SEXY SUSHI_CHILLO-36

Sexy Sushi, l’interview absurde

Sexy Sushi ne sont pas les animaux les plus aisés à dompter. Chez Barbi(e)turix, on a décidé de passer le cap de la provocation et de poser des questions d’intello à Mitch Silver et Rebeka Warrior. Quelques jours avant leur concert à l’Olympia, échange avec les plus grandes gueules de la planète gueulante. Chez les barbares, on appelle ça de l’électroclash. Un brin absurde, complètement politiquement incorrect, parfois méchant, jamais vraiment mesquin, souvent flippant. Leur dernier album, Vous n’allez pas repartir les mains vides ?, ne sent pas la rose, mais la consécration à plein nez. Sexy Sushi ça fait danser, ça fait penser, ça fait rire, et ça fait surtout du bien de penser sans penser à rien. En avant première pour Barbi(e)turix, l’interview que l’on se serait tous passés de lire. Ou pas.

 

On dit de vous que vous faites “rire, danser et penser”, quand vous avez lancé Sexy Sushi, au début des années 2000, c’est ce que vous aviez en tête de faire ?

Absolument, d’ailleurs nous suivons un plan qui ressemble à un labyrinthe.

 

“J’aime Mon Pays”, elle était prévue dans l’album ou vous l’avez totalement improvisée au vu des événements du moment ?

Nous n’avions pas prévu qu’elle provoque tous ces évènements comme l’aile du papillon qui s’agite.

Vous avez l’impression d’avoir fait un album plus politique, plus social que les autres ?

Nous pensons que notre album est plus métal avec des accents de nos régions ont du talents.

 

Vous pensez quoi de la résistance de la société française face au mariage pour tous alors qu’en Espagne ou au Brésil la loi est passé comme une lettre à la poste ?

Nous n’avons jamais été au Brésil et au Portugal, Rio à l’air sympa avec son grand Christ en béton.

 

On connaît peu vos premières années, comment vous vous êtes rencontrés comment tous les deux ? D’où est venue l’idée de faire un groupe ?

MS : Assez subitement, je me suis dis partons sur la route enchaîner les galas et les problèmes. Le malheur faisant nous nous arrêtions souvent dans les gares pour aider nos prochains. Une tape amicale et quelques sourires faisaient souvent l’affaire vous savez.

 

Vous êtes intenables aujourd’hui sur scène, c’était pareil vos premières scènes ?

C’était pareil d’après nos mémoires.

 

On a l’impression que rien ne vous atteint, que rien ne vous stresse. On a raison ?

Non ! Prenons l’exemple des horaires à respecter c’est très stressant vous savez, de se dépêcher.

 

Vous faîtes peur sur les visuels de votre dernier album, un rapport avec l’UMP non ?

Non, il s’agit d’hologrammes de 2pac le rappeur pris peu de temps avant l’écriture de son premier succès, la Mer.

 

Pourquoi deux disques ? Une solution de partage pour les couples qui se séparent ?

C’est surtout bien plus pratique et comme les disques ne se vendent plus cela permet aussi d’en balancer un maximum à la poubelle.

 

Comment vous travaillez tous les deux ? Un qui écrit plus les paroles que l’autre ? L’autre qui compose plus la musique ?

MS : Moi j’écris les paroles et Rebecca fait la musique.

Retour de Bâton, elle est venue comment ?

Un soir de plein lune.

 

Il y a toujours dans vos morceaux beaucoup de mélancolie, malgré l’humour, malgré le politique acéré, malgré votre jeu avec l’absurde. Vous ne seriez pas un brin mélancoliques, un rien désabusés ?

MS : Parfois, je regarde le pluie dehors et je pleure.

 

Vous avez vraiment l’impression que la société française va de plus en plus mal, ou vous exagérez les choses pour le show ?

C’est comme dans un jardin, parfois la Rose si majestueuse peut blesser sans odeur, sans un bruit.

 

Il y a un morceau qui vous touche plus dans Vous n’allez pas repartir les mains vides ?

Je doute.

 

Pour moi, et pour beaucoup de gens vous êtes l’équilibre parfait entre musique mainstream et scène underground, vous avez conscience de ça ? De pouvoir continuer à vendre de plus en plus de disques tout en restant pointus dans vos initiatives et fidèles à vous mêmes ?

Merci toi, bisous toi.

 

Et sinon, vous dites quoi aux gens qui vous disent que vous faites du commercial ?

Qu’ils ont parfaitement raison.

 

Merci !

 Adeline

Sexy Sushi, les photos du concert du samedi 5 octobre à L’Olympia :

 

Crédit Photo: Chill O.

4 Comments

  1. timide says:

    rien que le titre. ah.

  2. sally. says:

    Je bosse avec elle sur une date la semaine prochaine.
    Plus qu’une joie, une consécration.

  3. Brunette Localicious says:

    J’étais hier soir à leur concert à Angers et c’etait COMPLETEMENT BARRÉ ESOTERIQUE CATHARTIQUE DELURÉ SYPHONNÉ TERREUX PEINTURLURÉ A POILS, bref, completement Sexy Sushi quoi.
    Un de mes moments préférés, hormis celui où ma main à atteint Rebeka Warrior jusqu’à pouvoir toucher son molet {headshot} , c’est quand une bonne partie du public s’est retrouvé sur scène pour danser sur Sex Appeal, avec les midinettes qui connaissaient les paroles par coeur et qui ont jeté leur t-shirt pour exhiber leur soutif …
    <3 <3 <3 Sexy Sushi 5ever <3 <3 <3

  4. JJett says:

    Je te rejoins Brunette Localicious, ce concert à Angers était magique et orgasmique! Merci SEXY SUSHI!

Leave a Comment

*