BAMBI-Photo2

Festival du film queer à Tours : Désir, Désirs

A l’occasion de la 20éme édition du Festival Désir, Désirs qui se déroulera à Tours du 11 au 25 Mai, Barbi(e)turix s’invite en tant que spectatrice et livrera une sélection des films Queer à ne pas manquer lors de leurs sorties parisiennes, diverses interviews surprises et une myriade d’autre articles.

A travers une programmation placée sous la thématique du Genre, divers projections, expositions, concerts et rencontres se feront avec la participation de plusieurs militantEs, activistEs et réalisateurEs en tout genre, avec entre autres Sébastien Lifshitz (Les Invisibles), Pascale Ourbih ou encore Catherine Corringer (Queens).

Le Festival proposera entre autres la projection de films tels que :

- Mommy is coming de Cheryl Dunye

- Queens de Catherine Corringer

- Bambi de Sébastien Lifshitz

- Kyss Mig d’Alexandra-Therese Keining

Plusieurs conférences auront également lieu et notamment:

- Le(s) personnage(s) de « Divine » dans les films de John Waters, le lundi 20 mai

- La lesbienne dans les séries télévisées américaines, le jeudi 23 mai

- Capitalisme et minorités sexuelles, le mercredi 22 mai

Et nombre d’autres événements tels que des expositions d’art dans différents endroits de la ville, toujours sur le thème du désir et du queer ainsi qu’un concert de l’amie Christine and The Queens en cérémonie de clôture, le samedi 25 mai.

Un beau programme dont la totalité est à retrouver sur le site l’événement !

An Si

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

3 Comments

  1. timide says:

    so far, so queer ! so good.

    “désirs, désirs”

    oui, c’est exactement cela dont il s’agit !

    (surtout quand on a été à la dyke spring ed., #blossomsarelookingsogood #please #maketherightchoiceswhensensitiveisverymuchimportantforallthepeople

    merci pour cet article An Si. (#j’tekiffe@bbxcommed’hab)

    j’avais déjà pu envisager “mommy is coming” sur têtue.com à l’époque de g.wullus (ou pas d’ailleurs). la b.a est absolument épatante et le casting donne envie grâce à e.jouvet (enfin !) d’ailleurs, je viens de me la visionner sans le son sur “I knit you” de kate wax.

    #c’estbienmais…bizarre
    #encoremercibbx.compourcetteopportunité
    #mercibbxpourvotreformidableoutilinternet

    rien à redire sur le “Bambi de Sébastien Lifshitz” qui pour moi ne joue pas dans le registre qui m’intéresse là tout de suite. (on a déjà eu françois ozon dans le paysage… donc … )

    quand à kyss mig, que dire … #culd’artichaudoucoupdecoeur? si cela n’est que les histoires de long-métrage, c’est toujours un peu presque toute une vie !!!

    première raison de prendre le temps de regarder kyss mig : t’es gouine et t’en a marre des orgasmes a répétition ou encore t’es gouine et t’en a ras-le-pompon de darkvador.

    deuxième raison : la b.a n’est pas représentative (et ce n’est d’ailleurs pas son but) de l’intensité naturelle qui sait exister entre le désir féminin dans sa rencontre avec le désir lesbien à travers cette fiction scandinave.

    c’est mia endberg qui nous avait déjà un tout petit peu initié (en tout cas, moi assurément, et je dois en être fière) aux capacités universelles et “expressions instinctives” de la sexualité chez les femmes avec son “très porno” “dirty diaries”.
    avec alexandra-therese keining (kyss mig donc pour les feignasses), c’est un double emploi qui transporte une possible révélation fictive vers un réel certain, cela dans une intimité absolument délicieuse entre les deux “flickors”. (huvudpersonerna : ruth vega fernandez et liv Mjönes (#verycutesandoftemulation) = quand même #ilfautledire potentiel à vous retourner vos frenchguts …

    #t’asdéjàbudelafernetbrancaavecdeuxsoeurssuédoises?
    #c’estquandmêmemieuxqu’avecdeuxsoeurssiamoises
    #sij’teledisc’estquec’estvrai!!! :-)
    #thisisnotaprivatejokeandit’soutnow
    #anyways

    bref, je termine passionnément en affirmant que pour les amatrices romantiques de “sexe intimiste” et de “baise efficace” entre “female wanted”, je conseille vivement de retirer “les boules quies” (posés à l’occasion de la dernière WFM), et de vous mettre en mode V.O, parce que la bande son de ce long … c’est canon ! amatrices de son et d’images (cqfd les bbx), cette bande son est parfaitement élaborée, ingénieusement sonore et donc dans cette histoire qui nous révèle visuellement #bahouiàquoisertlavisibilitésansvisu??? #nanmaisallôquoi? #yaqueulqu’undansl’ordinateur? #oubien #bref!, délicieuse pour les capteurs sensibles de nos “oreilles-papillon” si chères “à l’ombre des jeunes filles en fleur”.

    une bande son qui révèle l’un des aspects fins du ciné suédois en général…

    un peu comme un cadeau fantasmagorique qui vient atterrir “just like … straigth to your doormat !” ;-)

    #pirateàencorevolélarecette!!!
    #okons’enfoutdetypiakonveutjustelaurenflaxetaxellerochauxplatines

  2. timide says:

    j’ai relevé deux conférences potentiellement intéressantes :

    mercredi 22 avril 2013, 14h à l’université françois rabelais

    “capitalisme et homosexualité : un mariage de raison” d’antoine servel

    jeudi 23 avril 2013, 14h même lieu

    “la lesbienne dans les séries tv u.s” d’emilie marolleau

  3. timide says:

    c’était bien mais une conférence par jour, c’est un peu tarte pour un festival.

Leave a Comment

*