madtb1

Mad about the boy : un jeu de rôle futuriste et féministe

Une trentaine de femmes, par groupes de trois, passent à tour de rôle des examens cliniques et psychologiques pour devenir mères. Ce qui pourrait être une simulation étrange de mise en place de la PMA pour les lesbiennes, est en réalité le scénario d’un jeu de rôle futuriste : Mad about the boy.

Il y a trois ans, toute personne possédant un chromosome Y est morte d’une maladie inconnue. Les femmes, seules survivantes, ont du reconstruire un monde sans leurs fils, leurs frères, leur amis ou leurs amants. Les banques de sperme sont la clé du futur de cette population et leur accès est extrêmement sécurisé. Ici commence l’histoire des personnages de Mad about the boy, qui peuvent être incarnés par vous et moi, à la seule condition d’être intéressé par le sujet et d’être prêt à s’immerger dans cet univers dystopique pendant 3 jours.

Comment expliquer le jeu de rôle grandeur nature aux réticents, aux sceptiques qui n’y voient que des grands jeux d’enfants ? Pour Leïla, une des organisatrices d’eXpérience, l’association à l’origine de cette version française du jeu, le jeu de rôle est avant tout «  un espace de communication, une forme de réflexion qu’il faut s’approprier, pour en faire quelque chose de constructif. C’est une expérience immersive où on peut se lâcher, parce qu’il y a un cadre et qu’on en est sécurité. »

A mi-chemin entre le laboratoire d’idées et le théâtre, le jeu de rôle grandeur nature permet d’expérimenter avec un sujet, de le vivre de l’intérieur, sans la distanciation de l’écran ou du plateau de jeu. La France a déjà une forte communauté de joueurs dans des scènes allant de l’héroïc-fantasy (proche de l’univers de Tolkien) aux murders partys (sortes d’enquêtes géantes) en passant par des univers plus romanesques. Mad about the boy appartient à une scène plus récente et moins répandue, celle de l’expérimental. Comme souvent, la tendance nous vient des pays scandinaves, où Mad about the boy a déjà été joué.

Ce courant s’intéresse à des thèmes plus réalistes et contemporains, susceptibles de toucher une population plus large que celle des passionnés d’univers fantastiques. La part de jeu pur dure un jour et demi. Le reste du temps est consacré à des ateliers, pour créer du lien entre les joueurs, parler de l’organisation du scénario et même faire la fête ! 
Pour les hommes qui ont lu jusqu’ici, il est possible de vous inscrire, l’organisation accepte jusqu’à un tiers de joueurs masculins, à condition bien sûr qu’ils se griment et campent des rôles de femmes le plus crédible possible.

L’expérience vécue par les joueurs d’un jeu grandeur nature est unique en son genre. En acceptant de devenir une autre personne pour la durée du scénario, le joueur élargit le spectre de ses émotions, de son vécu et même de ses opinions. Jouer un personnage d’un âge, d’un sexe ou d’une nationalité différente oblige à se décentrer. Se produit alors une double rencontre : les personnages entre eux et les joueurs, qui découvrent la sensibilité de l’autre à travers sa manière d’exprimer le rôle qui leur a été donné. EXpérience accepte les néophytes, jusqu’à un certain quota, parce que, comme pour Leïla, il n’est pas besoin d’une grande expérience pour réussir cette première immersion qui plonge dans le jeu.

Vous pouvez retrouver ici la critique d’un joueur, avec son appréciation en tant qu’homme et la preuve vivante que ce n’est pas impossible. Si le sujet vous intéresse et que vous voulez savoir comment vous vous en sortiriez dans la situation de ces femmes du futur, rendez-vous sur le site d’eXpérience pour les inscriptions !

 

Informations pratiques :

Date d’ouverture des inscriptions : Courant mars.

Localisation : Abbaye de Vauluisant

Date du jeu : Les 8, 9, 10 et 11 novembre

Durée de jeu : 1 jour et demi d’ateliers, 1 jour et demi de jeu, 1 after-party

Nombre de joueurs : entre 26 et 32

 

Léa

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*