    bonne idée. merci.

  2. Am says:

    Merci pour cette page sur Revoir Julie…
    Il est depuis toutes ces années mon film préféré.

    J’aime sa finesse, sa vérité et sa simplicité, sans oublier tous ces beaux paysages qui, comme vous l’avez si bien écrit, nous amène a faire une pause dans notre vie.. oublier le quotidien et tout simplement passer un bon moment.

Leave a Comment

*