president-obama-billie-jean-king-03

Deux lesbiennes dans la délégation américaine aux JO de Sotchi

C’est un beau pied-de-nez à la loi russe sur la propagande homosexuelle. L’administration Obama a présenté mardi 17 novembre la délégation qui se rendra aux Jeux Olympiques de Sotchi, en Russie, du 7 au 23 février. Parmi les athlètes, l’ancienne joueuse de tennis Billie Jean King, l’une des premières à avoir déclaré publiquement son homosexualité, et la hockeyeuse Caitlin Cahow, qui se revendique également lesbienne.

Si la Maison Blanche a insisté sur la « diversité » de cette délégation dans son communiqué officiel, elle n’a en revanche pas commenté cette décision. La presse américaine s’en est chargée, USA Today parlant notamment de « coup de génie » du Président Obama contre la loi contre la « propagande homosexuelle devant mineurs » adoptée par la Russie de Poutine. Dès cet été, Barack Obama l’avait condamnée, indiquant qu’il n’avait « aucune patience pour les pays qui cherchaient à intimider ou nuire aux gays, lesbiennes ou transexuels ». « Ce que j’attends avec impatience », avait-il déclaré, « c’est de voir des athlètes homosexuels revenir avec des médailles. Ce qui ferait beaucoup pour discréditer ce genre d’attitude. »

Pour le New York Times, le message est on ne peut plus clair. Le quotidien note en effet que, « pour la première fois depuis 1988, la délégation américaine ne sera pas composée d’un ancien président, d’un vice-président ou d’un membre de la famille présidentielle ». C’est en effet Janet Napolitano, présidente de l’Université de Californie et ex secrétaire à la Sécurité intérieure, qui conduira l’équipe représentant les États-Unis.

Billie Jean King, 70 ans, est aussi célèbre aux États-Unis pour ses exploits sportifs – elle était dans les années 70 la meilleure joueuse de tennis au monde – que pour son engagement. Elle qui a à son actif 30 ans de lutte homosexuelle et féministe est à l’origine de la WTA (Women’s Tennis Association), qui permet aux joueuses de passer professionnelles à partir de 1973. La même année, elle menace de boycotter l’US Open et contraint les organisateurs du tournoi d’accorder l’égalité aux hommes et aux femmes en termes de primes. Les autres tournois du Grand Chelem n’accorderont cette parité que bien plus tard. En 1981, elle est outée par une de ses anciennes amantes, et s’engage alors pour défendre la cause LGBT.

 Billie Jean King accompagnée de Martina Navratilova, après une victoire au double femmes

Caitlin Cahow, 28 ans, lesbienne assumée, est passée par le patinage artistique avant de se lancer dans le hockey. Elle fait aujourd’hui partie de l’équipe nationale féminine. Diplômée de Harvard en anthropologie, elle a déjà participé deux fois aux Jeux olympiques. En 2006, son équipe remporte le bronze à Turin, puis l’argent en 2010 à Vancouver.

En France, la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, a annoncé qu’elle se rendrait à Sotchi, sans pour l’instant accepter à ses côtés des militants LGBT. Espérons que la prise de position américaine la fasse changer d’avis.

Charlie

One Comment

  1. Sam says:

    c’est la meilleure des réponses à Poutine, je me demandais quel pays serait le premier à le faire et à vrai j’espérais que ce soit la France mais bon, au moins il y en a un qui le fait!

Leave a Comment

*