large_Gang_de_Drag_King

“Drag kings”, de Chriss Lag, a besoin de vous

Qui n’a jamais entendu parler de RuPaul, la plus célèbre drag queen au monde ? Mais qui est capable de citer un nom de drag king connu ?

Ces femmes qui, le temps d’un spectacle ou d’un atelier, se travestissent en hommes, volontairement caricaturaux. Lesbiennes ou hétéros, elles adoptent pour un soir des poils au menton et des pectoraux. C’est l’univers – quasi invisible en France – qu’a choisi de faire découvrir Chriss Lag dans son nouveau documentaire.

Pour terminer son film et le présenter dans des festivals, la réalisatrice a lancé un appel aux dons sur Kiss Kiss Bank Bank. L’objectif : réunir un total de 2 300 euros d’ici deux mois. A la base de ce projet, une rencontre qui remonte à 2007. Celle avec Louis(e) de Ville, une jeune comédienne et performeuse burlesque américaine, qui explore les genres et le féminisme au fil de ses shows à travers l’Europe.

Une fois le documentaire « Louis(e) de Ville, portrait d’une bad girl ! » en boîte, Chriss Lag a continué de filmer Louis/Louise… et a rencontré d’autres drag kings. C’est leur histoire qui est racontée, celle de Tom Nanty, Augustin de Bord ou Valentin Crève Cœur. Ce documentaire part à la découverte, en coulisses comme sur scène, de leurs différentes démarches, de l’impact que ces transformations ont dans leurs vies.

A travers ces personnes, à la fois glamour et trash, Chriss Lag interroge sur la place des femmes dans la société et sur une pratique qui bouscule les codes. Car être drag king, c’est une manière de provoquer, de faire réfléchir sur la notion d’identité sexuelle et de construction sociale des genres. C’est aussi et surtout une façon de combattre l’étroitesse d’esprit.

A voir aussi : les photos de la WET FOR ME : King’s edition

 

Marie

 

One Comment

  1. timide... says:

    … a soutenu l’auteure et soutient ce projet de film.

Leave a Comment

*