meilleure-facon-de-march-ii02-g

Un ciné-club d’un autre Genre

De nombreux festivals LGBTQI* existent un peu partout en France (Chéries-Chéris et Cineffable à Paris, Cinémarges à Bordeaux, Ecrans mixtes à Lyon etc.). En revanche, des ciné-clubs qui proposent des films qui questionnent les sexualités ou les identités de genre, il n’y en a pas. Et ce rendez-vous régulier est sans doute quelque chose qui manquait à la vie culturelle LGBT. Désormais, cela ne nous manquera plus puisque Anne Delabre, en partenariat avec Fabien Houi (propriétaire du cinéma le Brady), lance mardi prochain (23 avril) un ciné-club : le 7e Genre.

A l’occasion de ce lancement, c’est le film La meilleure façon de marcher (1976) de Claude Miller qui sera présenté. Un débat sera ensuite animé par Anne Delabre elle-même. Cette première séance accueillera également en invité d’honneur l’acteur Patrick Bouchitey (qui joue le rôle principal).

Entretien avec Anne Delabre.

Il existe de plus en plus de festivals de cinéma LGBT+++ en France, et notamment le désormais renommé festival Chéries-Chéris… Un ciné club fonctionne différemment. Quel apport souhaitez-vous à la communauté LGBTQI ou au cinéma avec le ciné-club le 7e Genre?



Un festival est un événement ponctuel, un ciné-club a pour vocation d’être un RDV régulier tout au long de l’année. A Paris il existe bien sûr des ciné-clubs dans différentes salles mais aucun n’a pour approche spécifique les questions de genres et LGBT. C’est ce qui fait la spécificité du 7e genre : proposer des œuvres de toutes époques et de tous pays, et les décrypter en portant l’attention sur ces problématiques. Il ne s’agit pas forcément de présenter des films estampillés “gays” ou “lesbiens” mais plutôt de s’intéresser aux représentations de l’homosexualité dans des films de tous styles, connus ou moins connus.

Quelle est la genèse de ce ciné club? Depuis combien de temps y pensez-vous? Comment avez vous mis cela en place?


Etudiante, je faisais partie d’un ciné-club universitaire. Plus tard, devenue journaliste, j’ai toujours gardé au fond de moi l’envie de retrouver cette ambiance si particulière de partage après une projection. Ne pas se contenter de voir un film et de rentrer chez soi mais aussi échanger autour du film, dans la salle et aussi parfois avec des invités. Rendre le cinéma plus vivant et convivial, donner envie aux gens de découvrir ou redécouvrir des œuvres hors de l’actualité des sorties. Les quelques conférences-débats organisées lors de la publication du livre que j’ai co-écrit avec Didier Roth-Bettoni, Le Cinéma français et l’homosexualité (Ed. Danger Public) m’ont donné envie également de prolonger ce travail autrement. Et le succès des séances “vintage” que j’ai programmé au dernier festival de films LGBT Chéries-Chéris en octobre 2012 m’ont convaincu de trouver le moyen de proposer tout au long de l’année des séances de ce genre dans une salle parisienne.

Pourquoi avoir choisi le cinéma le Brady? Ou est-ce le cinéma le Brady qui a décidé de vous apporter volontairement son soutien?

Le choix du Brady s’est fait par l’intermédiaire d’un ami qui m’a présenté Fabien Houi, son propriétaire. Celui-ci s’est montré tout de suite enthousiasmé par le projet et nous l’avons monté dans la foulée, en partenariat avec le Centre LGBT, lui-aussi tout de suite très partant. Nous aurons deux séances inaugurales en avril et mai puis le ciné-club reprendra à la rentrée à un rythme mensuel (en début de semaine).

Comment choisissez-vous les films?

La décision se fait à partir d’un dialogue avec Fabien : il apporte ses compétences de distributeur et exploitant de salle (disponibilité de la copie, conditions financières pour l’obtenir etc.) et moi je fais des choix en tenant compte de l’intérêt de l’œuvre par rapport à notre thématique, de l’équilibre entre les différents pays et les différentes époques et aussi bien sûr de coups de cœurs personnels ! Je vais essayer d’inviter des intervenants spécialistes le plus souvent possible : ça sera le cas par exemple le 28 mai avec la présence d’Emmanuel Le Vagueresse, professeur de cinéma espagnol à l’Université de Reims qui viendra nous parler du Baiser de la femme araignée, un film brésilien bouleversant, qui ressort en copie neuve, ça tombe bien…

Qu’attendez-vous de ce ciné club?

Inciter le public à (re)découvrir des films du répertoire (et non des “vieux films”, une expression que je déteste !) et au travers de ces œuvres, essayer de décrypter l’évolution des représentations LGBT et de genre en fonction des périodes de l’histoire, des pays, etc.

Et enfin Pourquoi avoir choisi le film “La meilleure façon de marcher” pour le lancement de ce ciné club?

C’est un film que je trouve particulière riche, qui inclue toutes les problématiques qui seront abordées dans le ciné-club 7e genre. C’est aussi un hommage à Claude Miller, un réalisateur que j’ai eu la chance de rencontrer quelques années avant sa mort (le 4 avril 2012 à l’âge de 70 ans) et qui m’avait beaucoup touchée. Et Patrick Bouchitey, qui joue le rôle-vedette, nous fera le plaisir d’être présent pour cette séance inaugurale, c’est une occasion rare !

 

 

Page facebook du 7e Genre ici

Lancement du ciné-club mardi 23 avril à 20h

Cinéma le Brady

30 bd de Strasbourg

75010 Paris

*LGBTQI : Lesbien, Gay, Bi-e, Trans, Queer, Intersex

 

19e édition du Festival Chéries-chéris

Par ailleurs, et toujours dans le même registre, la 19e édition du festival Chéries-Chéris qui aura lieu cette année du 16 au 20 octobre 2013 a désormais ouvert les inscriptions. Vous pouvez envoyer vos films sur le site du festival ici. Vous avez jusqu’au 30 juin. La sélection sera connue le 6 septembre 2013 !

Sarah

 

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

One Comment

  1. timide says:

    des “vieux films”, une expression que je déteste !

    ;-)

Leave a Comment

*