5832184-mariage-homo-l-etat-pourrait-interdire-le-printemps-francais

Béatrice Bourges, notre nouvelle meilleure amie.

#printempsfrançais, #onlacherien et #manifpourtous sont, sur le compte Twitter de Béatrice Bourges, les hashtags récurrents et maîtres mots de la nouvelle figure du Printemps Français.

Exit Frigide Barjot et sa troupe de bouts-en-trains médiatiques à pulls roses et logo papa/maman/enfants et bonjour « Béa », (on n’invente rien, la dame se fait appeler comme ça) avec toujours avec les mêmes pulls roses, mais malheureusement, pas le même discours.

Alors « Béa », pour la présenter rapidement (pour celles qui n’auraient pas encore vent de son doux patronyme) c’est, sous-couvert des mêmes propos soi-disant non-homophobes et pseudo-révolutionnaires, une femme pour le moins radicale qui s’auto-érige une fois de plus en Liberté guidant le peuple contre un lobby LGBT qui s’empare du gouvernement à coups de godes-ceintures et de tenues de cuir, désirant détruire les racines de la société soit : la famille. Prônant la fameuse désobéissance civile (plus exactement une «résistance à la Gandhi éventuellement illégale»), Béatrice Bourges s’allie aux agneaux pacifistes d’extrême-droite, tels que les groupuscules du GUD, Bloc Identitaire ou encore Civitas. Que du beau monde. A côté Frigide Barjot c’était un peu Mary Poppins. On la regretterait presque. Presque.

Se refusant à porter son mouvement comme affilié à un parti politique (blague), Béatrice Bourges clame un peu partout (et avec une petite voix mielleuse) que c’est « le vent de la révolte » (une poétesse on vous dit) qui la pousse à donner autant de sa personne et à se mettre autant en avant dans les médias.

Et un avenir en politique alors ? A l’entendre, bien sûr que non. Argument risible quand on sait que la dame a déjà un parcours politique et convoite un siège de députée. L’ancienne étudiante d’Assas fut neuf ans attachée parlementaire auprès de proches de Charles Pasqua. En 2002, elle tenta sa chance aux législatives dans les Yvelines puis rempile en 2012 où elle obtient 7% des suffrages. « Elle se promenait en 2 CV pour faire peuple, mais elle avait le milieu catholique traditionaliste versaillais derrière elle », se souvient Jean-Luc Manceau, alors candidat écolo dans Paris Match.

Depuis la Bourges vit confortablement grâce à sa boite de conseil aux grandes entreprises et ses conférences, dont celles menées à Ichtus, l’institut catholique traditionaliste lié à l’extrême droite.

En attendant, histoire de détendre un peu les mœurs dans ce climat actuel peu réjouissant, on vous propose de jeter un oeil au Twitter de « Béa ». Car Béatrice Bourges, en plus d’être une femme se consacrant à une lutte acharnée pour une société meilleure, possède une verve littéraire pour le moins hallucinante (par exemple ce très beau : « nous sommes les sentinelles de l’aurore »). Comme quoi, de Victor Hugo à « Béa », il n’y a qu’un pas.

https://twitter.com/BBourges

 

An SI

 

Be Sociable, Share!

2 Comments

  1. Esther says:

    Huuummmm ! je l’aime déjà ! je la kiffe <3 ! ;) rien que la contraction des lèvres ça donne une idée de son "ouverture d'esprit" et du reste probablement ! MDR

  2. timide says:

    comme c’est bien exprimé dans l’intro du film américain stoker, “(…) tout comme une fleur ne choisit pas sa couleur, nous ne sommes pas responsables de ce que nous sommes. C’est en prenant conscience de cela qu’on se libère. Et devenir adulte, c’est être libre.”

    donc, libre de ne pas avoir “bonne conscience” aussi.

Leave a Comment

*