73891_10151170546861297_678958462_n

Découverte musicale de la semaine : NO BRA

No Bra, ce nom ne vous dit peut-être rien, là, tout de suite, et pourtant, en 2005, leur titre phare, Munchausen, perle de pop industrielle, venait faire trembler les enceintes de tous les clubs underground.

Souvenez-vous, “hi, my name is Munchausen, how are you ? Really ? My name is Munchausen too, where are you from ? ” et ces beats électro inquiétants qui venaient donner le ton à la nonchalance de voix sans genre ni sexe. No Bra, nom inspiré d’un titre du Daily Sport, naît en 2005 sous l’impulsion de deux extravagances made in UK : Susanne Oberbeck et Fanny Pistor-Ettinger. L’album, Dance And Walk, sort en novembre 2006. Personnage complexe à la limite de l’angoisse musicale, l’album oscille tranquillement entre pop électro punchy-trash et ballades mélancoliques et tourmentées, avec cette éternelle voix au timbre éteint, qui rappelle parfois la nonchalance sexy des Verity Susman ou des Gala. Depuis, le groupe tourne en Europe et aux États-Unis et a notamment joué pour Gossip, Patrick Wolf ou encore Fischerspooner. En 2010? les deux anglaises s’exportent à New York. Pourquoi ? C’est à elle de vous le dire. En attendant le deuxième album prévu pour la fin 2013 et le concert à l’occasion de la soirée spéciale Barbieturix LIVES, le 22 mai prochain à la Chaufferie de la Machine du Moulin Rouge, au côté de Light Asylum et de The Eyes In The Heat, nous avons posé quelques questions à Susanne, nous qui, même si le “no bra” on connaît, les connaissons encore si peu.

Pourquoi avez-vous subitement décidé de déménager à New York ?

On s’est dit que New York était plus excitant et qu’il s’y passait plus de choses au niveau musical… la scène avant-garde y a une grande place, une place qui s’étend sur celle de la musique mainstream. La scène avant-garde y est moins marginalisée je crois. Beaucoup de mes inspirations musicales vivent là-bas.

En parlant d’inspiration, tu t’inspires de quoi quand tu écris ? De la vie, d’autres artistes, types de musique ?

De la vie ! La plupart de mes chansons sont inspirées d’expériences personnelles ou de celles de gens que je connais. Niveau musical, c’est quelque chose de plus spontané, je réfléchis rarement à ce que je veux faire, donc je suppose que je m’inspire de comment je me sens sur le moment mais aussi de ce que j’ai écouté dernièrement.

Les Inrocks disent de votre musique que c’est un mélange entre torture et mélancolie, vous êtes d’accord avec ça ?

Ils parlaient sans doute du premier album, Dance And Walk, et je crois qu’ils ne sont pas loin du but !

Il semble que tu n’aies rien enregistré depuis quelques années ? Comment ça se fait ?

En fait si, j’ai enregistré pas mal de chansons, j’en ai des tas, certaines sont en cours, d’autres sont finies. Il y a deux ou trois ans, j’avais un disque de 20 chansons, il était prêt, mais je me suis dit qu’il était beaucoup trop avant-garde pour en faire un second album, du coup j’ai décidé d’attendre d’en faire quelque chose d’un peu plus pop, de plus mélodique ( cf : Minger). Puis j’ai aussi pas mal tourné, et avec mon déménagement à New York, j’ai décidé d’enregistrer les chansons avec de vrais musiciens en studio, et tout ça, ça prend du temps quand tu n’as pas beaucoup d’argent.

Bon, et ce nouveau disque, il ressemble à quoi ? Il parle de quoi ?

Je ne sais pas trop comment le décrire, je crois que c’est un espèce de portrait social des gens rencontrés et des relations que j’ai eues ces dernières années. La plupart des chansons parlent de relations amoureuses mais j’essaie de trouver une manière plus authentique de parler de ces choses là et d’éviter les clichés habituels. Je parle aussi de féminisme et de la question du genre. J’essaie de trouver un angle qui fait réfléchir à de nouvelles possibilités de structure. Je m’excuse d’avance si tout cela sonne un peu prétentieux, mais je trouve la réalité en décalage avec toutes ces fantasmes que l’on a sur l’idée de genre. C’est un point de vue un peu féministe, mais je pense que nous devrions être tous égaux, hétéro ou pas. Je sais que c’est une position risible à notre époque et je la tourne au ridicule dans mes chansons. Quand par exemple je m’identifie à un homme gay qui recherche du sexe, évidemment que je ne suis pas un homme. Mais tu n’as pas spécialement besoin d’être un homme, une femme ou quoi que ce soit dans une chanson.

No Bra sera en concert le 22 mai à la Chaufferie de la Machine du moulin Rouge pour les BBX LIVES !! Avec Light Asylum et The Eyes In The Heat.

12 euros en prévente sur Digitick

14 euros sur place

 

Adeline

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    really ? :-)

    thanx for really bringing those sh*** to us, bbx reader girlzzz really.

    it’s really a lot of fun ! ;-) … really.

Leave a Comment

*