kate-boy-2

La découverte de la semaine : Kate Boy

Révélation de l’année 2012, Kate Boy sera sur la scène de la Machine du Moulin Rouge jeudi 31 octobre. L’occasion de vous présenter ce groupe sensation venu du froid.

Ah ces Suédois, que ferions-nous sans eux ? Car de ABBA à The Knife, en passant bien évidemment par The Cardigans, Peaches, Little Dragon ou encore iamamiwhoami, Rag (wink wink) et The Hives pour les plus nerveux, si les Suédois ont bien une spécialité c’est de surprendre et d’innover ! À tel point qu’en 2009, un festival spécialement dédié aux “musiques actuelles suédoises” a été créé : l’imprononçable mais si charmant festival ÅÄÖ! depuis les cœurs de l’indé parisien, de la Maroquinerie en passant par le Point Éphémère et la Gaîté lyrique.

S’il y a une chose que les Suédois savent faire c’est conserver le mystère. En 2012, un nom apparaît sur la toile : Kate Boy. Deux singles : Northern Lights et In Your Eyes, mais peu d’explications sur le pourquoi du comment de la chose, hormis l’esthétique minimaliste d’une photo : quatre silhouettes noires qui se détachent sur un fond gris clair. Ils auraient voulu essayer de ressembler à des Suédois qu’ils n’auraient pas réussi. D’une interrogation de la presse sortent quatre noms : Hampus Nordgren Hemlin, Markus Dextegen, Oskar Sikow Engström et une voix, celle de l’Australienne Kate Akhurst, espèce d’hybride entre Gwen Stefani et Karin Park. Kate Boy serait donc, selon leur porte-parole, un cinquième membre destiné à représenter leur union musicale.

On l’aura compris, pas de leader pour ces quatre jeunes compositeurs venus de Stockholm qui se rencontrent à la fin de l’année 2011. “En fait on a écrit Northern Lights le soir où l’on s’est rencontrés”, explique Kate à Pitchfork dans une interview début 2013. Dans le même entretien, Hampus affirme que, selon lui, la créativité suédoise viendrait des “sept mois d’hiver et d’obscurité”. Difficile de le contredire sur ce point. Comment ne pas changer le monde de la musique depuis les dessous de la terre ?

Niveau son, Kate Boy c’est quelque chose de très frais et aussi et surtout une volonté affirmée : celle de renouveler les classiques des années 70 et 80, avec pour fer de lance les univers distincts de Peter Gabriel et Kate Bush, grâce aux machines d’aujourd’hui. Un bien beau défi. En tournée depuis cet été, Kate Boy s’affirme sur scène comme un groupe soudé, à l’énergie déroutante. Leur dernier track, The Way We Are, petite perle pop énervée, les dévoile pour de bon au grand public. Ils seront mercredi 31 octobre pour la première fois en France sur la scène de la Machine du Moulin Rouge à l’occasion de la Cocotte Club spéciale Halloween. Préparez-vous à frissonner de plaisir, baver de désir et avoir l’impression une fois encore de taper du talon nu sur un sol de neige brûlante.

Adeline

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*