20120427-164822-g

Les carnets érotiques de Jimmy Beaulieu : de la poésie à croquer

« C’est une drôle de pratique. Autonome, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un exercice, ou d’échafaudage, mais d’une discipline en soi. Ce n’est ni une démarche de plasticien, ni une démarche d’illustrateur, ni d’écrivain, ni de poète, ni de musicien, ni d’auteur de bande dessinée. Quoique. »*

De quoi s’agit alors ? Quels sont ces carnets que j’ai entre les mains, dessinés  et écrits par Jimmy Beaulieu ? Peut-on mettre un nom sur ces ouvrages dont les couvertures aux tons bleutés annoncent un contenu doux et poétique ?

Je ne vais pas répondre à ces fausses questions en ce dimanche après-midi de mai. Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous une découverte que j’ai faite il y a plusieurs mois, je vais vous parler d’un moment plein de grâce : Le temps des siestes.

Le temps des siestes est un « livre de dessins cochons » publié en 2012 par Jimmy Beaulieu, dessinateur et éditeur de bandes dessinées québécois.

Ce dernier carnet regroupe une multitude d’instants précieux vécus ou imaginés.

Des instants qui paraissent absolus mais qui sont si légers en même temps.

On peut y voir entre autres beaucoup de dessins mettant en scène des couples de femmes et c’est pour cela  – mais certainement pas seulement – que je trouvais qu’il avait toute sa place sur Barbi(e)turix.

Les dessins de Jimmy Beaulieu sont toujours dans ce carnet accompagnés de courts textes. Parfois, l’association du texte et de l’image nous échappe, jusqu’à qu’on se rende compte que chaque dessin fait le portrait d’un couple qui a son propre langage. Souvent même, ce sont les personnages chacun de leur côté qui dans leur propre langage tentent d’exprimer quelque chose qui sera reçu dans une langue presque étrangère.

Ces portraits de vies intimes  prennent sous les traits et les mots de Jimmy Beaulieu, une grâce exceptionnelle.

 

 

 

Parfois sont ajoutés aux dessins des questionnements sociopolitiques qui avec les dessins deviennent des questions « sociopoétiques » comme l’écrit Jimmy Beaulieu dans ses pages lui-même.

Le crayon de Jimmy Beaulieu me semble inégal, parfois gras, furtifs ou précis, il montre peut-être ainsi une diversité des corps qu’il fait se rencontrer, s’aimer ou se détester.

Tout part ainsi de l’intime pour tendre vers l’universel, de problématiques personnelles vers un langage politique.

Puis, il y a quelque chose que je trouve de féministe dans ce carnet, bien que je doute que ce soit la démarche de l’auteur.

Filez donc dans la librairie la plus proche de chez vous et feuilletez les pages de ce carnet tellement agréable à lire et à relire !

 

PS : Si vous aimez, je vous invite également à lire À la faveur de la nuit et Comédie sentimentale pornographique !

Sarah

*Avant propos de Jimmy Beaulieu

 

 

 

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    sarah @barbi(e)turix,

    mais merci pour cette invitation culturelle que je ne décline pas d’ailleurs. à l’occasion de violet & co par exemple …

Leave a Comment

*