test-amour-couple

Sexo: du conseil à l’injonction, il n’y a qu’un doigt

On se souvient toutes de cet article puant du magazine ELLE : La fellation, le ciment du couple. Ce qu’il y a de pratique avec cet article -et il faut le reconnaître -c’est qu’il sert désormais de référence quand on veut écrire une critique de la presse féminine.

Dans ce genre de magazine, les conseils sexo se transforment rapidement en injonctions, mais rien d’étonnant de la part d’un magazine tel que ELLE. Là où cela me fait plus grincer les dents c’est quand les dits conseils sexo sont véhiculés par des magazines qui se revendiquent moins mainstream, tel que Paulette Magazine qui est du « Féminin fait maison », 100% participatif.

Il est essentiel d’avoir une presse féminine diversifiée, mais l’est-elle vraiment ? Les magazines féminins qui se revendiquent différents sont-ils vraiment différents ? Que ce soit ELLE magazine, Causette (magazine qui se revendique féministe) ou Paulette, il y a toujours des injonctions liées à la sexualité qui se font passer pour des conseils. Les articles se veulent soi-disant bienveillants, mais au fond, ne sont-il pas tous castrateurs pour les femmes et pour les hommes ?

Deux articles sexo de Paulette magazine m’ont amené à écrire un article sur le sujet. Deux articles qui m’ont mise hors de moi.

Le premier s’intitule Comment lutter contre l’ennui au lit ? . Titre qui, finalement, ne dit pas grand chose sur le contenu de l’article et ce  contenu met mal à l’aise pour plusieurs raisons.

La rédactrice de l’article donne quelques conseils pour abréger la relation sexuelle ou feinter l’ennui pendant et rien ne semble indiquer qu’il s’agit de second degré. Elle commence par une assertation bien sexiste sur les hommes : « Heureusement, le manque d’intelligence émotionnelle largement répandue chez la gente masculine peut permettre de se sortir d’affaire assez aisément ». Suivi de trois solutions pour vous débarrasser de votre partenaire apparemment nul au pieu.

A première vue, elle semble prôner l’honnêteté, mais ce n’est pas sans oublier d’ajouter que finalement ce n’est pas la meilleure solution. Apparemment, la meilleure solution serait finalement de simuler ou d’abréger la relation en offrant une petite gâterie.

Quand bien même je pense qu’il arrive à de nombreuses personnes de simuler parfois ou de faire semblant, même dans une relation entre meufs ; cette partie de l’article me met particulièrement mal à l’aise car elle pousse les nanas à finalement passer leur temps à mentir à leur partenaire et à ne pas communiquer sur leurs désirs. Ne peut-on simplement pas suggérer de discuter plutôt que de conseiller, une fois de plus, de mentir ou voire même de faire une petite fellation, qui cimente, tellement le couple, comme on le sait si bien?

Ce genre d’article s’intègre aussi parfaitement dans la culture du viol : on incite les femmes à ne rien dire sur leurs désirs pour éviter de castrer les hommes. Quand allons-nous vraiment arrêter de donner des conseils aussi stupides et dangereux ?

Le second article est un top 10 des trucs chelous aux lit. Le titre même de l’article est agaçant. Depuis quand y-a-t-il des “trucs chelous” au lit. ?

La rédactrice dresse ainsi une liste de choses que certains hommes font au lit et qu’il vaut mieux, apparemment, fuir, du genre : ton partenaire veut que tu lui foutes un doigt dans l’anus, un partenaire qui a un râle « particulier », ou pire, un partenaire qui te lèche les aisselles ou entre les orteils.

Je ne sais pas ce que peut vouloir dire « pratiques chelous » dans le cadre d’une relation sexuelle et je ne comprends même pas l’objet de cet article absolument castrateur pour les hommes et les femmes.

Paulette magazine se revendique être un magazine fait maison et il permet à toutes de s’exprimer mais qu’est-ce qui justifie l’écriture d’un tel article partagé 300 fois sur facebook ?

Finalement, est-ce qu’aucun magazine n’échappe réellement à filer des complexes aux hommes et aux femmes dès lors qu’il s’agit de sexualité ? Pourquoi juger les pratiques qui nous dépassent et les écrire dans un article qui sera lu par des centaines de personnes ?

La presse féminine parle beaucoup de sexualité et en parle mal. Même la presse qui se revendique plus féministe ou fait maison n’échappe hélas finalement pas à la condescendance non plus !

Sarah

 

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

2 Comments

  1. Artemisia.g says:

    Aucune pluralité dans la presse féminine en effet, ce sont les mêmes pisses-copies d’Elle à Paulette en passant par Cosmo. Ou en tous cas ce ne sont que des journalistes clonées propageant toujours le même discours ultra frileux et très 50s sur le sexe hétéro parce que les rédactions le demandent. Moi aussi les bras m’en tombent. Chelou un doigt dans l’anus? Chelou se lécher l’aisselle? Mais alors quid des gens qui se masturbent sur l’aisselle du/de la partenaire! Tout juste bons à enfermer! Sans déconner, je suis tellement fatiguée de ces torchons! Je préfère faire l’autruche et ne rien en lire…

  2. So meone says:

    “La rédactrice dresse ainsi une liste de choses que certains hommes font au lit et qu’il vaut mieux, apparemment, fuir, du genre : ton partenaire veut que tu lui foutes un doigt dans l’anus, un partenaire qui a un râle « particulier », ou pire, un partenaire qui te lèche les aisselles ou entre les orteils.”

    Ben oui, il n’ y a que les gay qui bande mou (cf l’article de Paulette) qui aiment qu’on leur mette des doigts (et il parait même que certains hommes aiment les gods ceintures mais je crois que c’est une légende)…
    Plus sérieusement cet article est horrible…

Leave a Comment

*