1174668_10151827981789824_7043983_n

Le beau-livre de photos d’Emilie Jouvet

Après le très beau projet de BD du 17 mai, sorti cette année, la maison d’édition Des ailes sur un tracteur a proposé à la photographe et réalisatrice Emilie Jouvet d’éditer un beau-livre de 150 pages, regroupant une large sélection de photos issues de 15 ans de travail.

Sous son regard défile quinze ans de problématiques liées au genre, de représentions du corps, et d’affirmation féministe et/ou lesbienne. De 1995 (avant le PACS) à nos jours, c’est une véritable promenade sociologique, esthétique et intimiste que nous propose l’artiste. Afin de publier un livre de qualité, Des ailes sur un tracteur a lancé un appel à participer à l’édition et à la distribution de cet ouvrage.

L’occasion de poser quelques questions à Emilie Jouvet :

BBX : Pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir un livre de tes photos ?

Emilie Jouvet : J’avais envie depuis très longtemps de faire un gros livre qui retrace 15 ans de photos, une sorte de monographie. J’avais eu quelques propositions, dont une maison d’édition en Allemagne, mais j’hésitais à me lancer. Quand Jérémy Patinier m’a contacté, j’ai dit banco ! C’est un éditeur enthousiaste qui n’a pas peur de se lancer dans des projets innovants, et j’aime cet esprit là.

Vous envisagez de diffuser le livre sur des réseaux de diffusion beaucoup plus larges que nos réseaux LGBTQ comme la Fnac ou Amazon. Qu’attends-tu d’une telle diffusion?

Les personnes que je photographie ne sont pas forcément lesbiennes. Il y a aussi des hétéros, des bi-es, des trans, des gays, des personnes de genre ou d’orientation sexuelle indéfinie, et même des enfants ( car oui, nous avons aussi des enfants, n’en déplaise a Boutin et Alain Delon!). J’ai publié beaucoup de portfolios photos dans divers médias qui ne sont pas spécifiquement LGBT (Les Inrocks, De L’air, Tracks ), idem pour les expositions ( galerie Tristesse de Luxe à Berlin, Maison Européenne de la photographie a Paris etc..). Il en va de même pour les films. C’est vrai qu’en France, les personnes qui suivent mon travail sont en majorité des femmes et/ou des lesbiennes, et c’est cool, mais c’est un peu différent dans les autres pays, où mon travail a un public plus large, sans forcement de rapport avec le sexe ou l’orientation sexuelle.

Je trouve aussi que la visibilité des lesbiennes, ou la représentation des corps, de la sexualité des femmes dans une perspective féministe dans les médias et dans l’art est importante. Il me parait donc normal et indispensable que les images soient accessibles à tout le monde. De nos jours, trop rares encore sont les livres de photos avec des images fortes de femmes et/ou de lesbiennes. Je collectionne les livres d’art/ de photos de ce type, et malgré mes recherches, il y en a assez peu, provenant principalement d’artistes américaines.

Une large diffusion, notamment sur des sites internationaux, permettra aussi au public qui vit hors de France de se procurer facilement l’ouvrage (il sera édité en anglais également).

Que pourra-t-on trouver dans le livre ?

Une sorte de journal intime et militant en images, accompagnées aussi de quelques textes. Ce n’est pas du tout un “catalogue” exhaustif de toutes les féminités ou de tout le milieu Queer, loin de là. C’est simplement une balade dans le temps de 1995 à 2013, avec des photographies prises dans des lieux mythiques comme le Pulp, des soirées butch-fems, des ateliers drag-king, des sexparties queer berlinoises, des portraits d’artistes de la scène LGBT, queer et féministe européenne (musiciennes, performeuses, chanteuses), mais aussi des nus, des couples de femmes…

Les “modèles” sont des personnes que j’aime et que je photographie depuis longtemps ou juste des anonymes croisé-es en soirée avec qui j’ai partagé un moment fort et éphémère. Légères ou graves, érotiques ou ironiques, les photos questionnent les représentations du désir et de l’identité dans une esthétique directe mais que j’espère bienveillante, un mélange d’amour,  d’accueil et d’interrogation.

 

Vous pouvez soutenir le projet par une donation sur la page Ulule du projet, ou encore mieux réserver votre exemplaire dédicacé. Votre nom sera mentionné dans les remerciements.

Sarah

NDLR: sortie officielle du livre et launch party le 19 décembre

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    au travers de sa photographie et de ses réalisations audiovisuelles queer, je trouve qu’EJ a une façon intéressante et unique de promouvoir la baise entre nanas en france.

    cette capacité à faire usage de la liberté d’expression par les arts est essentiel face à l’exclusion. (oui, car il n’est pas toujours aisé pour chacun de se contenir ou se situer dans le polyamour, ou dans l’idéologie socio-déterministe entretenue par les homosexuels croyants au travers des associations païennes.)

    pour cela, (au delà, dedans ou en dehors de la dimension queer même ), EJ est une artiste à part entière.

    je ne produirai pas son ouvrage, par contre, même sans le sous, je me ferai le plaisir de l’acheter quand il sortira. :-)

Leave a Comment

*