BBX1

À nos pratiques “bizarres”

Vous étiez en train d’évoquer vos pratiques ô combien excitantes de la veille avec enthousiasme et émotion lorsqu’un « Mais c’est bizarre ! » fut lâché comme un pavé dans la gueule (mais pas comme un doigt dans la chatte).

 MAIS – C’EST -BI –ZA- RRE 

Mais oui, vous n’étiez pas au courant que votre façon de faire l’amour était vraiment chelou jusqu’à ce qu’on vous annonce de manière très vive que « Franchement t’es chelou quand même, c’est pas un peu dégueu…ah moi j’aime pas ça ». Peut-être l’avait elle lu dans un magazine féminin : « La dernière fois j’ai lu dans un article que y’a des gens qui se sucent les orteils…hum j’ai même lu que certaines personnes se pissent dessus, vraiment, les gens ont des pratiques bizarres ». Encore ce mot.

Alors, qu’est-ce qu’une pratique « bizarre » ?

Une pratique qui sort de l’ordinaire ? J’en doute fortement. Nous avons toutes des pratiques ordinaires qui vont être considérées comme vraiment particulières pour autrui alors que pour vous, elles font partie intégrantes de votre sexualité.

Une pratique dont une majorité jouit mais dont personne ne parle ? Tiens, cela nous rappelle qu’à une époque, c’était vraiment « bizarre » pour une femme de se masturber. Cela a bien changé depuis, pas parce que plus de femmes le font (peut-être aussi) mais surtout parce qu’on en parle plus qu’avant.

C’est la visibilité d’une pratique qui la rend peut-être finalement ordinaire. Alors, quelles sont vos pratiques qui sont encore considérées alternatives, voire totalement baroques ?

 A deux ou à plus…

« Pratiques chelous du jour, toutes celles des magazines féminins de merde et en particulier voir ma partenaire sucer mon gode parce que la succion c’est agréable et le voir c’est excitant. Rien à voir avec une quelconque reproduction hétéro. Lui mettre un ou plusieurs doigts dans l’anus parce que c est plus serré et quand elle aime ça, la sodomie, avec le gode ceinture dans toutes les positions, parce que c’est super excitant!! «  C.

« J’adore lécher les aisselles, je trouve ça hyper excitant. Je ne sais pas, cette odeur de transpi là. Puis mettre un doigt dans l’anus aussi, c’est tellement bon » M.

« Ah, oui sur la plaque de cuisson. Souvenir d’un film allemand érotique Arte. J’hésite cependant encore à allumer la dite plaque de cuisson. True story. » C.

« Comme j’ai un odorat très développé, j’adore sentir l’autre. Je veux dire, vraiment sentir l’autre. » A.

« J’aime l’idée de ne craindre aucun liquide appartenant à l’autre et que l’autre ne me craint pas non plus, je me sens en confiance. C’est pour ça que j’aime les pratiques autour de l’urine. Sentir son urine chaude sur ma main. Je trouve ça hyper intime et excitant. J’ai vraiment l’impression qu’il y a un désir fort et réciproque. » L.

« Hum j’adore sucer, lécher l’autre. Lui lécher les aisselles qui transpirent. C’est mieux quand elle ne porte pas de déo. La transpi éveille tous mes sens. Puis sucer les orteils pendant de longues minutes, comme je sucerais ses doigts. Mordre la plante du pied. Lécher l’intérieur des genoux. C’est vraiment bon ». S.

Et seule ?

« Je regarde du porno seule. » M.

“Je ne porte pas souvent de déo, je n’aime pas ça. Parfois je sens mes propres aisselles et ça me donne envie de baiser, littéralement.” C.

« Je mange avec les doigts, j’en fous partout, exprès. Ca me rend désirable à moi-même. » S.

Bien entendu que nous savons que ces pratiques « bizarres » ne le sont pas. Nous ne sommes pas excitées par la même chose, par les mêmes gestes. Ce qui nous fait bander ou grimper au rideau ne fera sans doute pas le même effet sur une autre personne. Mais si on parle de pratiques « bizarres » dans la société, c’est sans doute parce qu’on en parle pas, qu’elles ne sont pas visibles dans la presse, féminine ou ailleurs. C’est sans doute aussi que lorsqu’on parle de sexualité finalement, l’on ne parle que de sexe, de sexe génital et on oublie le reste, qui n’est pas que sensualité mais bien partie prenante d’une sexualité, de nos pratiques variées et bandantes.

Sarah

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

5 Comments

  1. Artemisia.g says:

    Cet article vient à point nommé pour moi qui rentre tout juste d’une trèèèèès longue nuit et, sur le chemin du retour, dans le métro, avec cette odeur de sexe partout sur moi, toutes sortes de liquide dans les cheveux, la tronche bien allumée… Ben, limite, en voyant tous les regard désapprobateurs, je me suis sentie en phase “walk of shame”… Et puis je me suis dit “fuck off” les gens! Si vous saviez ce que j’ai fait cette nuit et avec combien de personnes vous seriez bien capable de me traiter de perverse, de détraquée et de m’envoyer chez le psy. Maintenant j’assume tout ça et je lutte de toutes mes forces contre la honte qui revient parfois, tel un réflexe. Ces pratiques “bizarres” c’est juste ces désirs “inavouables” qui vous font secrètement mouiller la petite culotte, vous les madames étoile-de-mer-sainte-nitouche et vous les costards-coincés-de-l’anus. Je vous emmerde!

  2. Jeanne-Emilie says:

    Bizarre….
    C’est ainsi que certaines personnes définissent ce qui sort de l’ordinaire ? Ce qui n’est pas habituel pour eux ? Ce qui est hors de leurs coutumes surement ?
    Mouais… Ce serait plutôt ces gens là qui seraient bizarres, à définir et donner un avis sur ce qui ne les concernent pas ou sur lequel ils n’ont aucune idée ou recul…
    Mais par extension, je dirais que ces personnes trouveront bizarres d’autres choses qui ne le seront pour d’autres…leur ignorance les contemple donc. Et lorsque je lis ““Je ne porte pas souvent de déo, je n’aime pas ça. Parfois je sens mes propres aisselles et ça me donne envie de baiser, littéralement.” C.” ben moi je n’y vois rien d’extraordinaire, le choix de cette personne la concerne.
    La différence… c’est toute la richesse de l’individu, dans ce qu’il est et dans ce qu’il peur représenter. Une richesse donc, avant tout.

  3. timide says:

    “georges tron … suce moi l’orteiiiiiillllllleeeeeuuuuuu …” dixit déborah degouts @ la mut’ !

  4. timide says:

    ah ! pis bien adjani en couv’ beubare ! (zulawski ?)

  5. Marion says:

    S et M devraient se rencontrer, elles aiment toutes les deux lécher les aisselles :) .

    Ça m’a fait sourire car je ne considère rien dans l’article comme des pratiques bizarres.

Leave a Comment

*