showimage

La p’tite Blan s’attaque au sexisme

La p’tite Blan est de retour avec son humour décapant pour vous aider à survivre dans une société sexiste. Conseils pratiques, décorticage des idées reçues, comment repérer un sexiste… A la fois pratique et drôle, vous trouverez dans ce guide de quoi faire face au machisme en toutes situations. 

La p’tite Blan est de retour avec son “Guide de survie en milieu sexiste*”. Peux-tu nous présenter ce livre ?

Blan : Ce nouveau tome est un peu différent des trois premiers (“Coming Soon”**, “Coming Out”** et ”Coming back”**) qui se suivaient et racontaient une histoire auto-biographique. Avec Galou, cette fois, on s’attaque au sexisme avec tout notre arsenal d’humour et de sérieux, parce que c’est un sujet qui nous touche. Plus dense et plus construit, ce guide essaie d’être un petit outil astucieux pour parler avec humour d’un sujet pas toujours drôle même si beaucoup s’en moquent ou minimisent cela ; on y aborde beaucoup de choses l’air de rien, et on espère mettre le doigt là où ça grince.

 

Il s’agit donc d’un bouquin féministe ? 

Absolument, je le revendique. Et j’espère que tous nos bouquins le sont. Avec Galou, on a aussi sorti un livre qui s’appelle ”Sois gentil, tais-toi et dors”**. Un homme et une femme sont au lit et l’homme se fait systématiquement chambrer ou envoyer bouler. C’est aussi une façon de lutter contre le sexisme et les préjugés. C’est important, surtout dans des univers comme la BD où les femmes sont encore trop souvent représentées comme des faire-valoir ou des objets de consommation.

 

Quel lien fais-tu entre ton militantisme homo et ton militantisme féministe ?

Ils sont intimement liés. Les problèmes d’homophobie et de lesbophobie vont souvent de pair avec le sexisme. On entend malheureusement encore souvent des gays être traités de “tapettes” ou de “pédales”, parce que leurs agresseurs les considèrent comme des sous-hommes, des êtres inférieurs, donc des femmes… Quand je lutte contre l’homophobie ou la lesbophobie, je me bats aussi contre le sexisme et contre n’importe quelle forme de discrimination. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde, certains ont tendance à se battre pour défendre un groupe au détriment d’un autre, c’est très dommage. L’égalité des droits de tous et de toutes ne pourra jamais se faire si l’on exclut certaines personnes de nos revendications. Les femmes, qui ne sont pourtant pas une minorité, sont traitées comme telle dans la société et quand en plus on est lesbienne, on subit souvent une double discrimination, alors il faut un double-militantisme (au minimum) !

 

En prime une préface signée Virginie Despentes… C’est la classe !

Oui, on est vraiment très contents. C’est un beau cadeau que Virginie Despentes nous a fait là ; sa préface est, comme ses autres écrits, percutante et profonde. C’est Virginie Despentes qui est classe !

 

* A paraître aux éd. Blandine Lacour, 8,50 euros, 96p

** Parus aux éd. Blandine Lacour

 

Marie

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*