image

L’histoire LGBT au programme

Voici une petite nouvelle qui a traversé l’Atlantique et qui fait plaisir : les lycées publics californiens vont enseigner l’histoire du mouvement LGBT. Un bon point quand nous, français, hésitons encore à mentionner l’homosexualité de Rimbaud…

C’est officiel, en Californie, les manuels scolaires vont intégrer l’histoire du mouvement LGBT. Effectivement, la loi votée en 2011 vise à inclure dans les programmes d’enseignement secondaire les droits et la contribution des personnages LGBT dans l’histoire américaine. La décision a évidemment fait parler d’elle, des dizaines de parents ont décidé de retirer leurs enfants des écoles publiques mais aujourd’hui la généralisation est en marche. D’ici un an (2015), les livres étudiés par les jeunes Californiens mentionneront Harvey Milk et les émeutes de Stonewall. L’idée n’est pas de nommer un chapitre “Lesbienne, Gay, Bi et Trans” mais simplement d’intégrer au cursus l’histoire du mouvement et ce que cela a pu apporter à l’Amérique entière. Une belle avancée et surtout un exemple à suivre pour en finir avec l’invisibilité de l’homosexualité à l’école.

En France, outre quelques cours d’éducation à la sexualité, l’homosexualité reste tabou et totalement invisible. Sans parler de la polémique sur la théorie des genres (qui est un tout autre sujet). On se souvient de Najat (Vallaud-Belkacem) qui s’insurgeait que l’on passe sous silence l’orientation LGBT de certains personnages historiques ou auteurs (entretien pour Têtu). C’est vrai que même si quelques professeurs de Français mentionnent la sexualité de Rimbaud, de Verlaine ou de Proust, rien n’apparaît dans les programmes. Vous allez dire, quelles différences pour leur oeuvre ? C’est vrai mais quand même, en arrêtant d’ignorer ce genre de “détails”, on offrirait (un peu) de visibilité aux personnages LGBT. Et éventuellement de banaliser l’homosexualité (un peu ambitieux mais bon, on aimerait bien…).

Et puis, on attendait le rapport Michel Teychenné contre l’homophobie à l’école. Rien de nouveau dans les constats : les écoles ne sont pas assez mobilisées, les insultes homophobes se banalisent, les élèves victimes d’homophobie sont fortement enclin au décrochage scolaire… Tout ça est (vraiment) alarmant. Dans son rapport annuel, SOS homophobie révèle même que 82% des actes homophobes ont lieu en milieu scolaire ! On se dit qu’il y a urgence, mais il ne se passe rien.

On n’oublie pas les associations qui font des interventions en milieux scolaires (SOS Homophobie, Le Mag…), heureusement qu’elles existent. Mais intégrer cela au programme scolaire, de façon précise et sans tabou aurait un impact important. Allez Najat, Vincent et François, prenons exemple sur la Californie!

 

Lien rapport Michel Teychenné : cache.media.education.gouv.fr

Alice

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*