louisahhh2

Découverte de la semaine : Louisahhh !!!

Louisahhh!!! était un mystère qui ne demandait qu’à être dévoilé. La Wet For Me s’en est chargée pour vous et lui a demandé de monter sur la scène de la Machine du Moulin Rouge le 6 septembre prochain. Mais pour en savoir un peu plus sur un visage de l’ombre signé Bromance Records… Portrait.

Une mère, une soeur, une petite amie. Au sein de la petite et jeune famille Bromance, Louisa Pillot, c’est un peu un mélange des trois. Seule femme parmi les jeunes loups de l’électro française -Gesaffelstein, Brodinski, Panteros666, Club Cheval- la jeune newyorkaise était restée jusqu’à aujourd’hui, quelque peu dans l’ombre. Et pourtant, on la connaissait, en fait, depuis longtemps.

Louisahhh!!! (trois “h”, trois points d’exclamations, pour ceux qui n’auraient toujours pas saisi), n’a que 17 ans quand elle commence à traîner dans les clubs d’électro du milieu underground newyorkais. De fausses cartes d’identité à d’inopportunes rencontres, Louisahhh!!! affine son style et se laisse évoluer, au fil des années vers un univers à la fois sombre et tendre.

Comme un miel un peu amer, le son Louisahhh!!! provoque à la fois tension et plaisir. En 2006, elle traverse le pays et s’installe à Los Angeles. C’est là qu’elle rencontre Steven Bloodbath -autre moitié de Pipes- avec qui elle crée le groupe NYCPARTYINFO, fruit presque mûr d’house minimale aux accents d’acid newyorkaise. Mais c’est en 2010, quand son ami Danny Daze lui demande de poser sa voix sur I Am The Beat, morceau qu’il signe avec son groupe Senor Stereo, que le visage de Louisahhh!!! -nom choisi en référence à un cri de guerre ou de plaisir, au choix- prend réellement la lumière pour la première fois. En 2011, il fait de nouveau appel à Louisahhh!!! mais cette fois-ci pour un featuring. Your Everything, sorti sur Hot Creations, fait un carton et Louisahhh!!! apparaît en première ligne de tous les charts américains.

La même année, nous la découvrons, ici en France, mais nous ne le savons pas encore. C’est en2009, lors de la Conférence de Musique d’hiver de musique de Miami que Louisa rencontre Louis. Louis Rogé, alias Brodinski. À l’époque jeune dj de 22 ans, Brodinski n’est pas encore archi connu. Il joue alors à Miami au côté du célèbre DJ Mehdi. Il porte un formidable dashiki (sorte de blouse très portée par les musiciens de l’Afrique de l’Ouest). Il lui dit qu’il aime ce qu’elle fait, surtout quand elle chante. Elle lui dit qu’elle n’est pas chanteuse. Il la pousse dans ce sens là. Et elle finit par l’écouter. Brodinski lance Bromance Records. Un jour, il lui parle de l’idée de Let The Beat Control Your Body, et la suite, on la connaît. Qui ne s’est pas secoué sur les beats effrenés de ce tube de l’hiver 2011/2012 ?

Quelques mois plus tard, suit Nobody Rules The Streets Like Me, nouveau pilier de la vague techno dark wave qui naît dans ces années là. Louisahhh!!! n’est aujourd’hui pas seulement membre de la jeune famille Brodinski, elle en est aussi un des piliers. Et il semblait être grand temps que la jeune artiste et productrice prenne son envol. C’est chose faite ! Le 22 avril 2013 sortait son tout premier EP. Sur ce premier disque intégralement signé Louisahhh!!!, deux titres coup de fouet : In My Veins et Tap My Wire.

Subtil mélange entre deep house et électro dark wave, le son Louisahhh!!!, s’il était là, latent, depuis longtemps, caché derrière ses multiples collaborations, est aujourd’hui un nouveau né des plus matures. Un fruit mûr qui ne demande qu’à être cueilli. Un levain qui ne demande plus qu’à être nourri, pour mieux pouvoir vieillir et évoluer. De The Hacker à Miss Kittin, en passant par Chloé ou encore David Carretta, les influences sont multiples mais il n’y a définitivement qu’un seul son Louisahhh!!!.

Pour en être sûr, rendez-vous le vendredi 6 septembre prochain pour une Wet For Me 3.0 explosive. Sur la scène de la Machine du Moulin Rouge, Louisahhh!!!, mais aussi Psycho Delia, Acid Arab et Rag mettront le feu pour vous faire oublier la rentrée ! On vous attend, EN FORME et sans vos cartables, les travaux manuels ne nécessiteront … que sourires et bonne humeur !

 

Adeline

One Comment

  1. timide says:

    je l’ai écouté et regardé à la WFM 3.0 et Louisahhh! a cette façon bien a elle de faire rebondir les sons. c’est incroyable !!! dés la première seconde de mix, elle prend possession des lieux et de vos oreilles par ses réglages aux platines (notamment cette capacité à jouer avec les fréquences sans les saturer), c’est totalement flagrant et impressionnant !!!

    perso, j’ai juste été scotchée par sa façon de faire. encore un coup des barbieturix ça !

    très différente de l’américaine lauren flax ou de la bésilienne joyce muniz (que j’ai découvert via BBX, merci, merci et encore merci :-) ), louisahhh ! est également un pur plaisir pour “les tympans danseurs”.

    je recommande tout simplement. (mais toujours avec des ear plugs au delà de deux heures d’écoute.)

    @barbieturix.com

    est-ce qu’un jour on aura la possibilité d’écouter et voir ou revoir axelle roch à la machine du moulin rouge via la wfm ?

Leave a Comment

*