Giedre

GiedRé ou le pendant féminin de Didier Super

Didier Super faites femme, Desproges avec une guitare, Beauvoir sous ecstasy. GiedRé c’est un peu tout ça. Et des boucles d’oreilles en caca.

 Elle est le parfait mélange entre la tante Marguerite, ta peste de petite cousine et la pote avec qui tu te mets les pires cuites. Avec son air angélique, sa tenue de guerre à base de robe/nappe cochonou et ses bottes roses en caoutchouc, on pourrait avoir l’impression qu’elle va chantonner des niaiseries d’une voix fluette. Pas vraiment en fait !

Venue de Lituanie, cette jeune chanteuse de 28 ans a commencé ses délires dans le PMU du coin pour finir en ouverture du Printemps de Bourges l’an dernier, après être passée par le Cours Florent et l’école national d’art et technique du théâtre de Lyon.

Elle chante sur tout, particulièrement sur ce qui la fait chier/va faire chier/ va lui attirer des emmerdes (pas de mention inutile). Au final ça donne trois accords de guitare et des paroles qui dégomment en vrac : les cathos bien pensants, les handicapés, les mecs qui vont aux putes, les mecs en général, tout ça largement arrosé de caca/pipi. Parfois un peu lourdingue mais follement défoulant.

On rit un peu jaune à certains moments mais au final tout le monde en prend pour son grade et sous les provocations à foison, se cachent de vrais messages. Sur la contraception notamment qu’elle défend dans un morceau d’anthologie (Ôde à la contraception) où elle énumère avec application toutes les façons de se débarrasser d’un nourrisson (le noyer, le mettre aux ordures, le transpercer avec des aiguilles à tricoter, entre autres..).

Contre la « phallocratie » aussi dans  « Pisser debout », où elle explique à grand renfort de « serviettes hygiéniques », « frottis vaginal » et autres poils pourquoi c’est plus pratique d’être un mec, tout en dézinguant la gente masculine :

« Si j’avais du poil au menton, mais pas comme Suzanne Boyle, non comme un garçon. Si mes poils sous les bras étaient acceptés dans ma vie j’aurais beaucoup moins d’embrouilles, si dans ma vie aussi, j’avais des couilles »

Dans un éloge paradoxal de la cause homo (Soyez PD), elle explique aux couples hétéros « uniforme(s), borné(s) et statique(s) » qu’il faut « dire aux écoliers devenez pédés », « croiser nos pénis et nos vagins tout autour du monde » parce que « y a pas de phallocrates chez les escargots, prenons des leçons chez nos frères animaux. Qui baisent en même temps qu’ils se font baiser, pour rattraper le temps qu’ils mettent à se rencontrer ! ».

Elle est parfois agaçante, parfois gratuitement provocatrice, parfois franchement drôle. En tout cas GiedRé, gueule ce qu’elle pense sans se préoccuper une seconde de qui elle va faire tiquer. Et à l’heure du retour des cons à bonnet rose, ça fait du bien.

Margaux

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. Wided says:

    Anuuuuus, elle est formidable

Leave a Comment

*