538364_442242985843603_1691354014_n

Le coup de foudre

« Un brouillard tout autour, et juste l’envie de lui faire l’amour sur place… Comme un arrêt sur image…L’impression que les gens autour bougent plus vite que toi… »

Certaines parlent de « coup de cœur » quand d’autres parlent de « coup de foudre ». Cela dépend de l’intensité du moment, des émotions impliquées, de ce que nous mettons derrière les mots. Pour certaines, utiliser l’expression « coup de foudre » est trop fort, pour d’autres, elle est l’expression parfaite et adéquate. On peut en garder un souvenir doux ou plus violent ; paraître comme un choc émotionnel ou comme une suite logique, un moment fluide, quelque chose de délicat. Ce moment-là, nous rend parfois euphorique, nous fait planer ou nous rend nerveuse, mais une chose me semble presque sûr, le coup de foudre (ou le coup de cœur) a quelque chose d’irrationnel.

Cela est sans doute mon « moi romantique » qui commence cet article, mais difficile d’expliquer quelque chose que l’on n’a souvent peu envie d’analyser. L’amour, le fait de nous sentir bien avec une personne (ou des personnes) précise(s), l’impression de connaître cette personne, l’alchimie frappante…ne sont pas des choses que nous avons forcément envie d’expliquer. Elles ont lieu et on choisit de les vivre, ou pas.

Pourtant, il arrive souvent que l’on cherche la raison d’une telle émotion partagée avec une personne inconnue à un moment précis : on peut y voir le souvenir d’une autre personne, une humeur propice à la rencontre, un moment parfait de notre vie dans laquelle nous sommes prêtes à accueillir quelqu’un, ou tout simplement le lieu de la rencontre, symbole d’une valeur ou d’intérêts partagés. Il s‘agit souvent d’une combinaison de tout cela puis d’un regard et de sourires. Les joues deviennent rouges et les mains moites sans explications, on a 15 ans et on sait pertinemment qu’il se passe quelque chose.

En parlant de coups de foudre autour de moi, j’ai eu la surprise (peut-être parce que cela m’arrive très souvent) de voir que cela n’arrivait pas autant de fois que je le pensais. Est-ce précisément les personnes de mon entourage qui ne l’ont pas vécu ou est-ce, de manière générale, quelque chose de rare ? Ça, ce sera à vous de me le dire dans les commentaires.

J’ai tout de même eu droit à quelques histoires, j’ai même parfois été témoin de coups de foudre.

Alors, que se passe-t-il lors d’un coup de foudre ? Est-ce différent d’une personne à une autre ? Quels sont les points en commun ? Y-a t’il des personnes plus « propices » à vivre des coups de foudre ou coups de cœur ? Pourquoi, par exemple, les personnes qui m’ont parlé de leurs coups de foudre en ont très souvent alors que d’autres, pas du tout ? Quels sont les enjeux d’un coup de foudre ? Le coup de foudre est-il toujours réciproque ? Qu’est-ce qu’on y laisse, perd et qu’est-ce qu’on y gagne, qu’est-ce qu’on apprend sur nous-mêmes ?

Le coup de foudre peut arriver à n’importe quelle occasion, même si la rencontre a eu lieu via un site internet :

Pour Amélie, c’est après des discussions sur Gayvox que la rencontre a vraiment eu lieu:

« Je m’en rappelle comme si c’était avant-hier…Nous nous sommes rencontrées sur un site, je cherchais une fille sur Paris car je devais y passer le mois de juillet. Je suis tombée sur son profil et nous avons fait connaissance, les messages du dial se sont transformés en messages privés sur Facebook. Puis le mois de juillet est arrivé et j’ai débarqué dans la capitale. On s’envoyait des textos, mais on tâtonnait pour une rencontre réelle. Puis est venu le jour où enfin on se fixe une date et me voilà dans le métro direction St Lazare avec une énorme boule au ventre et une envie plus que pressante de la voir. Et là je la vois, toute petite, toute mimi, avec sa veste kaki et ses baskets blanches, et j’ai cru avoir un souffle au cœur et comme une évidence, c’est elle et pas une autre…C’était comme dans les films romantiques, dans le beau Paris : sur les quais de Seine, on apprend à se connaître et les heures filent comme des secondes. C’était l’été mais il y avait un petit air frais, elle a enlevé son foulard pour que je puisse le passer autour de mon cou, j’avais son odeur qui m’enivrait et la vision de sa beauté qui me faisait m’évader au grès des remous des bateaux mouches. On s’est dit au revoir sur le quai, sans tenter quoique ce soit. Mais je ne pouvais rester dans cet état, il fallait que je lui dise à quel point j’étais troublée et à quel point elle me plaisait… »…

Pour Flore, le coup de foudre a eu lieu devant sa copine de l’époque :

« Ma meilleure amie m’avait annoncé qu’un de ses collègues et sa copine allaient nous rejoindre. Je l’ai vu arriver… Une petite brune auburn, un sourire qui illuminait tout son visage, un regard malicieux… Au premier regard, ma meilleure amie s’est tournée vers moi et m’a murmuré: ” Je te l’interdis…c’est la copine de mon pote…”. A. et moi avons commencé à faire connaissance…. L’alcool, la musique, elle… Tout me donnait envie de la plaquer contre ce mur contre lequel elle s’appuyait,et de l’embrasser…Le genre d’attirance que tu ne contrôles pas, qui te fait être spontanée même quand la situation l’interdit… Ma “copine” de l’époque a vu le jeu qui se tramait entre A. et moi… parce que bizarrement, cette A. me trouvait encore plus d’intérêt quand elle voyait ma copine venir m’embrasser devant elle…Un peu comme pour marquer son territoire. Chaque fois que ma “copine” m’embrassait, A.nous regardait avec cette curiosité mélangée à l’envie… Elle m’a même murmuré alors que nous allions chercher un verre…” J’adorerais qu’on m’embrasse comme ça…”. Je sentais la chaleur parcourir mon corps chaque fois que nos peaux se touchaient…Nous avons tenté quelques danses… Les autres riaient…prenaient ça pour un jeu… Elle a pris le prétexte que son mec ne voulait pas danser et elle, oui.Et en oubliant avec qui elle était venue, elle s’est collée à moi toute la fin de soirée… Des mains posées sur des hanches, des lèvres qui effleurent un cou…Un brouillard tout autour, et juste l’envie de lui faire l’amour sur place…Comme un arrêt sur image…L’impression que les gens autour bougent plus vite que toi…Ce soir là…Je suis rentrée chez moi avec l’image de cette fille que je venais de rencontrer…Sans savoir que quelques semaines plus tard, elle allait rentrer dans ma vie d’une autre façon… »

Sonia, elle, en en vécu et nous explique ce qu’il se passe à chaque fois :

« J’en ai vécu plusieurs donc je ne saurais pas lequel choisir, mais c’est presque toujours le même schéma : T’es là, y’a parfois du monde autour de toi,  tu rencontres cette fille, tu lui parles, tu connais rien d’elle ou peu de choses, et tu sens qu’il se passe quelque chose que t’expliques pas. Tu sais que vous allez vivre quelque chose. Il suffit de cinq minutes pour le savoir. Tu ouvres à peine la bouche, tu rougis un peu, t’as 14 ans à nouveau. T’es fébrile, tu deviens complètement vulnérable, t’as l’impression qu’on te dénude. C’est sans doute souvent réciproque mais peut-être pas avec la même intensité des deux côtés…enfin je ne me suis pas trop posée la question. Mais voilà, t’es là, et t’as juste envie, besoin de la toucher…c’est physique aussi. Pourtant tu sais rien d’elle et l’intimité est déjà là, t’es déjà liée. Je crois pas à l’âme sœur et ce genre de trucs mais y’a des choses qui nous lient à certaines personnes, que ce soit en amitié ou en amour, des choses que j’explique pas forcément. Pour moi c’est complètement irrationnel et en même temps, je suis certaine que y’a quelque chose de rationnel derrière tout ça, mais j’avoue, je n’ai pas envie de l’analyser…c’est trop beau à vivre que tergiverser là dessus n’a pas vraiment d’intérêt… »

On peut vivre des coups de foudre qui ne sont pas réciproques, mais peut-on alors dire que quelque chose nous lie avec cette personne si ce n’est perçu et ressenti que d’un seul côté ? Comme dit Sonia, il est possible que les coups de foudre ne soient pas ressentis de la même manière des deux côtés mais cela ne change rien à l’intensité du moment vécu. Ce qui compte finalement, c’est ce qui se passe précisément à ce moment là, peu importe l’histoire à venir.

Autour de moi, on a voulu associer cette expression à des mots précis ou à des idées, on m’a alors parler d’ élan(s) de tendresse et/ou de désir,  d’envie de toucher l’autre physiquement et mentalement. Le fait d’être émue et d’émouvoir. Lors d’un coup de foudre, notre peau se meut, se transforme, disparaît et la chair parle et devient totalement vulnérable. Ca peut être aussi un coup de foudre d’un autre ordre : intellectuel, cérébral ; mais si accompagné de désir sexuel : le besoin d’être au contact de la peau de l’autre est là. C’est en fait l’évidence de devoir agir sur l’intimité qui existe déjà. Oui le coup de foudre, c’est peut-être cela : une intimité déjà créée, d’où l’impression parfois d’être nue et vulnérable face à l’autre, rouge, moite. Le coup de foudre c’est sans doute aussi le soulagement lorsque le contact des corps a lieu, une impression de retrouvailles. Parfois de grandes histoires naissent de ce coup de foudre : en durée ou en intensité. Mais peu importe, le coup de foudre décuple notre sensation d’être en vie, ce qui en fait aussi quelque chose d’assez personnel finalement et de totalement unique.

Et pour vous, le coup de foudre, c’est quoi?

Illustration de couv’ et ‘article: Ne te retournes pas de Sophia Liu

Vidéo: Petit coeur, court métrage réalisé par Uriel Jaouen Zrehen

Sarah

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

14 Comments

  1. Dita says:

    J’en ai eu deux. Et l’objet du premier est devenu une de mes amies les plus proches. La première fois que je l’ai vue, elle avançait au ralenti, j’ai eu l’impression que le temps s’arrêtait et que la fille de mes rêves existait vraiment(j’avais 21 ans). Mon coeur s’est mis à battre à tout rompre et mon estomac faisait des saltos. Quelques semaines et quelques regards et sourires échangés plus tard, on a fait connaissance et elle m’a dit qu’elle avait ressenti la même chose. On s’est embrassées une seule et unique fois. Et puis, on s’est perdues de vues pendant plusieurs années mais je ne l’ai jamais oubliée. Je rêvais d’elle régulièrement, c’était très bizarre. Un jour, on s’est retrouvées (merci Facebook). Elle avait un compagnon mais on a quand même consommé ce qu’on avait évité à l’époque. C’était ultra émouvant. Quatre ans plus tard, on est plus proches que jamais mais en tout bien tout honneur. Je n’oublierai jamais cette sensation de vertige.

  2. pilipupi says:

    Un amour que l’on ne sait souvent pas gérer. Moi je l’ai trouvé et je l’ai perdu. Je n’avais pas la maturité pour le garder. Après ca, j’ai beaucoup pleuré, j’aurais pu remplir une piscine tellement j’ai pleuré.

  3. timide says:

    moi, j’ai le coup de foudre-de coeur pour le dernier paragraphe ! :-)

    cependant, ce fait est trop précieux pour en parler à coeur ouvert sur la toile donc, je passe mon tour.

    le sujet vaut d’être abordé et l’article est tout à fait plaisant !

  4. Jeanne-Emilie says:

    Si seulement, je pouvais revenir en arrière, si seulement je pouvais encore lui dire…Mais je parle à chaque fois à une pierre et elle ne me réponds pas…Pourtant tout fut si beau et pourtant cela avait si bien commencé, dans la pire des situations possibles. Je te promets Sarah que j’écris tout cela, pour elle, pour la rendre immortelle…

  5. None ! says:

    Pour moi le coup de foudre c’est l’amour, pas de différence… Mon seul coup de foudre a été mon seul amour.
    Je l’avais repérée sur des photos, sur un site de rencontre (pas très glamour, mais je n’avais à l’époque aucune autre possibilité rencontrer des filles. ) et m’étais dit en moi même , bon dieu, c’est elle que je veux . Elle était si jolie qu’elle en était inaccessible !

    Les mois sont passés, et un beau jour alors que j’étais en relation, je l’ai croisée bras dessus bras dessous avec sa compagne. Mon coeur c’est arrêté, son regard était si puissant qu’il me brulait les yeux. A chacun de ses regards se produisait un séisme dans ma chair, je la ressentais , je l’avais dans la peau, mais je ne pouvais pas le vivre, et j’aurais encore moins osé lui avouer .
    Des semaines se sont alors écoulées et les regards se sont multipliés et un beau jour nous avons parlé. Je m’enivrais de ses paroles pensant que jamais je ne pourrais gouter aux lèvres qui laissaient s’égoutter ce flux si étourdissant. C’est alors qu’elle m’a fait comprendre en passant sa main sur mon visage que je n’étais pas seule à vivre cette histoire…

    J’étais affolée , je n’avais plus aucun contrôle sur moi même, je voulais partir en courant et hurler pour faire sortir la lave du volcan qui brulait en moi mais je ne pouvais ni quitter la pièce (ma compagne étant tjs là ),ni l’abandonnée elle. Nous avons échangé nos numéros plus tard dans la soirée. Et l’expédition s’est mise sur pied, de longs échanges, de longs appels, de longs voyages virtuels…Jusqu’au premier rendez-vous, totalement prohibé et le premier baiser d’une longue liste de baisers pirates avant l’affirmation de notre relation.

    C’était comme une évidence , cette relation était si puissante que la planète entière en était envieuse .Chaque effleurement de nos peaux nous renvoyait une envie si forte qu’elle devait s’assouvir de suite et partout ou l’on se trouvait, sans quoi la frustration nous rendait malade.

    Ca à duré 2 ans, 24 mois à se rendre malade d’amour.
    24 mois ou le coup de foudre est le maître du quotidien et ou le quotidien ne prend plus que son souffle en l’autre.
    24 mois ou l’on se sent gravir tous les sommets et ou chaque halètement de l’ascension nous rend euphorique tant l’altitude nous fait tourner la tête.
    24 mois que je souhaite à tout le monde de connaitre tant l’expérience est Céleste.

  6. Céline says:

    Le coup de foudre vécut d’un seul côté, je ne le souhaite à personne.

  7. Cassiope says:

    Très bel article qui décrit selon moi de façon très juste les différentes facettes du coup de foudre.
    Je ne croyais pas au coup de foudre avant d’en vivre un… réciproque ou pas… épanouissant ou pas… vibrer de cette façon fait tellement de bien que je le souhaite à toutes/tous ! En effet, on sent son corps vivre pleinement et c’est jouissif.

  8. timide says:

    “épanouissant ou pas…”

    c’est précision pertinente.
    merci cassiope.

  9. Séverine says:

    coup de foudre à sens unique…
    très dur à surmonter…
    très difficile par la suite de dissocier amour et souffrance

  10. Oust ! says:

    Jeanne-Emilie, lorsque je t’ai lu, ça m’a juste envie de te dire que rien est impossible. Insistes ! Fais en sorte qu’elle te remarque, et un beau jour tu renaîtras. Je suppose que cette fille en question s’appelle Emilie ?

    Bonne chance

  11. tania says:

    ça c’est passer il y a 5 mois … j’étais a une soirée , je n’avais jamais été réellement intéresser par qui que ce soit , garçon et fille confondu , mais ce soir là je suis arriver , et je l’ai vue , il n’y avais que lui ( oui je suis bisexuelle et j’ai eu un coup de foudre avec un garçon :3 ) et c’est comme si le monde en noir et blanc avais enfin trouver sa couleur . Il était là face a moi et je n’ai plus vue que lui . nous étions prés d’un lac , au clair de lune et j’ai sentit qu’il y avais quelque chose qui ce passer entre nous enfin de mon coter en tout cas , une sorte de proximité que je n’ais jamais connue auparavant … moi qui me suis toujours préserver de ce genre d’expérience sentimentale par peur , parce que je ne voulais pas souffrir et bien j’ai vécu ce soir là ce que je qualifie aujourd’hui de “coup de foudre” , parce que sur le moment j’ai essayer de refouler ce sentiment , cette attirance inexplicable . Mais aujourd’hui je sais que je n’aurais jamais pu le garder pour moi , c’est trop fort! C’est comme une vague qui nous submerge , une sensation de flottement , c’est extraordinaire *o* . Et je trouve ça presque ironique que la première fois que je tombe amoureuse , ça soit un coup de foudre, pour quelqu’un qui n’a jamais voulu être amoureuse , c’est assé brutal ! Tout ça pour dire qu’un coup de foudre c’est quelque chose que des mots n’arriverons jamais a décrire , c’est tellement singulier , personnelle. Et ce n’est pas pour autant positif … c’est une sensation parfois éphémère et non partager , ou simplement du a d’autre facteur qui n’ont plus lieu par la suite , c’est trop différent pour comparé.
    une victime du coup de foudre :) .

  12. alex says:

    le coup de foudre… je l ‘ai vécu récemment, on le ressent au plus profond de notre être, on en est persuadée, c’est elle et pas une autre, et soudainement on se surprend à se projeter dans l’avenir avec elle, on ne pense qu’à elle, le cœur bat la chamade…et on espère juste que ce soit réciproque…

  13. Virginie says:

    Le coup de foudre, je n’y croyais absolument pas, pensant naïvement et orgueilleusement être à l’abri, et pourtant je l’ai vécu il y a un an … mais il m’a fallu 7 à 8 mois pour, enfin, le comprendre, et surtout pour me l’avouer. Des semaines de déni à me dire que j’avais délirée car j’étais malade ce matin là, que c’était absurde et immature, tenter de faire comme si rien ne s’était passé, bref, oublier … rien ne prépare à une telle expérience (car plus qu’une rencontre, c’est une expérience !).
    Instant fugace qui imprime durablement la mémoire, qui marque de son empreinte inédite, bien plus qu’on ne le souhaiterait.
    Choc émotionnel, oui ! Mais aussi moment irrationnel, hors du temps, hors sociétal, viscéral, subliminal, épidermique, choquant, sentiment de percuter cet homme, de s’être percutés tous les deux de plein fouet, d’être au bord du précipice face à lui, d’avoir accès à ses émotions, de ressentir sa (grande) sensibilité qu’il cache et ses contradictions humaines, de voir quasiment mon double au masculin, de savoir comment il fonctionne dans la vie, bref, de le connaître ! On ne contrôle rien, on est perdu, on essaye de se raisonner, de rationaliser, de raccrocher les wagons dans le cerveau, mais peine perdue, la bataille est perdue d’avance, les dés sont jetés ! Sentiment de devenir folle à cet instant T, et surtout, essayer de le cacher, tant bien que mal, sauvegarder les apparences dans un contexte médical si codifié, répondre à ses questions anodines de manière « normale », garder un minimum de dignité.
    Pas de projections dans l’avenir avec lui, pas de « c’est LUI », non, mais d’où m’est venu ce foutu sentiment d’une telle familiarité avec lui ? Que s’est-il passé ? Pourquoi lui, qu’a-t-il de si particulier que les autres n’ont pas ? Sans doute rien, il ne s’agit que d’un homme. Autant de questions sans réponses qu’il faut accepter. Mettre des mots sur ce qui est d’abord une sensation est sans doute vain, mais aussi un besoin à un moment. Avoir été branché sur le même canal des émotions, semble-t-il … si c’est ce qu’on appelle le coup de foudre, alors oui, je l’ai vécu. C’est arrivé, point.

    PS = Ce texte, écrit à la hâte, est pour toi Alexis. Cette bouteille à la mer, je te la lance. Tu ne la réceptionneras sans doute jamais … Sans attentes aucunes, j’ai écrit ces mots, car ce matin de décembre tu m’as aidée sans le savoir. Merci !

  14. Aude says:

    Je n’y croyais pas avant de l’avoir vécu. Ca c’est passé il y a quelques semaines à peine, cette rencontre m’a littéralement bouleversée et j’essaye tant bien que mal de trouver des témoignages similaires depuis :) !
    Une rencontre totalement improbable à bord d’un avion, je n’ai que 22 ans mais je n’ai rien eu à dire, rien eu à faire, nos regards se sont simplement croisé puis ne se sont pas lâchés. Il avait les yeux de mon premier copain. Pendant absolument tout le vol s’en est suivi des sourires, des regards, je me sentais completement chavirée, transportée, c’était vraiment étrange comme situation car nous étions gênés. Nous ne nous sommes pas parlé, c’était une situation trop compliquée dans un lieu improbable, autour d’une centaine de personnes. J’ai l’impression d’avoir été dans un film, c’était comme dans les films.. Un truc hors du commun
    Je suis pleine de regrets aujourd’hui et ce qui me chamboule le plus c’est de savoir que je ne reverrais plus jamais cet homme.

Leave a Comment

*