tumblr_lri0yhsG501qmi5uao1_500

Chérie, on mange quoi ce soir ?

Barbi(e)turix étant un webzine édité par de jeunes femmes en fleur de 20 à 30 ans, il fallait bien un jour que nous tombions dans le cliché du magazine féminin, l’article qui ne manque jamais à Elle, Marie Claire, Fémina et j’en passe : l’article CULINAIRE!

Missionnée à cette tache j’ai dû trouver de l’aide auprès de ma copine cuisinière célèbre, car pour ma part tout ce que je retiens dans culinaire c’est le mot mot cul, il était donc préférable que je ne me lance pas dans ce genre d’article toute seule… L’article cul-inaire ou comment préparer à dîner pour ta future conquête.

MIAM

Grande finaliste de l’émission de télé-réalité MasterChef, et copine de copine de beuverie, c’est tout naturellement que j’ai demandé à Agathe Suarez ce qu’elle en pensait. “Pourquoi ? Pour pécho une meuf ?” -”Mais oui, le truc léger et bien fait, qui ne te fait surtout pas mauvaise haleine ou dur à la digestion, un truc qui a de la gueule mais facile à préparer, l’air de rien”. Et oui, si l’on reçoit avec l’intention de passer au dessert au plus vite, ce n’est pas pour rester en cuisine toute la soirée… Il est vrai que les gouines aiment les bouffes bien préparées, mais je pense définitivement que cela reste réservé au shot+3 (comprendre première baise+3 mois), un truc de couple installé (comprendre aussi qu’il s’agit d’espace temps lesbien, 3 fois plus rapide que l’espace temps hétéro).

“Déjà, oublie ail, oignon, échalotte”. Tu m’étonnes. “Les gouines sont très poisson cru. On peut penser à des sashimi, très simples à la préparation, avec une viande sans gras, le bifteack par exemple, le tout dans la même assiette pour ne pas laisser trop attendre ! ” Ok je note. “Sinon, le plat avant de pécho je pense aussi à des pâtes mais chiadées, avec des saint-jacques ou un truc comme ça, de jolis légumes, enfin un truc qui tient au corps et bon pour le cul (dans tous les sens du terme)”.

GLOU

Mais l’apéro alors ? Manger c’est bien, mais boire c’est mieux. “Atelier mojito !”. Désinhibition assurée, complicité dans la mise en oeuvre, le schéma me plaît, mais attention à ne pas en rester au mojito. Eviter trop de vin rouge, ça rend les dents et lèvres violettes, pas très glamour. Ne pas prévoir de dessert, le dessert c’est vous. En revanche, penser à une petite gâterie post-culbutage, un petit gâteau sucré dans le genre cannelé par exemple. Ou sinon des fruits au plus simple, petite barquette de framboises ou des raisins…

Et moi qui faisais de la raclette ma petite spécialité drôle et sans tabou, et bien je comprends mieux maintenant, quelle conne. Maintenant pour les doses, mesures et temps de cuisson, Agathe a sorti un bouquin (La cuisine funky d’Agathe), je vous invite plutôt à le consulter tout en regardant des redif’ de MasterChef.

SPLOSH

Dans un tout autre style, pendant l’écriture de mon article de haut vol, ma copine américaine spécialiste de haute voltige en tout genre, me suggérait autre chose : le sploshing. Tout droit importé des States, comprendre faire l’amour avec de la nourriture. De mon coté j’ai plutôt l’impression qu’il s’agit de s’en balancer partout à travers l’appart, le tout à poil.

Conseils cul-inaires de Louise De Ville : installer une bâche et protéger tous vos meubles, préparer une pâte à crêpes avec beaucoup de grumeaux, et surtout une grande panière de fruits bien mûrs (avec beaucoup de bananes). Effet garanti pour un premier dîner ! Maintenant comment expliquer à l’arrivée de votre hôte pourquoi votre appartement est entièrement bâché, sans qu’elle s’imagine un plan traquenard à la Dexter, le plus simple est d’aller au plus simple, emballer et envoyer.

Le sploshing est évidement un tout autre concept que le dîner traditionnel, mais tout aussi intéressant. Evidemment il vaut mieux être sûre de soi.

J’espère maintenant au travers de cet article avoir aidé au bonheur et aux joies des dîners de séduction, ces moments d’une intensité sexuelle fabuleuse, lorsque personne ne sait vraiment comment se comporter et que la timidité est la spécial-guest de la soirée. Perso, le dernière fois que cela m’est arrivé, il n’y avait rien à manger et que de la bière à boire (je déteste la bière). J’ai cru à une blague mais au moins, les choses étaient claires dès le début. Le problème est qu’à chaque fois que je revois cette personne maintenant, mon corps crie famine.

Alors, aux fourneaux les meufs !

 

Ragoût doux

 

article tiré du fanzine N°8

One Comment

  1. Lily says:

    Junk Food saved my life…

Leave a Comment

*