tumblr_m0xlwffEEr1qz7dr7o1_1280

La masturbation – partie 2

Suite et fin de notre petite enquête sur la masturbation. La semaine dernière, nous évoquions vos premières fois, aujourd’hui, ce sont de vos pratiques actuelles que nous allons parler. Souvent abordée de manière superficielle et injonctive  « tu te ne masturberas point », « si tu ne te masturbes pas, ça craint, tu n’es pas libérée », « tu dois de masturber ainsi, voici les sextoys qu’il te faut », « tu dois te masturber en pensant à ta/ton partenaire », « le porno c’est pour les mecs », « tu te masturberas comme une adulte, en te foutant un doigt », la masturbation était censée nous permettre de nous libérer des chaines, pas de nous en ajouter des nouvelles.

Loin de moi l’idée que nous ne sommes pas dans une société où il est plus simple qu’avant de parler de sexualité et de masturbation. L’expression typique « c’était mieux avant » ou encore « de mon temps, nous étions plus libérées » me fait sortir de mes gonds. Aujourd’hui, même si nous ne parlons pas de sexualité dans toutes les familles, nous avons plus accès aux informations relatives à nos corps et à nos façons de nous donner du plaisir, de nous faire jouir. Nous en parlons aussi plus facilement qu’avant. Mais il nous reste quelques chaînes encore, conscientes ou inconscientes, liées à la honte de ne pas faire les choses comme il faudrait. Parce que même si nous sommes dans une société où on parle plus de sexualité, on en parle toujours aussi mal, et toujours dans un autre but que de nous faire plaisir. La sexualité devrait nous libérer, voilà son but. Se masturber est un signe extérieur de non pruderie, de libération. Si tu ne t’es jamais masturbée, tu as un problème ; si tu ne te masturbes qu’avec ton oreiller ou tes peluches, tu as vraiment une sexualité infantile (puisque tu te ne te masturbes que la partie externe de ton clitoris) et si tu te masturbes trop, tu es une vraie salope, une hystérique, ou ton couple ne te satisfait pas. Mais la masturbation prend toutes les formes, amène à toutes les sensations et toutes les humeurs possibles. Il n’y a pas de guide. Elle est censée nous faire plaisir, nous détendre, apaiser des tensions. Il y a autant de façons de se masturber que de personnes et c’est sans doute ce qui est le plus intéressant dans la sexualité, sa diversité :

« Je me masturbe depuis que j’ai 15 ans je crois et j’ai toujours fais ca avec ma couette puis plus tard avec ma main. En fait, étant clitoridienne, je ne me suis jamais masturbée autrement qu’en me stimulant ainsi. Plus jeune, je faisais ca en imaginant des plans à trois, maintenant je fais ca toujours devant du porn, souvent tard dans la nuit ou le matin au réveil. La nuit parce que tout le monde dort, y a un petit coté “secret” héhé et le matin parce que je viens de faire un rêve de cul haha ! Je suis toujours de bonne humeur avant et encore plus après avoir jouit, surtout pour la journée. Parfois c’est frustrant parce que je viens super vite en fait, trop vite, j’avais même peur d’être une jouisseuse précoce à un moment. Je me masturbe en général parce que j’ai super envie de sexe sur le moment / je m’ennuie / mon mec – les meufs / mon amante me manquent / j’ai juste envie d’avoir un bon orgasme pour dormir ou bien commencer la journée! » M.

« Maintenant, je continue à me masturber plus ou moins régulièrement. En fait, je pense en avoir “besoin” tous les jours, je crois que c’est lié au fait que c’est la seule manière vraiment satisfaisante de soulager les tensions et le stress. D’ailleurs j’avais un peu l’impression d’être sex addict quand j’avais mon premier job, le job le plus stressant de la terre. A chaque fois que je rentrais chez moi, je ne pouvais pas m’en empêcher. Maintenant, je suis avec ma copine et du coup, je ne peux pas le faire tous les jours, car nous habitons ensemble et je ne suis pas souvent seule dans l’appart. Il m’arrive de le faire en rentrant du boulot, quand elle n’est pas encore rentrée ou même parfois a coté d’elle la nuit, si je n’arrive pas à dormir. Mais c’est quelque chose de si intime que je n’ai pas envie de partager ça avec elle. Cela dit maintenant, je ne ressens presque plus de honte je crois. ça m’emmerde de ressentir de la honte, car je sais que c’est très irrationnel mais bon. Il faut accepter nos réactions inconscientes, non ? »             M. bis

« Aujourd’hui c’est toujours avec un porno (shemale, dp, sm, queer, gang bang) toujours du gonzo, je hais les scénario, j’aime pas les personnages, je veux voir des acteurs-trices qui jouent ensemble pour la caméra, pour moi, quand Bobbi Starr s’éclate de rire sincèrement en voyant une nana éjaculer, là je prends mon pied) et ça peut être juste les mains et le clito, ou avec gode, vibro, vaginal, anal… Dépend de l’humeur. Ca change rien que je sois en couple ou non, j’aime me masturber, ni plus ni moins que de baiser, c’est juste tout à fait autre chose. »           Ma.

 « Aujourd’hui ma manière de me masturber à bien évolué (heureusement d’ailleurs!). Que je sois en couple ou seule, je me suis toujours masturbée, seule ou avec ma partenaire. Ma façon de me masturber à toujours été manuelle, j’ai essayé les sextoys, les légumes, les fruits…etc… Seules mes mains savent accomplir ce vers quoi j’aspire : l’orgasme. J’utilise mes deux mains et je me caresse de manière désynchronisée devant et entre les cuisses…. Le lieu n’a pas d’importance. Le soir dans mon lit ou sous la douche, en pensant et en fantasmant sur ma kiné ou la chef caissière dans mon supermarché (ça c’est en ce moment), je me masturbe… la fréquence ou la régularité n’ont pas d’importance d’ailleurs. Cela me détend et me fait du bien. Je pense nécessairement à une situation érotique survenue ou imaginaire et je ne peux accomplir l’acte sans penser intensément à cette autre fille. »     J.

La masturbation nous détend, apaise nos tensions, nous sonde. Elle permet une meilleure communication avec notre « inner self *». Elle ne devrait pas être écrasée sous le poids des injonctions. Commue lu dans certains témoignages plus hauts, nous ressentons encore parfois (voire souvent) de la honte ou une certaine culpabilité à nous masturber, parfois vis-à-vis de nos partenaires, malgré eux/elles, parfois vis-à-vis de la société, peut-être même vis-à-vis de nos amies qui elles se masturbent tous les jours quand nous, nous nous masturbons pas ou très peu.

On pourrait aussi arrêter de culpabiliser parce qu’on culpabilise. Même si on a le recul intellectuel nécessaire, nos émotions ne devraient pas nous culpabiliser, elles devraient peut-être simplement nous interroger.

Sarah

Illustration de couv : Syntheticpubes

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

3 Comments

  1. Jeanne-Emilie Asplqanato says:

    Excitant…

  2. timide says:

    cool ! (bien ue l’article traite du sujet dans une transversalité qui soit ne laisse pas indifférente, soi, au contraire, annule toute tentation de participation).

    quant à la conclusion qui redirige vers soi-même, ça ne pourrait être mieux exprimé.

  3. timide says:

    “La masturbation nous détend, apaise nos tensions”

    ça c’est pas sûr à tous les coups hein ! c’est même pas facile du tout. un peu comme la taule quoi !

    d’ailleurs, je trouve ça même ennuyeux dans une certaine mesure surtout quand t’as le slip gold tiens ! ;-)

    à part ça, ben, j’ai toujours préféré les anglaises “à cause des garçons” et ça m’a trop réussi jusque là.

    voilà. encore et toujours, merci sarah.

Leave a Comment

*