Savages

Savages : le renouveau du rock féminin ?

Fut une époque, être une femme et faire du rock, c’était cool. Aujourd’hui, les guitares ont laissé place aux machines. Quoi que. Les quatre londoniennes de Savages pourrait bien changer la donne…

 

Vous vous souvenez de cette époque où les filles faisaient du rock ? Joan Jett, Courtney Love, Kim Gordon (Sonic Youth), Skunk Anansie, Garbage, les Cranberries. Premières icônes lesbiennes, sans doute pour avoir eu le courage de « mettre leurs attributs sur la table » et de s’imposer -puis aussi de faire du rock comme les mecs ?-, il faisait longtemps que le rock n’avait connu de digne représentante. Alors oui, Gossip. Oui, Metric. Oui, Yeah Yeah Yeahs. Mais, soyons honnêtes, hormis certaines exceptions, le rock s’est, avec le temps, de plus en plus électronisé. Et si Savages changeait la donne ?

Brut de décoffrage. Authentique et sanguin. Divin. Du gros rock. Classe malgré tout. Et saignant, oh oui, saignant ! C’est ce qui semble caractériser le mieux le son de Savages, ce girl band londonien, phénomène de l’autre côté de la Manche avec leur premier album Silence Yourself, tout juste sorti le 6 mai dernier.

Silence Yourself, belle entrée en matière pour Jehnny Beth (alias Camille Berthomier, actrice française et chanteuse du projet John&Jehn), Gemma Thompson, Ayse Hassan et Fay Milton qui officialisent leur union musicale en octobre 2011.

Si leur univers post-punk très arty fait immédiatement penser à celui des Bauhaus ou des Joy Division, le petit quelque chose conféré par une extrême féminité scénique et sonore, n’est pas sans rappeler le petit quelque chose des Skunk Anansie, Courtney Love, Joan Jett ou même Queenadreena. Quelque chose de sanguin, qui explose dans les riffs, dans la voix un peu enraillée, la batterie qui répond, la lumière blanche qui dans le son comme sur scène rappelle celle de Suicide, dans la basse aussi qui prend au ventre, et dans cette énergie presque surréelle, cette même urgence que l’on reconnaît aux femmes qui font du rock. Tubes en devenir, No Face, City’s Full et Shut Up deviennent sur scène des performances sombres et décalées qui, entre course dadaïste et plongée post-punk sauvage, plongent en pleine Factory revival.

Néanmoins, il faut bien se l’avouer, Savages n’invente rien. Et à défaut d’innovation, pourrions-nous parler de prise de risque ambitieuse. Car oui, faire du rock aujourd’hui, alors que les machines prennent de plus en plus le dessus sur basses, guitare et batterie, sur voix également, n’est pas mince affaire. Car oui, nous sommes arrivées à une époque où quatre filles sur scène sans ordinateur ni boîte à rythme, c’est devenu un peu ringard. Aie. Chapeau donc, à ces quatre artistes, en passe de devenir l’instinct de survie du rock d’aujourd’hui.

Si vous voulez découvrir les quatre rockeuses sur scène, elles seront à la maroquinerie le 6 juin prochain.

Adeline

Be Sociable, Share!

11 Comments

  1. B.A.N.D.A.N.T !!

  2. timide says:

    belle découverte, bien carré. photo jolie et efficace.

    #coowlkoi!

  3. Eniram says:

    Gros rock… Ma foi, à la première écoute je ne trouve pas. J’ai même pas réussis à headbanger!
    Bref,c’est quand même bien sympa!
    Si d autres groupes de “rock” vous intéressent il y à Crucified Barbara.
    Elles ont une bonne énergie ces nanas!

  4. timide says:

    @Eniram,

    j’ai été voir ton truc des crucifed bb’s là sur youtube. c’est crap.

    nan, si tu voir du vrai “furieusement filles”, si tu veux voir du p’ti philippe gildas “crampi” dans son fauteuil NPA live, c’est carrément là que ça se passe :

    http://youtu.be/8Qg_zyuMfGo

    :-)

  5. timide says:

    … et vas jusqu’au bout de la vid’… parce que le rire de gildas, c’est vraiment “un bonheur” à lui tout seul, une marque de fabrique audiovisuelle unique en son genre !

  6. Dee J. Mckay says:

    ARGAN Voilà mon petit doigt pourtant qui gronde quelque chose. (Il met son doigt à son oreille.) Attendez. Eh! Ah! ah! Oui? Oh! oh! Voilà mon petit doigt qui me dit quelque chose que vous avez vu, et que vous ne m’avez pas dit.

  7. Eniram says:

    Ah oui…Bien bien furieuses!
    Merci pour la découverte. Après, Crucified Barbara sont pas du tout dans le même délire musical c’est sur! Mais ne dis pas que c’est merdique s il te plait, c’est quand même travaillé, faut pas déconner!
    Tu en as d autres en stock des groupes du genre?

  8. timide says:

    @Eniram

    je n’ai volontairement pas utilisé le mot “merdique”. en fait, quand je pense “crap”, ça résonne sévère mais c’est une façon (personnalisée) de dire que ça ne me parle pas car c’est trop commercial, pas assez typé et trop lisse ce qu’elles font tes copines d’amérique … les sousous ! :-) mais je n’ai rien contre hein. j’aime pas mais je respecte.

    si tu veux découvrir de la vraie musique, de vrais courants, tu peux déjà parcourir le site de bbx il y a de quoi faire au niveau électro car il y a des articles qui ne sont pas forcément intéressants mais qui ont au moins l’intérêt de faire ressortir des noms de groupes rock entre autres.

    Ilovebarbieturix.com

  9. Eniram says:

    Pas de soucis, je trouve ça relativement commercial aussi. Mais bon…J’aime bien (un instant, je vais me flageller)! Ce doit être parce que je les ai vues sur scène.
    Bref. Bbx et leurs articles musicaux ont effectivement des références à ne plus savoir qu’en foutre.
    Merci beaucoup soit dit en passant!
    Mais bien souvent je passe un peu à côté, mon goût pour le punk s’est pas mal émoussé avec le temps pour être remplacer par le métal.
    Donc des groupes comme L7 avec ce côté grunge et métal, ça me parle plus!
    D’où la question pour savoir si toi tu en as d autres des comme ça.
    Parle! Ou tu seras soumise à la questionnette, fripouille! ;-)

  10. timide says:

    @Eniram,

    ah oui, la flagellation, parlons-en ! si tu les as vu sur scène, c’est THE argument pour défendre leur travail et leur charisme ! :-)

    oui, fripouille, c’est bien ça. ben tu peux toujours passer tes oreilles dans “babes in toyland” plutôt violent, “slits” ou encore le première album de hole “pretty from the inside” qui est assez rude et enfin queen adreena.

    déjà, y a d’quoi faire (pour les p’tites fripouilles dans ton genre. hu hu hu ! :-)

  11. Eniram says:

    Aaah..! La menace de la questionnette, toujours fatal!
    Merci en tout cas!
    Je vais de ce pas envoyer en pature mes oreilles chastes et pures à ces musiques de sauvages hérétiques.

Leave a Comment

*