barbieturix-33

Anarchicks : le riot n’est pas mort !

Vous pensiez le riot grrrl mort et enterré ? Vous aviez tort. Au Portugal, un petit groupe d’irréductibles iroquoises résiste tant bien que mal à l’envahisseur pop. Leur nom : The Anarchicks.

Si la musique est une arme, elles en sont la gâchette ! Riot Grrrl power, portuguese style ! Marta, Helena, Catarina et Ana, quatre tempétueuses nostalgiques du Riot, n’ont jamais vraiment quitté la décennie 90. Ces quatre excitées de la gratte se rencontrent en 2011 et décident de lancer une révolution ! Leur musique, un bon punk garage aux influences funk et psyché rappelle l’énergie de leurs copines de CSS, avec qui elles ont assuré une série de concerts.

Entre le Brésil et le Portugal, la même flamme. Une ardeur électrique et une puissance toute en couleur. Car avec Anarchicks, la déprime n’a pas sa place. Adeus teint blafard, riffs torturés et litanies morbides, place aux cris de joie et aux embardées explosives ! Leur musique, elles la veulent turbulente et colorée. The Slits qui auraient rencontré Almodovar, en sorte.

Anarchicks, c’est surtout une légèreté de ton et de création. Pas de story-telling hyper marketé ni de mélodies douces et sucrées prêtes à être étalées dans des clips en 1080p. Du rock fait maison, impulsif et sincère : “On n’avait pas bien défini le son qu’on irait jouer, tout a surgi de l’improvisation”, révèle Catarina. “On aime être libres dans ce sens, être spontanées et faire ce qu’on a envie”.

Pris fait ce qu’elle veut, et pas qu’avec ses cheveux. Sur scène, les Anarchicks renouent avec l’âge d’or du Riot. Concert dans un bus municipal, sur le toit d’un immeuble, les quatre fantastiques n’en font qu’à leur tête. « Jouer sur scène me procure cette adrénaline, cette boule d’émotion que je ne peux ressentir autrement. » ajoute Pris. En dehors de la musique, les quatre tatouées sont en réalité des filles comme les autres. L’une est vétérinaire, l’autre étudiante ou graphiste. Elles se sont rencontrées sur internet, à l’ère Myspace. Pris, l’ancienne chanteuse (aka Playgirl) et Helena (aka Synthetique Red) s’échangent quelques messages. Helena fait une proposition : monter un grrrl’s band. Reste à trouver une batteuse et une guitariste, qu’elles recruteront sur internet également. Catarina (aka Katari) et Ana (Aka JD) rejoignent le groupe en 2011. Deux ans plus tard, Marta remplace Pris à la voix.

Nerveuses, tumultueuses, les Anarchicks sont faites pour la scène. Les clips, les interviews, les shootings, très peu pour elles. Les concerts sont leur raison d’exister, l’énergie qui leur donne l’inspiration. « On travaille sur de nouvelles chansons en même temps qu’on joue nos anciennes, parce que notre façon de composer est spontanée. Des nouvelles idées surgissent tout le temps, en interaction avec le public.”

Après un premier EP de quatre titres, Look what you made me do sorti en 2012, le groupe vient de sortir un album, Really.

Riot Grrrls, pour de vrai.

 

Les Anarchicks seront en live à la Wet for me le 8 mars.

Lubna

 

 

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    cette petite batterie, live !

    @Lubna/Rag,

    Quelle classe de savoir ramener ces super groupes à la machine moulin rouge ! merci pour toutes ces fois où j’ai pu profiter en direct.

    Mais quand est-ce que la CHANNELBBXTV se remet en fonction ?
    parce que sur Youtube, ça ne bouge plus du tout du tout et je trouve cela dommageable pour la province notamment.

Leave a Comment

*