camillasparksssok

La découverte musicale de la semaine : Camilla Sparksss

Un nouveau nom à garder en bouche, celui de la canadienne Camilla Sparksss, en concert à la Machine du Moulin Rouge le 29 mars prochain dans le cadre du festival Les Femmes S’en Mêlent.

Il y a quelque chose de très électrique chez Camilla Sparksss, une espèce de force tribale qui traverse sa musique et transperce les corps. Il y a trois mois, le teaser de I’ll Teach You To Haunt, débarquait sur YouTube. Un mois plus tard, le clip sortait, tout beau, tout frais. Un nouveau single, Precious People, est annoncé pour le 17 avril prochain.

 

Un clip. Un seul et unique clip circule donc depuis sur la Toile. Autant dire que la canadienne de 29 ans sait se faire désirer et maîtrise parfaitement, à l’image des iamamiwhoami, l’Art du buzz musical. Non parce que, si on y réfléchit bien, avec un seul titre et une vidéo live arty entre cauchemar et performance, intitulée Europe, on sait quoi de Camilla Sparksss ? Alors d’accord, elle a une fâcheuse tendance, plutôt mignonne, à la multiplication des “s” à la fin de ses pluriels. D’accord, son titre I’ll Teach You To Haunt est une bombe de pop froide et électrique. D’accord Camilla Sparksss n’est autre que l’alter ego de Barbara Lehnhoff du groupe suisso-canadien Peter Kernel. D’accord elle a grandit dans les réserves indiennes du Canada… Ha ! C’est peut-être ici que réside tout le mystère et la fascination Camilla Sparksss. Car il faut savoir que Camilla, Barbara, on ne sait plus trop, est le genre d’artiste atypique qui a tout pour réussir. Élevée dans une réserve indienne, Camilla Sparksss, c’est le genre de fille qui a grandit avec deux ours bruns, qui ne se déplaçait pas en scoot ou en vélo mais en bateau ou en hydroglisseur et qui a construit pièce par pièce une Austin Healey.

À part ça, elle aime le rap, les drums machines, les modes d’emploi (si si) et les bains thermaux. Musicalement on en est où ? Soeurs cachées de The Knife, cousins d’Austra ou de Phantogram, dignes descendants de la cold wave des 80s, quelque chose d’effectivement froid à l’extérieur et très chaud à l’intérieur. Voilà, en fait, on en sait déjà assez pour aller la voir électriser la scène de la Machine du Moulin Rouge à l’occasion de la soirée de clôture du festival Les Femmes S’en Mêlent, le 29 mars prochain. À vos billetteries !

Adeline

Adeline

Caution musicale de la team et rédactrice en chef du mag Heeboo, Adeline est amatrice de sonorités brutes et de soirées sans façons. Elle aime : le bleu / ponctuer ses interventions de points / râler. Ses soirées à elle (et à tout le monde) : Sneaky Sneaky.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

2 Comments

  1. Em' says:

    Une bassiste de folie dans Peter Kernel même! Groupe tout simplement magique

  2. Tuyet says:

    Je m’appelle Marphisa.
    Je suis une vieille de trente-cinq printemps .
    Mon travail est huissier de justice . Mes amis disent que je suis une bonne poire.A

Leave a Comment

*