filles-dico

Le dico qui prend les filles pour des cruches (et encore, on est polies)

L’objet du délit est un gros pavé rose pailleté de 495 pages publié aux éditions Fleurus. Destiné aux pré-adolescentes, Le dico des filles informe, renseigne et conseille les filles de 10 à 16 ans. Au-delà, tu sens bien que t’es prise pour une conne.

Abreuvé d’images et découpé en chapitres censés représenter les principaux centres d’intérêt des jeunes filles, le dico des Filles se présente sous ordre alphabétique. Logique pour un dictionnaire me direz-vous ! Sauf que c’est ce qui permet au mot “sida” de se retrouver coincé entre “shopping” et  ”soldes” ou  ”séjour linguistique” entre “seins” et “sexe”. Bon, on va pas chipoter après tout, c’est pas comme si certains sujets étaient plus importants que d’autres (les soldes par exemple).

J’ai donc parcouru ce dictionnaire en essayant de me mettre à la place de la gamine de 14 ans que j’étais. De l’acné aux bourrelets, toutes les préoccupations des ados y passent. Les 495 pages tournent cependant autour de plusieurs thèmes principaux : la famille (unpapaunemamanonnementpasauxenfants), les amies, l’amour, le sexe et les garçons, le corps et les poils (surtout comment s’en débarrasser), l’apparence, les maladies et un peu de politique (deux pages pour être plus précise =de quoi former de futures enarques !).

Après avoir passé trois heures à décortiquer ce bouquin, je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer. Pour le moment, je préfère en rire.

Commençons donc par l’Amour avec un grand A, celui qui vous fait frétiller les entrailles, qui vous fait fondre d’affection et de niaiserie… L’amour c’est beau et aimer c’est bien et ça peut même durer toute la vie si on écoute pas les personnes aigries (oui le dico dit ça) mais attention, jeunes damoiselles, “l’Amour n’est pas un jeu, vous pouvez vous rendre incapable d’aimer à force de jouer à l’amour“: ça sent le vécu. Pas aigri du tout.

Aussi, aimer deux garçons (et pas deux personnes hein, hétéra tu seras !) est un état d’indécision qui finit toujours par blesser quelqu’un. Et faire du mal à quelqu’un c’est mal. D’ailleurs, l’homosexualité est rangée dans la même catégorie. Parce qu’à notre âge (je vous rappelle, j’ai 14 ans) on ne peut pas être certaine de ce que l’on ressent et on a tendance à confondre l’amour qu’on porte à notre meilleure amie (car on a toute une meilleure amie pour la vie à 14 ans) avec le vrai amour avec un grand A. Mais ça, c’est parce qu’on se sent bien avec les filles qui aiment le maquillage comme nous, les garçons, on les comprend pas trop, ils sont vraiment bizarre alors on croit qu’on est amoureuse de nos amies filles, c’est plus facile: “Ce peut être simplement que les garçons vous font un peu peur parce qu’ils sont trop différents, trop incompréhensibles“.

Evidemment, aucune mention de la bisexualité dans le dico (ça n’existe pas enfin !), pas plus que des personnes trans d’ailleurs, mais ça, on s’en serait presque doutée.

Pour bien montrer que chez Fleurus (maison d’édition catho de gauche) ils ne sont pas homophobes, ils nous font un joli paragraphe sur l’homophobie qui finit par ces quelques mots sur l’homoparentalité :” Un couple homosexuel est alors confronté à des questions difficiles. Va-t-il choisir de satisfaire ce désir? Peut-il imposer à un enfant de vivre dans un couple qui n’aura pas de papa ou de maman? Cet enfant pourra-il se construire de manière équilibrée?“. Alors qu’on parle de “satisfaire un désir” chez les couples homos, c’est une tout autre affaire chez les couples hétéros dans lesquels un enfant est un “désir naturel”. Même si vous avez 14 ans. Bah oui, l’avortement c’est mal.

Au chapitre sur la grossesse précoce, on vous propose toutes sortes de solutions pour mener la grossesse à terme, l’avortement n’arrive qu’en dernière position “après avoir examiné toutes les solutions possibles” mais attention c’est “une décision grave et douloureuse : même quand on ne se sent pas capable d’élever un enfant, on a au fond de soi un désir de vie“. D’ailleurs, il est peut-être inconscient ce désir de vie. Dans les causes de votre grossesse super précoce (vous avez 14 ans je vous rappelle), on vous parle de “désir d’enfant inconscient ou inavoué“. Finalement, vous ne savez pas très bien si vous le voulez pas cet enfant mais votre corps parle pour vous, gardez le ! Parce que même si “la loi permet cet acte, elle ne le rend pas forcément moral.“. Oui car “l’avortement reste un acte grave qui pose des questions sur la valeur que l’on donne à la vie humaine“. Et à la gamine de 14 ans, on y pense à la valeur de sa vie humaine?

Et pour clore le beau chapitre sur l’avortement, il est ajouté que “les autorités morales et les grandes familles religieuses ont leur mot à dire dans cette affaire, parce que c’est leur rôle d’énoncer des principes destinés à guider l’action humaine”. Euh…NON. J’ai 14 ans mais je sais quand même qu’on est dans un pays laïque.

Alors que le livre consacre trois pages au shopping et deux pages aux soldes(parce que le point G des femmes se trouve dans leur penderie), seulement un paragraphe ridicule sous-titré “La découverte du plaisir” est consacré à la masturbation dans le chapitre sur le sexe. “ Autrefois, les adultes cherchaient à en dissuader les jeunes (les femmes surtout) en affirmant que cela rend sourd“. Han, mais en effet, ça rend un peu sourd, la masturbation : “la masturbation rend d’une certaine manière “sourd” aux autres…Cela reste une expérience pauvre (PARDON MAIS WHAT THE FUCK…?!),  où il n’y a pas toute la dimension de l’échange que l’on peut trouver quand on est deux”. (ou trois hahaha).

Au chapitre sexualité, le plus dangereux reste tout de même la partie consacrée aux MST où il est écrit noir sur blanc que l’Hépatite B peut se transmettre par la salive. GROSSE CONNERIE. Cette information est fausse et dangereuse. Les filles, n’embrassez pas de garçons, vous finirez lépreuses et handicapées, vous perdrez une jambe et vous deviendrez sourdes !

En ce qui concerne les rapports filles/ garçons : le dico nous sort subtilement la (toute) petite carte du féminisme en nous parlant de sexisme, d’inégalités, de stéréotypes et des différentes manières d’être une fille. Mais le chapitre se clôt sur cette aimable conclusion “Un homme est un homme, une femme est une femme : c’est comme cela qu’on s’aime !” Et pas autrement, même si t’es gouine et que tu détestes les tautologies, sorry !

Non, les filles et les garçons ne sont pas pareils et ça ce joue dès le début de la vie : “Dès la conception, on est fille ou garçon : tout se joue à la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde“…euh…Non. Ça se passe lors du 3e mois de grossesse. Si les gamètes descendent, ce sera “normalement un garçon”…mais on oublie que dans un cas sur 5000 mille, ce n’est pas aussi binaire. Mais on ne va pas s’embarasser de biologie élémentaire parce que pour le dico des filles,  les différences entre les hommes et les femmes, c’est primordial. Donc être libre, oui , mais dans sa cuisine  ! Je cite :  ”le féminisme a voulu que les femmes se comportent en hommes“…Hum…

En parlant de femmes, on nous parle aussi des violences perpétrées contre elles. Elles peuvent être agressées, mais (accrochez-vous) seulement dans les cités. Il faut donc faire bien attention à ne pas se faire violenter par de dangereux lascars de banlieue. Le Dico donne à ce titre  tout un tas de conseils pour éviter le viol : ne pas trainer seule dans la rue, ne pas trop boire d’alcool dans les boîtes de nuit, éviter les rues désertes… Que 80% des viols aient lieu dans le cadre privé et que dans 80% des cas la victime connaisse son violeur, c’est somme toute assez accessoire. Mesdemoiselles, ne sortez pas de chez vous !

Vous en voulez encore ? Ça tombe bien, j’ai gardé le meilleur pour la fin. Maison d’édition catho oblige, au chapitre sur la Vérité avec un grand V, une belle illustration de… La Bible. Pour finir sur le bonheur qui, pour qu’il soit vrai, doit durer : “A vue humaine, c’est impossible, mais du côté de Dieu?“. Evidemment, on y avait pas pensé.

Pour résumer : votre point G dans le shopping, le bonheur c’est Dieu et gardez votre enfant à 14 ans car c’est un désir inconscient.

Finalement, le dico des Filles prend mille pincettes pour ne pas se voir accusé d’être réactionnaire ou homophobe, et c’est peut-être ça le plus dangereux. Les injonctions sont vicieuses et passent entre les lignes. Tout prend la forme de “oui mais”. Je ne suis pas raciste mais les femmes sont agressées dans les cités, je ne suis pas homophobe mais il faut deux parents de sexe différent pour que l’enfant soit équilibré.

Et quand on a 13 ou 14 ans, il est difficile de contester la parole d’un livre offert par ses parents.

 

Sarah

 

Cet article fait écho à celui-ci.

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

12 Comments

  1. chloé says:

    ça me rappelle avec quelle perplexité j’avais lu l’édition 2009 offerte par ma mamie catho à l’époque, chouette souvenir !

  2. Cc says:

    Ma maman m’avait offert la version 2006 sans regarder ce qu’il y avait dedans (il y avait quand même moins de clichés dedans et la couverture était grise, rose et verte, pas avec des strass et des paillettes et tout… évolution en mal ?) à Noël, j’avais été choquée en le lisant alors j’étais allée la voir pour lui montrer, et effarée, elle est m’a offert un autre livre à la place (pour le montrer à tout le monde, j’ai gardé le dico) !

  3. Moy says:

    Loin de moi l’idée de défendre ce bouquin, mais c’est pas un peu abusé aussi de faire un raccourci entre “j’habite dans une cité DONC je suis immigré/étranger ?”…

  4. Sarah says:

    @Moy; je suis d’accord ça semble un raccourci parce que j’ai ommis d’écrire un truc qui était présent plus loin dans le dico à la sections Sexisme; ils ont insité sur l’aspect cité/ différentes cultures, certaines parties du monde / pays arabes (port du voile, violence dans les cités dûes à certaines cultures justement.

    je toruverai la citation exacte quand j’aurai à nouveau le livre dans la main.

    Grossomodo, c’était la raccourci que j’ai vu en tout cas, pas que j’ai fait.

  5. CP says:

    Euh… Si, le sexe se défini dès la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde… C’est inscrit dans le génotype dès le début, bien que ce soit qu’au 3eme mois que la différence se voit physiquement ;)

  6. Cham says:

    Lol le dico misogyne qui accuse les arabes de l’être. Ils ont fait fort là quand même!

  7. Zazie says:

    Quand j’ai vu le gros titre, j’ai sauté dessus, parce que à 13 ans j’ai eu la version 2009 (qui d’ailleurs tient MOT POUR MOT EXCATEMENT PARFAITEMENT les même propos honteux. J’ai lu ce livre avec plaisir il y a 4 ans, et il y a peu je me suis reporté à la rubrique homosexualité, où j’ai lu qu’il valait mieux que j’évite de prendre des douches et de dormir avec mes copines. Excusez moi de vous annoncer les gars que pour avoir vu mes amies nues un bon nombre de fois, j’ai pas ressenti le désir incontrôlable de leur sauter dessus. Mais là, ce que je découvre est bien pire, bien plus horrible que ce que j’avais pu imaginer. On attends un degré de connerie qui me hérisse le poil. Voici donc quelques citations bien senties, pour bien montrer que tout est à jeter dans ce livre. D’ailleurs je songe présentement à faire un autodafé.
    “il est aujourd’hui devenu difficile pour une fille de vivre à côté de garçons qui jouent les caïds et s’affichent franchement machos, notamment ceux qui ont des difficultés scolaires et supportent mal la réussite des filles”
    Dans Fille/Garçon on retrouve un discret mais sympathique “faits pour vivre ensemble”
    J’amie bien le gros titre “Piercing, quand le look agresse” “Ces pratique [piercing et tattoos] ont été remise au goût du jour par les hippies dans les années 60″ vilains hippies !! Bouh qu’ils sont vilains !
    La fellation, le cunni et la sodomie sont définis entre parenthèse, mais cette dernière est “peu courante et souvent considérés comme immorale”, et est suivie d’un petit rappel de Sodome et des méchant homosexuels qui l’habitaient, détruits par Dieu.
    Pornographie, Sexe, Sexisme, Viol, Amour, Caresse, Chasteté, Complexes et j’en passe, tant de sections qui véhiculent clichés, stéréotypes et vision religieuse, nous rappelant que nous les femmes, on est là pour faire mumuse avec les fringues et le maquillage si on veut, tant qu’on est belle et qu’on ferme notre gueule, parce que notre place sur la Terre, c’est de servir la gente masculine, elle aussi violée, séquestrée, maltraitée dans ce bouquin où les hommes sont con et agressifs, dénués de sentiments humains, et motivé par le sexe, mais pas n’importe lequel, le bon coït hétéro, sans détour sans autre possibilité.

  8. Zazie says:

    Juste pour rajouter que je viens de passer par la case prostitution, et que évidemment, c’est honteux, ce ne sont que des pauvres filles d’Europe de l’est en proie aux proxénètes, des étudiantes en manque de thune, c’est dégradant pour le corps et vous ne devez jamais vous laisser tenter blablabla. On ne parlera pas de celles et ceux qui le font parce qu’ils/elles le veulent, (eh oui ça existe figurez-vous), celles et ceux qui le vivent bien et qui ne se sentent pas violé(e)s à chaque fois qu’ils/elles font une passe. Allez, ce dico je vais l’oublier sur une étagère poussiéreuse avant d’avoir des convulsions.

  9. Cham says:

    @CP non les attributs sexuels sont déterminés par une multitide de gênes et la plupart des gênes de la masculinité ne se retrouvent pas sur le chrosome Y, ce qui fait qu’on oeut naître fille et être nettement plus courageuse, combative qu’un garçon. C’est en gros ce que j’avais lu dans un article, comme quoi, se limiter aux chromosome X et Y pour dire si quelqu’un est simplissimement soit une fille ou soit un garçon est complètement ignard.

  10. Sarah says:

    Merci Cham, c’est ce que j’allais répondre:
    le sexe se déterme ne trois manière: les cariotypes, les gamètes et ‘lappareil génital. dans un cas sur 5000, les trois ne correspondent pas et pour moi 1 cas sur 5000 suffit à ce que ce ne soit pas une exception de la nature.
    Donc le génotype “masculin” apporte la différence mais c’est seulement si les gamètes descendent au 3e mois de grossesse que le sexe se détermine. si seule le génotype déterminait le sexe, ce serait véritablement binaire.

  11. Marlène says:

    “l’avortement reste un acte grave qui pose des questions sur la valeur que l’on donne à la vie humaine“
    Je suis féministe, et cette phrase tirée du dico et tournée en dérision par l’auteure de cet article me pose problème.
    Je ne pense pas que l’avortement devrait être banalisé, non pas parce que c’est mal et qu’on tue un futur bébé (bla bla insérer une discours conservateur bla bla) mais parce que pour la femme qui doit avorter c’est effectivement “grave”.
    Grave dans le sens où c’est choquant, c’est dur psychologiquement d’aller se faire avorter, et on y pense encore longtemps après. On devrait surtout valoriser la contraception sous toutes ses formes plutôt que de valoriser l’avortement.

Leave a Comment

*