1237222_571587672906723_340841424_o(1)

Festival Chéries-chéris: le palmarès de la 19e édition

C’est dans une salle comble de 500 personnes au Forum des images que la 19e édition du Festival Chéries-chéris s’est achevée.

Cette année le festival n’aura duré que cinq jours au lieu des dix habituels (faute de subventions) mais cela n’aura fait qu’intensifier une semaine riche en émotions.

Au-delà de la hausse de la fréquentation du festival par rapport à l’année dernière (30%), c’est la qualité des films programmés que l’on remarquera le plus. J’ai été particulièrement et agréablement surprise par les films lesbiens proposés. Ces films qui montrent que Chéries-chéris est véritablement un festival cinématographique incontournable, et le premier festival culturel LGBT en France. Et ça fait vraiment plaisir. Hier soir, avant de projeter le très bon et très drôle film Gay Best Friend de Darren Stein, les prix du jury ont été remis, voici le palmarès de cette 19e édition :

Grand Prix du court métrage
Annalyn de Maria Eriksson

Prix du jury
Le Maillot de bain de Mathilde Bayle

Mention spéciale court métrage
Little Gay boy Part 3 d’Antony Hickling

Grand Prix Long-métrage
Noor de Guillaume Giovanetti et Cagla Zencirci

Prix du jury Long-métrage
In the Name of… de Malgorzata Szumowska

Grand Prix du documentaire
Vito de Jeffrey Schwarz

Prix du jury du documentaire
Turning de Charles Atlas

Pour Mélanie Vives, assistante de la programmation depuis quatre ans et programmatrice des films lesbiens cette année,  cette édition fut un beau succès :

« Très concrètement, je n’ai jamais eu autant de retours positifs sur la qualité de la programmation. Je pense que c’est aussi parce que le cinéma LGBT a passé un cap cette année, les films que l’on reçoit sont de plus en plus qualitatifs »

Océanerosemarie revient également sur son expérience en tant que jury :

« C’était passionnant de voir tous ces films LGBT, et j’ai été particulièrement heureuse de constater le niveau très élevé de qualité de ces films, en terme de proposition de cinéma, même si, encore, la majorité des longs-métrages étaient des films de “garçons” -seulement deux films qui traitent des lesbiennes sur huit films en sélection, y’a encore du boulot pour la parité !- j’ai vu des films très puissants – In the Name Of, Noor, Breathe, My Brother the devil-. Je regrette qu’il y ait encore autant de films qui traitent du coming-out parce que j’aimerais que ce ne soit plus un sujet en soi, ni dans la vie ni au cinéma (c’est mon côté bisounours idéaliste !), mais j’ai été aussi agréablement surprise par d’autres longs-métrages qui étaient dans des problématiques “post coming-out”, où les questions n’étaient plus de savoir si on est gay ou pas et comment on vit cette découverte, mais juste des questions de vie, d’engagement, de préférences sexuelles singulières. J’ai été dans ce sens très touchée par Qui a peur de Vagina Wolf et Gerontophilia qui étaient hors compétition, et par Breathe. J’espère que tous ces films trouveront distributeurs et larges publics, car ils le méritent largement, et j’ai été très fière et heureuse d’être membre de ce jury hors pair même si ça a été un sacré marathon de voir autant de films en si peu de temps ! »

Bravo à toute l’équipe du festival et rendez-vous l’année prochaine pour la 20e édition.

Sarah

Illustration: Kael T Block pour le Festival Chéries-chéris

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

Leave a Comment

*