parlement_3-afp-georges-gobet_0

L’Europe, la Manif pour tous et la désinformation

Une feuille de route pour les droits fondamentaux des personnes LGBTI a été votée mardi par le Parlement européen. Alors qu’il n’aura pas de valeur contraignante pour les États membres, le texte a agité la Manif pour tous et l’extrême-droite, qui n’ont pas hésité à déformer son contenu.

Lunacek n’aura pas le destin d’Estrela. Ce rapport sur la santé et la liberté sexuelles, porté par l’eurodéputée Edith Estrela, proposait notamment de faire de l’avortement un droit reconnu par l’Union européenne. Il a été rejeté en décembre sous la pression des conservateurs. Le rapport Lunacek, du nom de la députée écologiste autrichienne Ulrike Lunacek, a été adopté lui à une très large majorité mardi, avec 394 voix pour et 176 contre, les eurodéputés français de l’UMP ayant voté contre.

Concrètement, ce texte est une feuille de route de l’Union européenne contre l’homophobie et les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Il propose aux Etats membres et à la Commission européenne des suggestions pour protéger les droits fondamentaux des lesbiennes, des gays, des trans, de bis et des intersexués.

Interrogée par le journal Le Monde, Ulrike Lunacek explique la genèse du rapport : « A dix reprises depuis 2010, le Parlement européen a demandé à la Commission d’établir une feuille de route, comme il en existe déjà au sujet des discriminations contre les Roms ou contre les personnes souffrant de handicap, mais Viviane Reding, commissaire à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté, ne s’est jamais emparée du sujet de l’homophobie. » A l’origine de cette initiative également, des chiffres significatifs : selon une étude de l’Agence européenne des droits fondamentaux publiée en 2013, 47% des personnes LGBT ont fait l’objet de discrimination ou de harcèlement, et 26% ont été attaquées physiquement ou menacées de violence ces cinq dernières années.

« L’homophobie ne devrait plus exister en Europe », s’indigne l’eurodéputée, citée par le site du Parlement européen. « Nous, lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués, sommes nombreux à avoir vécu dans la peur pendant trop longtemps: la peur de se tenir la main en rue, de se faire insulter, de ne pas avoir accès à un logement, de se faire renvoyer d’un établissement scolaire, de se faire licencier. Mon rapport demande à l’UE d’agir, pour que, nous aussi, nous puissions bénéficier des droits garantis à tous dans l’Union. »

Dans le détail, le rapport fait donc des propositions visant à lutter contre les discriminations en particulier dans le monde du travail, dans l’éducation et dans les services. Plusieurs mesures visent également à rendre plus efficace la pénalisation des comportements discriminatoires. Il souligne aussi que les lesbiennes sont l’objet de discriminations spécifiques, en tant que femmes puis en tant qu’homosexuelles, au même titre que les personnes trans et intersexuées.

Le document voté mardi reste donc très général. Il avait d’ailleurs fait consensus parmi les cinq grands partis politiques européens, de gauche à droite. Pourtant, il a suscité une forte opposition en dehors de l’enceinte du Parlement, Ulrike Lunacek expliquant notamment avoir reçu plus de 40 000 courriels avant que son site ne soit hacké.

La Manif pour tous a notamment publié une pétition pour s’opposer à ce texte, qui a recueilli 200 000 signatures. Pour parvenir à un tel résultat, elle n’a pas hésité à déformer le texte et ses propositions, ces mensonges étant notamment repris par le site du Figaro, qui écrit que le texte « invite les États membres à réfléchir à des moyens d’adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux » et à « inclure la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux), car cela ouvrirait la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel » ; ou encore que le rapport « demande aux États membres de garantir l’accès des femmes célibataires ou lesbiennes aux traitements de procréation médicalement assistée ».

En réalité, si ces préconisations ont existé, elles ne sont pas issues du texte voté mardi. Ce sont des suggestions apportées en complément et en parallèle du rapport par la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres. Elles n’ont pas été reprises dans la version officielle adoptée par les eurodéputés, mais Le Figaro se garde bien de le préciser.

Le Front national a lui aussi joué son rôle dans la désinformation autour du rapport Lunacek, et en premier lieu par l’intermédiaire de Bruno Gollnish. A propos du rapport, il écrit sur son site : « Faisant fi du rejet du rapport Estrela, les lobbies, soutenus par un certain nombre de parlementaires européens, persistent à vouloir imposer leur idéologie délétère… » Et l’européduté de citer ce qui, selon lui, fait de ce rapport une abomination : « prise en compte de l’identité de genre, donc reconnaissance officielle d’une ou plusieurs « catégories » supplémentaires (neutre ? inter ?) en plus des hommes et des femmes (…) droits exorbitants du droit commun privilégiant les minorités tonitruantes et muselant toute opposition ou même simple objection ; octroi d’une protection internationale à raison de l’orientation sexuelle. »

Réagissant à l’opposition suscitée par ce texte, Ulrike Lunacek a déclaré : « Je ne m’attendais vraiment pas à une telle résistance à un rapport qui, dans le fond, parle du droit des gens à aimer et à vivre leur vie sans peur. » Il n’y a rien à ajouter.

Charlie

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. Plume says:

    Ce qui est tout de même assez inquiétant, c’est que les droits lgbt’s (cela dit réduits à pas grand’chose dans ce rapport, qui ne préconise guère d’évolutions) font moins peur à la droite (et sans doute à une partie de la gauche) que les droits des nanas à avorter – et le rapport Estrela était par ailleurs bien plus incisif au sujet de la misogynie sociale structurelle. En tous ca sle rapport de voix très différent pour l’un et pour l’autre, et l’enterrement du premier, laissent quand même pas mal à penser.

Leave a Comment

*