cm3891b

Causette se met en grêve

Le torchon brûle au sein de la rédaction de Causette.

Depuis la sortie du numéro de novembre et son dossier très controversé sur les pastèques les prostituées, la rédaction et la direction semblent ne pas trouver de terrain d’entente. En effet, quelques jours après la polémique qui avait enflammé la toile, deux communiqués distincts avaient été publiés sur Facebook. L’un, de la direction, se justifiant péniblement et l’autre, s’opposant fermement à la publication :

“La majorité de la rédaction de Causette tient à exprimer publiquement son désaccord avec cet article. Sa forme plus que maladroite contrevient à l’éthique et aux valeurs de Causette en stigmatisant les prostitué(e)s plus qu’en les défendant.”

l’objet du délit

Au delà des divergences éditoriales avec la direction c’est le climat social délétère dans l’entreprise qui, selon un communiqué de la rédaction publié aujourd’hui, pousserait les salariés de Causette à se mettre en grêve :

« Aujourd’hui, vendredi 8 novembre, les salarié(e)s de Causette, réunis en Assemblée Générale, ont voté à l’unanimité la grève à partir de 14h30. En effet, la configuration actuelle de l’équipe (affectée par plusieurs arrêts maladie), les conditions de travail délétères autant que la faiblesse des propositions d’organisation, ne permettent pas de réaliser le prochain numéro du magazine (…)L’équipe de Causette estime avoir atteint un point de non-retour. Le dialogue social, malgré tous les efforts entrepris, est à ce jour totalement rompu (…) L’équipe de Causette se déclare donc en grève et continue de réclamer les conditions de personnel et d’organisation qui lui permettrait de boucler ce numéro. »

 

Lubna

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

4 Comments

  1. Sofia says:

    Merci pour cette info. J’ai acheté plusieurs fois ce journal, je l’avais trouvé pertinent et sortant du lot de tous les torchons “féminins” mais là… cet article de pur mauvais goût -découvert grâce à vos articles de qualité, d’ailleurs eux- j’hallucine. Et maintenant cette grève, et ces “conditions de travail délétères dénoncées”… Comme quoi, il faut bien se méfier des apparences dans la vie…

  2. timide says:

    “crème putassière” comme qui dirait !

  3. Claire says:

    Ouais, enfin, attendez d’en savoir plus quoi… . Car manifestement plus qu’une question de conditions de travail, c’est une question d’entente dans l’equipe et de desaccord sur la ligne editoriale. C’est pas une coopérative, que je sache, donc la direction a son mot a dire, c’est normal. Si tous les journalistes se mettaient en grève chaque fois qu’ils sont pas d’accord avec leur rédac’chef, y aurait pas beaucoup de journaux qui tourneraient.
    Et puis, franchement, le débat autour de cet article, pfffff… Oui il y a quelques trucs un peu limite, question humour, mais enfin faut arrêter de tout prendre au 1er degré.
    On vit dans un monde bien sérieux, ma foi, pour que toute forme d’ironie soit vilipendée a ce point.
    Et puis merde, leur discours est très clair, la majorité des prostitué(s) sont des victimes, après chacun a son avis sur la question de la législation, mais sur le constat on peut pas dire le contraire.
    Les gamines de 16 ans venues d’Afrique et de l’est que je vois sur les trottoirs de ma ville ne font pas ça comme un métier assumé et choisi.
    Vive causette, ça reste un bon canard!

  4. Yaourt aux fruits says:

    Lubna, tu bosses à l’AFP ou bien? J’avais pas forcément l’impression que le but de ce site était de transmettre de l’information brut mais bien de l’analyser.
    Ca vous dit pas de faire une enquête au sein du magazine Causette pour dépasser la dichotomie attendue entre “les gentils journalistes” et la “méchante direction”? Sans du tout présumer ni connaître le fond du dossier, j’imagine que c’est un tout petit plus nuancé que ça (par exemple contexte de la presse en crise, journal qui tourne probablement avec beaucoup de stagiaires pas ou peu payés, divergence de fond au sujet de la ligne éditoriale entre la direction et l’équipe qu’il faudrait expliciter, etc.

Leave a Comment

*