couverture

Splendeurs et misères du camel toe

Abordons aujourd’hui cette figure « fashion police » qu’est le camel toe. Pour les non-initiées (celles qui ne parcourent ni sites de LOL, ni sites people, ni sites pornos ou autre Doctissimo), le camel toe se traduit littéralement par pied de chameau (voir figure ci-dessous) et décrit la forme que prennent les lèvres supérieures du vagin dans des vêtements extrêmement moulants et nous pouvons le supposer, portés sans culotte.

Vous saisissez ?

Ce phénomène se produit généralement lors du port de leggings, du poum poum short moulant ou du jean skinny. Voire aussi lors du port de la combinaison en lycra si chère à Miley (running joke mais c’est parce qu’on l’aime bien) :

Le terme apparait pour la première fois dans une chanson, en 2003. FannyPack, un groupe de filles qui connut un fort succès auprès de nos consoeurs américaines de 2003 à 2007, en a fait son hymne avec leur rap sobrement intitulé Camel Toe. Les quatre new-yorkaises poursuivent leur carrière électro-hip-hop en apparaissant sporadiquement dans les bandes-originales de séries ou dans les très branchées compilations de la Maison Kitsuné.

En 2005, on retrouve l’expression dans le film The Weather man de Gore Verbinski avec Nicolas Cage qui narre l’histoire d’un grand présentateur météo dont la vie personnelle est aussi terne que sa carrière est brillante. Rien à voir avec notre choucroute donc, mais la scène est assez détonnante (à partir de 1’10) :

 

Amour / Haine

Les lèvres les plus charnues et  « laiteuses » comme l’explique notre ami Wikipédia en sont les plus grandes victimes ; exposées à la vue de tous, ces lèvres laissent entr’apercevoir la forme du vagin. Ô rage, ô réservoir, tout le monde vous imagine alors nue. Vous n’avez nul part pour vous cacher. Votre vagin rentre dans le domaine publique. Pour de nombreuses femmes, une telle exposition de leur parties intimes faire figure de cauchemar.

Mais pourquoi se cacher quand certains/es se délectent de la vue de ce charmant sabot !?  On a tort de penser qu’en matière de camel toe, tout le monde s’accorde. Si certaines personnes en font la matérialisation de la vulgarité, d’autres y projettent leur fantasmes (comme Terry Richarson mais ceci n’est sans doute pas le meilleur exemple). Pour celles que ça tenterait, ce site répertorie les plus chouettes camel toe contemporains avec une veille extrêmement vigilante, pointue, les classant par lieux, couleurs ou célébrités. Faites vous plaisir !

Au Japon, il est même possible d’acheter des amplificateurs de camel toe :

Au delà des considérations d’ordre esthétique, on peut être bel et bien écœurée par le camel toe et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en tant qu’être possédant un vagin, à chaque fois que je vois une de ces photos, je ne peux qu’imaginer et même ressentir (j’ai une empathie très forte) cette couture qui scie en deux l’abricot et qui doit être supportée des heures durant (le pire étant l’épaisse couture de jean, qui, j’en suis intimement convaincue, peut entrainer malaises vagaux, complications proctologiques, et à terme, la mort). Ne parlons même pas des mycoses, provoquées par le frottement direct du vêtement et par l’absence de culotte…

Attraction / répulsion

Si le camel toe divise autant c’est que, comme toutes ces choses de l’intime (les poils, la peau d’orange, les boutons bref, toutes ces choses beurk qui nous subjuguent) on peut être autant fasciné qu’écoeuré. Cette fente formée par les lèvres est assez déroutante pour que vous ne puissiez faire autrement que la fixer . Alors, autant un décolleté est proche des yeux (si, relativement), autant fixer l’entrejambe de la personne avec laquelle vous êtes en pleine conversation peut s’avérer légèrement embarrassant…

regarde moi dans les yeux 

Mais surtout, ce qu’il nous semble nécessaire de souligner, c’est que les parties génitales féminines devraient pouvoir s’ébrouer pleinement en toute liberté. Ce n’est pas parce que le vagin est profond et qu’on peut y glisser plein de choses, qu’on ne pourrait pas assumer nos lèvres, notre clitoris, bref ce qui se trouve EN SURFACE de notre sexe. Un camel toe, c’est un sexe féminin extériorisé. Mais quand toute une industrie du divertissement et du porno prône un sexe glabre et lisse, forcement, le camel toe fait figure d’épouvantail.

Et vous, que pensez vous du camel toe ? Excitant ou tue-l’amour ?

NB : L’équivalent masculin du camel toe est le moose knuckle qui se traduit par jarret d’orignal (l’orignal étant l’espèce comprenant les cerfs et les rennes…). Mais ceci est une autre histoire.

Angie & Lubna

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

4 Comments

  1. LMN says:

    Hello! Pour info, sur les bonus du DVD du film Hairspray, John Waters parle déjà de la tendance du camel toe dans les années 1960. De mémoire, il explique que c’était à l’époque ce qu’avaient trouvé les jeunes pour emmerder leurs parents!

  2. browneyedgirl says:

    L’année 2003 fut grande pour le Camel Toe ! Les Stink Mitt, groupe canadien (repéré par la grande Peaches elle-même) lui rendirent hommage dans leur titre également intitulé “Camel Toe” !
    On peut même entendre la dite chanson dans la première saison de The L Word. Reconnaissance ultime !
    Pour les curieuses : http://www.youtube.com/watch?v=Y8J3p4Bvu3g

  3. timide says:

    waow ! j’suis bouch’ B !

    mais, quand même, y a jolie. l’Angelina.

    so far so good, tout va bien dans le meilleur du pire.

    maintenant, je sais pourquoi les gouins sont un peu kiffants à leur façon.

  4. segalfredo says:

    Moi j’adore et je pense que c’est un moyen de plus pour les femmes de s’affirmer en tant que telles (et c’est GENIAL ! Mesdames je vous aime !)

Leave a Comment

*