Demonstrators shout slogans during pro-choice protest against government's proposed new abortion law in Madrid

Avortement : manifestation de soutien aux Espagnoles le 1er février

“Pour nos droits, pour nos choix”. C’est le mot d’ordre de la manifestation qui aura lieu à Paris, samedi 1er février, pour défendre le droit à l’avortement en Europe et dans le monde. Le mouvement “La Marche mondiale des femmes” (MMF), à l’origine de cet appel, entend “soutenir le combat des femmes espagnoles” et dire non “à la régression des droits des femmes”. Rendez-vous est pris à 14h, Place Joffre (Métro Ecole Militaire), dans le 7e arrondissement, pour se rendre à l’ambassade d’Espagne (cliquer ici pour accéder au parcours).

Cette date du 1er février ne doit rien au hasard : elle coïncide avec une manifestation qui aura lieu à Madrid. Car le droit à l’avortement recule en Espagne. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a approuvé un projet de loi qui prévoit de restreindre l’accès à l’IVG à deux cas :

- Soit la grossesse représente un danger pour la santé physique et/ou psychique de la femme. Et il faudra que cet état soit attesté par deux médecins.
- Soit après un viol ayant fait l’objet d’une plainte.

Autrement dit, le recours à l’avortement sera suspendu au bon vouloir des médecins, de leur morale et de leurs croyances religieuses.

IVG, mon corps, mon droit, TA GUEULE !

“Ce refus d’accepter le droit des femmes à disposer de leur corps, cette persistance à les considérer comme des sous-citoyennes incapables de décider par elles-mêmes désigne l’enjeu : quelle société voulons-nous”, interroge la MMF dans son communiqué. “Le combat des femmes, des forces démocratiques et associations espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre, (…) car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité entre les femmes et les hommes.”

Cette manifestation ne se réduit pas à un élan de solidarité envers les femmes espagnoles. “Si le droit à l’avortement est bien inscrit dans la loi française, la concrétisation du droit à travers des centres d’avortement nombreux, permettant un accueil et des soins de qualité, n’est toujours pas assurée de manière satisfaisante dans toutes les régions”, souligne le mouvement.

Quand j’entends dire que les hommes aussi ont leur mot à dire sur l’avortement.

En proposant de retirer la notion de “détresse” de la loi Veil de 1975, un amendement PS a déclenché la colère des anti-avortement. Dimanche 19 janvier, “la Marche pour la vie“ a réuni entre 16 000 (police) et 40 000 (organisateurs) personnes, galvanisées par “l’exemple espagnol”. Le lendemain, les députés votaient le fameux article controversé du projet de loi sur l’égalité femmes / hommes. Dimanche 26, les anti-IVG ont remis le couvert en participant à la manifestation fourre-tout anti-Hollande, organisée par le collectif “Jour de colère”.

A noter que près de huit Français sur dix (78%) approuvent l’amendement adopté cette semaine à l’Assemblée confortant le droit à l’IVG, selon un sondage BVA.

Pour celles et ceux qui ne peuvent pas participer à la manifestation de samedi prochain pour le droit à l’avortement, vous pouvez aussi faire entendre votre voix sur les réseaux sociaux : le magazine ELLE a lancé le hashtag #IVGMonCoprsMonDroit.

Marie

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*