featuredcoco

De Tomboy à Lolita, « WARPAINT » le gender project de Coco Layne.

Explorer la diversité des identités genrées, du masculin (Tomboy) au féminin (Lolita), voilà le malicieux projet de l’artiste Queer Coco Layne (21 ans). A travers une série de photos et une vidéo en stop-motion, la jeune artiste réalise une performance percutante.

«Je m’identifie comme une femme Queer. Chaque jour, je suis quelque part entre la troisième ou la quatrième ligne de ma série de photo ». 
En réalisant cette série, Coco Layne invite son « public » à se poser la question suivante : quel rôle la représentation du genre peut-il avoir dans notre société ?

Qui n’a jamais reçu un «  Bonjour Monsieur, oups, Mademoiselle » ou un «  Hé ! Mademoiselle, t’es charmante ! » ? Beaucoup de monde, j’en mets ma main à couper … Fille-garçon, garçon/fille, cette fluidité du genre, qui, il faut bien le rappeler, n’est pas une lubie du pseudo-lobby LGBT, correspond à la réalité de nombreuses personnes. “Gender Fluid” ou le refus de rentrer dans une case. Avec sa série de photos, Coco Layne illustre cette variabilité, cette mouvance dans l’identification de soi à travers un spectre du genre composé de 25 clichés.

En passant du look Tomboy, c’est-à-dire cheveux rabattu en arrière, côtés rasés, peu de maquillage, chemise à coupe masculine/androgyne a genre féminin, Coco Layne se transforme. Les boutons se détachent, les cheveux changent de mouvement, la moue des lèvres se fait moins boudeuse, plus aguicheuse, le visage se maquille peu à peu, une robe prend la place dudit chemisier, Coco Layne est maintenant ce que l’on pourrait stéréotypement appeler « une vraie fille ». Sauf que voilà, Coco Layne se sent visiblement autant fille en Tomboy un peu mauvais garçon qu’en Lolita à chewing gum rose, comme elle le déclareait nonchalamment au Herald Tribune : «Parfois, je vais me sentir super féminine et je vais porter beaucoup de maquillage pour les yeux et du rouge à lèvres tandis que d’autres jours, je ne vais pas faire autre chose que dessiner mes sourcils. J’adore le maquillage car il me permet de jouer avec mon look ».

Le but c’est donc cela, un mode de vie “gender fluid” plus qu’une revendication politique, les enjeux étant bien sûr très loin d’être les mêmes. 
Et pourtant les discriminations restent les mêmes. “Je n’ai jamais senti que je portais un déguisement tout au long de ce projet. Bien que mon apparence physique fluctue, il n’y a jamais eu de changement de comportement. […] Il y a beaucoup de pression sur la façon dont vous présentez votre genre sur et hors d’internet, j’ai reçu des commentaires très intéressants comme de ne plus se sentir attiré [par moi] après la 12ième photo alors que c’est la même personne et aussi la difficulté de la communauté Queer à me reconnaitre comme telle alors que je peux avoir un look très féminin”. 
Invisibilisation des fems, vous dites ?

Même s’il n’a pas la prétention de changer le monde, le projet Warpaint met le doigt (ou plutôt l’œil) sur la multitude de variables qui séparent les genres “masculins” et “féminins”. Des variables difficiles à assumer lorsque l’on s’affranchit desattributs communément assignés à son sexe.

http://www.lolitabandita.co/

 

AN SI

 

4 Comments

  1. julz says:

    Je suis personnellement plus frappée par les réalisations de personnes comme Erika Linder, qui sur une photo peut être confondue avec un homme et sur une autre avoir l’apparence d’une femme dite très féminine, cela avec une aisance égale dans les deux situations.

    Ici, pour moi ça reste simplement une fille avec un look boyish, puis féminin classique, comme on en voit beaucoup. C’est un peu facile je trouve, bien sûr tout le monde peut mettre des vêtements attribués aux homme un jour et des vêtements attribuées aux femmes un autre…

  2. Artemisia.g says:

    Moui… fait, refait, surfait. Cindy Sherman, Yasumasa Morimura, Urs Lüthi, Claude Cahun pour n’en citer que quelques uns et parmi les plus connus. C’est autrement plus intéressant artistiquement….

  3. Marion says:

    Comme l’a dit Julz, Erika Linder excelle dans ce jeu. Elle est vraiment méconnaissable et du coup ça a beaucoup plus d’impact, même si elle le fait pour le “business”.

    Même si ce projet ne m’impressionne aucunement, je retiens la réaction des lesbiennes sur Internet qui n’étaient plus attirées au bout de la 12e photo. Comme elle l’a dit c’est la même personne pourtant. Ca n’a rien d’étonnant en même temps, car nous pouvons aimer chacune un style particulier. Cependant, on comprend que nous ne sommes pas attirée par la vraie beauté de la personne mais par le style qu’elle prend, l’attitude qu’elle adopte, les poses qu’elle a bref par son comportement… Ca peut sembler évident mais c’est quand même dingue de se dire qu’un jour on peut passer à côté d’une personne sans la remarquer et le lendemain s’arrêter sur elle. Ca se joue à peu de choses l’attirance finalement…

  4. helene says:

    c’est notre société qui est mal foutue, a nous de faire évoluer les mentalités en étant chacune nous même, ce petite touche qui fait que c’est toi.et pas la lesbienne dans face.on se doit d’être encore plus ouverte que les autres.sinon on peut vite rentrer dans le “ghetto” lesbien et plus en sortir.et obtenir des blagues anti hétéro.ça me fout les boules.

    rappeler chaque jour que nous sommes des femmes ou s’en foutre et vivre sa vie.y’a des cons partout.ou s’arretez et dire je suis gender fluid?pour faire moins peur?comme ça ils se diront ohh elle est gender fluid encore un concept dont on ne peut pas comprendre nous les hétéros, ou les gens simples.ça me gave ces noms , on est vraiment obligé de nommés les êtres humains juste différents de nous?queer gender fluid bi hétéro…dans 50ans on parlera encore comme ça ,ou on dira ahh a l’époque on disait queer ma petite fille , mode mode mode quand tu nous tiens.”elle s’identifie comme une femme “queer”,encore une case,a croire que parfois ta sexualité devient une mode.ça craint un max.

    juste soyons nous même entieretement.ressentons le au fond de nous
    lesbienne bi trans.faisons surgir la femme qui est en nous , la femme qui nous ressemble.celle avec qui on est tous les matins devant la glace.ou dans les miroirs des magasins ,devant les vitrines avec ses mannequins stéréotypés.se sentir bien avec nous même.
    look femme/homme on s’en fout sans déconner.amusons nous des codes effectivement mais en restant nous même.on est pas des poupées barbie.;)

    là dans ce boulot je vois pas d’humain mais un pur produit de marchandise stéréotypé.
    des images lisses , seduisantes.et elle ose mettre beth dido …la nana qui envoie du steak qui suinte la sueur.merde quoi.ça fait vraiment ado tout ça .vous avez rien a vous mettre sous la dent sur votre site.allez faire un tour sur les sites des ecoles d’art ,de photo, y’a plein de boulot super interessants..mais bon on est pas la pour parler d’art c’est vrai.

    effectivement il ya du monde derrière qui déja travaillé sur le stéréotype féminin avec leur propre regard, leur personnalité.là je vois une pub , un spot publicitaire, j’imagine que c’est le but.mais du coup ça prend pas.pour moi en tout cas.je vois que ça.

    ce qui me gêne là c’est encore cette mode de mettre de tout le monde dans des cases, marre marre…”look tomboy” arretez les references y’en a marre ,l’ individualité dans tout ça.mais je ne peux pas nier qu’on a besoin de mettre des mots sur les choses, ”garçon manqué ”reprenons les expresssions de nos chers amis hétéro, aussi ça marche.on se parle entre nous quoi…on créer un grand cercle une bonne communauté ok on se soutient , on est plus fort ensemble mais restons ouvert merde.ne jouons pas la carte du communautarisme.ça commence par des mots simples…

    alors moi aussi je suis GENDER FLUID votre article, me change la vie, je blague.
    moi je suis une femme simple qui aime les femmes , les belles personnes , les chiens aussi.
    je trouve que ça ne fait pas évoluer les mentalités ce genre de choses ou peut etre que si au fond , en mettant un nom sur phénomène ça fait moins peur a la société, on comme ça on se reconnait entre nous, c’est encore mieux…,( on se mord la queue là)faut allez plus loin non?
    “”c’est la même personne et aussi la difficulté de la communauté Queer à me reconnaitre comme telle alors que je peux avoir un look très féminin” personnellement je ne me sens pas le besoin d’une reconnaissance de la communauté pour me sentir comme je suis.une femme aimant une autre femme.

    c’est ce que je reponderais a la prochaine personne qui me dira “Bonjour Monsieur, oups, Mademoiselle » , “je suis GENDER FLUID et je t’emmerde.”

    MARRE DES CASES

    VIVE LA TOLERANCE, L’ OUVERTURE D’ESPRIT
    STOP AU SUPERFICIEL
    RESPECT A BETH DIDO
    elle s’est une putain de nana et elle a des couilles..( jouons des mots et expression sexiste, ça fait pas de moi quelqu’un de sexiste non?mais dire gender fluid ça fait un peu ridicule non?ras le ponpon des expressions pour definir les gens différents, la différence existe oui mais pour moi dire gender fluid c’est une case comme gouine a meche ou tomboy ou lolita )

    merci quand même pour la démarche,ça a le mérite de délier les langues.
    mais c’etait l’article de trop…

Leave a Comment

*