pingouins

Un couple de pingouines au zoo de Tel-Aviv

Entre Suki et Chupchikoni, c’est l’amour fou. Depuis leur rencontre au zoo de Ramat Gan, à Tel-Aviv en Israël, les deux femelles pingouins sont inséparables. Gratouillis, papouilles, parties de pattes en l’air : le big love on vous dit. Rapidement, les bestioles ont même décidé de faire nid commun, explique le site Jezebel. Mais les employés du zoo s’étonnaient que l’œuf tant désiré n’arrive pas.

Et pour cause : tous étaient persuadés que Chupchikoni était un mâle, car il est très difficile de déterminer le sexe d’un pingouin d’un simple regard. En général, les soigneurs se fient à la taille et au comportement de l’animal. Comme Chupchikoni est plus grande que Suki, ils n’ont pas cherché plus loin. Finalement, ce sont des tests sanguins qui ont permis de savoir qu’il s’agissait de deux femelles.

On entend d’ici la Manif pour tous : “Si ces pauvres bêtes s’adonnent aux amours saphiques, c’est qu’elles sont confrontées à une pénurie de mâles.” Nenni. Il y a un certain nombre de jeunes mâles célibataires dans l’enclos, a expliqué Tamuz Setti, un responsable du zoo, au quotidien Haaretz. “Nous sommes certains qu’elles ont fait le choix d’être ensemble”, a-t-il dit.

Détail ironique : le site Gay Star News explique que Chupchikoni est un mot hébreu qui signifie “machin” et qui désigne… le pénis.


Le cas de Suki et Chupchikoni est loin d’être unique : Buddy et Pedro étaient eux aussi inséparables. Le hic : les pingouins africains, espèce à laquelle ils appartiennent, est en voie de disparition. Le zoo de Toronto a donc ordonné leur séparation. Si Buddy s’est accouplé avec une femelle, Perdro a eu le cœur brisé. Esseulé, il a commencé à draguer Thandiwey, une autre femelle du zoo. Sans succès.

L’histoire d’Inca et Rayas est plus heureuse. Ces manchots papous du zoo de Madrid se fréquentent depuis environ 7 ans. Chaque année, les deux tourtereaux construisent un nid dans l’espoir d’y accueillir un petit. De peur qu’ils ne dépriment, les soigneurs leur ont confié un œuf à couver au printemps dernier.

 

Marie

Leave a Comment

*