20140222_143818

Tags homophobes à Toulouse : la mobilisation dérape

Ce samedi, à l’appel d’Arc-en-Ciel, la fédération LGBT de la région Midi-Pyrénées, près de 2000 personnes se sont rassemblées pour condamner les tags homophobes et antisémites qui ont touché plusieurs lieux du centre-ville toulousain, dont l’Espace des diversités et de la laïcité qui abrite le centre LGBT mais aussi le cinéma Utopia ou encore l’université Toulouse 1 Capitole. 

Vers 14h30, la rue d’Aubuisson, point de départ de la manifestation a été le théâtre d’un violent échange entre des militants de « riposte radicale », entres autres, et des représentants du CRIF, venus prendre part à la mobilisation. Les premiers, après avoir traité les seconds de sionistes et de colonialistes, les ont invités « à dégager ». Via un communiqué, Arc-en-ciel a apporté son plein soutien au CRIF et s’est désolidarisée des propos qui selon la fédération n’auraient pas émané d’organisations signataires de l’appel.

Quelques minutes plus tôt, alors que la rumeur de la présence de Jean-Luc Moudenc (candidat UMP à la mairie de Toulouse) grandissait dans les rangs des manifestants, les militants d’Act Up ont improvisé un die-in à quelques mètres de certains colistiers du candidat UMP, en scandant « Moudenc, homophobe », « UMP assassin ». Pour Act Up, la participation de l’adversaire direct du maire socialiste sortant, Pierre Cohen n’est qu’une « récupération politique ». D’autant plus que Jean-Luc Moudenc avait ouvertement pris part à des manifs pour tous en plein débat sur le mariage et l’adoption.

Die-in d’Act Up contre la présence de Jean-Luc Moudenc / photo Bbx

La manifestation, partie donc plus tard que prévu, comptait également dans ses rangs, des partis politiques, relégués par les organisateurs en fin de cortège. Étaient notamment présents le PCF, le front de gauche, Europe Écologie – Les Verts et le NPA. La fédération socialiste de la Haute-Garonne n’a pas souhaité prendre part à la manifestation. Pour cause, une phrase dans le communiqué officiel que les cadres locaux du PS n’ont pas apprécié : « Arc-en-Ciel Toulouse renvoie chaque responsable politique et religieux à ses responsabilités, particulièrement en cette période de campagne électorale municipale, et considère que face à l’homophobie, à la transphobie, au racisme, à l’antisémitisme et au sexisme, les reculades ne sont plus acceptables. ».

En effet, l’un des objectifs affichés de la manifestation, en plus de condamner les tags homophobes et antisémites était d’épingler la récente reculade gouvernementale quant à l’intégration de la PMA dans le projet de loi famille, lui-même reporté. En ce sens, Noémie Henry, coprésidente de la fédération a précisé pendant sa prise de parole, place du Capitole qu’il était primordial « de ne jamais reculer. Pas comme l’a fait le gouvernement au lendemain de la manifestation de Jour de Colère ». Et d’ajouter : « Nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que des engagements explicites soient pris en faveur de la PMA, des droits des trans et du don du sang pour tous. ».

Collectif vegan et antifa / photo Bbx

Arc-en-Ciel et les signataires de l’appel ont également demandé l’annulation de la prochaine manifestation de Jour de Colère, prévue le 5 Avril prochain. S’adressant à Manuel Valls, qui doit prochainement se rendre à Toulouse, la fédération, via sa coprésidente a fait savoir son incompréhension face au laxisme du gouvernement vis-à-vis des groupuscules d’extrême droite à l’origine des tags.

Rania

 

Be Sociable, Share!

5 Comments

  1. claire says:

    mais euh…. le crif c’est l’extrême-droite en fait. c’est un “dérapage” de refuser que l’extrême-droite squatte nos manifs ? ce titre est choquant…

  2. Jeanne-Emilie says:

    Que penser ?
    Que penser lorsque je vois une banderole ou se mélange des mots et des symboles auxquels je suis par voie de consequence associee ?
    Faut-il que ces personnes soient ignorantes et debiles pour utiliser une kalashnikov comme symbole ?
    Faut-il que ces personnes soient ignorantes des ravages des armes et de la violence pour utiliser un tel symbole ?
    Faut-il que ces personnes ne connaissent rien de l’histoire immediate et passee pour pouvoir afficher une telle horreur sur une banderole, alors que derriere il y a des drapeaux arc-en-ciel, symbole de paix et d’amour ?
    Je ne me fait aucune illusion sur la publication de mon commentaire mais je suis militante LGBTIQ et ancienne combattante (eh oui….) et pour moi, ces provocations me donnent envie de vomir tant il est possible de justifier pour ce genre de revendications l’usage de ce type d’objet !!! Je porte deux cicatrices au visages consequences d’un tabassage en regle par un policier en 1995 en Ex-Yougoslavie, elles furent faites par une Kalashnikov….
    Je suis contre toute forme de violence ou toute forme d’apologie de la violence.
    êtes-vous tellement bêtes au point de croire que ce genre d’image n’est pas aussi extrême et ridicule que les abrutis scandant des slogans dans les manifs de “jour de colère” ?
    Toute forme d’extrémisme est un danger…
    Je vais partager votre photo et y recopier le texte ci-dessus.

  3. Anuradha says:

    Pour info, l’action contre le CRIF a été revendiquée par l’OCML Voie Prolétarienne (drapeaux rouges visibles sur la photo…) : http://www.vp-partisan.org/article1200.html

  4. Liz says:

    Jeanne-Emilie bien que sur le fond je sois d’accord avec toi je tiens à ajouter qu’aujourd’hui la violence est effectivement montée d’un cran on ne doit pas laisser la réaction aux seules mains des extrémistes de droite homophobes fascistes ou autres anti-juifs la lutte est en marche elle ne se fera pas sans violence malheureusement après de la à utiliser une kalash comme symbole ce n’est effectivement pas très intelligent ni même réfléchi. Mais en ces temps où l’on se permet de retirer des livres dans les bibliothèques la réaction doit être à la hauteur de se qui nous attend si on ne réagit pas …

Leave a Comment

*