portrait oceane_5998 HD (1) copy

La lesbienne invisible en bande dessinée

Plus besoin de la présenter désormais, La lesbienne invisible a tourné dans toute la France. Elle a bousculé les clichés liés à l’homosexualité féminine et nous a fait rire. Mais demain, c’est une autre vie qui s’offre à elle, puisque croquée depuis un an déjà sous le crayon de la dessinatrice Sandrine Revel, nous pourrons enfin découvrir le visage de La lesbienne invisible en bande dessinée. A cette occasion, nous avons interviewé sa dessinatrice.

BBX : Pourquoi La lesbienne invisible en bande dessinée ? Océanerosemarie t-a telle contactée pour transformer son spectacle en bande dessinée ?

Sandrine Revel : Ce n’est pas tout à fait ça. J’ai contacté Océanerosemarie après être tombée par hasard sur une vidéo de son spectacle La lesbienne invisible. Au mois d’avril 2012, j’assistais pour la première fois à son show à Bordeaux et là ce fût le coup de cœur. Océanerosemarie arrive avec une écriture sincère et rafraîchissante à nous parler de l’homosexualité féminine sans complexe, sans voyeurisme, loin des clichés habituels, avec un point de vue très personnel, c’est à dire avec l’œil et les sensations d’une jeune lesbienne dont personne ne croit à l’homosexualité : flashback, visions, réalisme… le rythme est rapide… Bref, tout est là pour réaliser une vraie BD qui parle enfin de l’homosexualité féminine avec humour et intelligence.

Quels enjeux vois-tu dans l’édition d’une telle BD sur la visibilité des lesbiennes et les stéréotypes liés aux lesbiennes ?

Honnêtement, je n’ai pas réfléchi à ça. La BD propose une autre vision du spectacle d’Océane. J’espère que tout le monde adorera la lire.

Quels enjeux graphiques y voyais-tu ?

L’enjeu, si il y en avait un était de retrouver l’énergie, le rythme, l’humour… du spectacle. Je devais trouver une narration tonique avec un graphisme simple tout en  gardant une place importante au texte d’Océane. Bref, trouver le bon équilibre.

Concernant le ton de la bande dessinée et son contenu: est-il librement adapté de son spectacle? Quelles libertés (outre les libertés graphiques) avais-tu sur cet album?

Je me suis servie du script pour écrire le séquentiel. La BD reste donc fidèle au spectacle même si j’ai dû rajouter quelques personnages pour donner un peu plus de corps à certaines séquences. Ce que les lecteurs vont découvrir c’est la tronche de tous les personnages qu’incarne Océanerosemarie dans son show. Pour l’anecdote, certains personnages devaient se rapprocher physiquement de son  idée bien précise. Elle me mettait sur des pistes en comparant ses personnages à des acteurs, actrices, chanteurs, chanteuses… Je savais à peu près où j’allais. Mais elle m’a aussi laissé beaucoup de liberté d’interprétation, je pense au personnage de “Frédérique” par exemple mais ce n’est pas la seule. Je circule un peu dans le milieu lesbien bordelais, ça a été source d’inspiration non négligeable !!!!

Qu’est-ce qui par exemple ne correspond pas directement au spectacle? Quel était le parti pris dès le départ avec Océanerosemarie?

Tout est conforme au spectacle, je n’ai rajouté aucune scène, j’ai juste donné une apparence graphique aux personnages. C’était le deal avec Océanerosemarie.

Y’a t’il un message que tu souhaites faire passer toi personnellement via cette bande dessinée adaptée d’un spectacle? Et qu’attends-tu de sa publication ? Et que penses-tu de la place des thèmes LGBT dans la bande dessinée ?

 Que je ne suis plus une lesbienne invisible !!!

J’attends de bons retours, c’est tout de même un an de ma vie cette BD. J’espère que les fans d’Océanerosemarie apprécieront l’adaptation. Cela reste une vision personnelle malgré tout, il y a toujours le risque de décevoir.

Même si je lis peu de BD, il me semble qu’elle est de plus en plus présente et c’est tant mieux.

Enfin, quels sont tes autres projets ?

Je prépare une bande dessinée sur la vie du pianiste canadien “Glenn Gould” qui devrait sortir dans un an aux éditions Dargaud.

Pour suivre l’actualité de Sandrine Revel: c’est ici.

La lesbienne invisible, Sandrine Revel et Océanerosemarie

15,95€ aux éditons Delcourt

Sortie prévue le 2 octobre 2013

Sarah

 

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

4 Comments

  1. timide says:

    pourquoi pas !
    ça pourrait bien brancher ça.

  2. Adeline says:

    Rendez-vous ce soir à la librairie Les mot à la bouches (Paris) avec Océanerosemarie, pour le lancement et dédicade de la BD !

  3. timide says:

    à partir de quelle heure ? parce que moi, j’ai lu qu’il y avait un rdv pour la p’tite blan et galou à 20h30, c’est en même temps ?

  4. timide says:

    re,

    et donc vu sur le site de la librairie :

    la p’tite blan et galou + océanerosmarie annoncés le 9 octobre chez violette & co à partir de 20h30 pour la dédicace.

    voili voilou !

Leave a Comment

*