laparade

Le film lgbt de la semaine

A Belgrade, en Serbie, un petit groupe d’homosexuels militants tente d’organiser la première marche des fiertés du pays. Malgré les agressions régulières des skinheads de la ville, ils persistent et tentent par tous les moyens de défiler. En parallèle, le chien de Lemon, ancien soldat de la guerre des Balkans et actuel caïd, macho et homophobe latent, est blessé d’une balle dans le corps. Il est soigné et sauvé par un vétérinaire homosexuel, compagnon d’un des militants. Par un concours de circonstances, Lemon se retrouve à protéger la marche des homosexuels. Lâché par ses amis serbes, il devra parcourir le pays à la recherche de ses anciens ennemis de guerre, devenus compagnons d’armes. Il parvient à réunir sous ses ordres : un croate, un bosniaque et un albanais, tous, plus dans la surenchère de la virilité les uns que les autres.

Les personnages ne sont pas épargnés par les clichés. Lemon est un homme bourru, qui aime à se battre, boire cul sec et expose ses trophées de guerre à tout va. Quant à Radmilo, il est sensible, lève le petit doigt, a un petit ami artiste et porte des pulls mauves. Evidemment, tout les oppose. Evidemment, ils vont s’entendre. Au premier abord, l’idée que ces anciennes nations ennemies parviennent à s’accorder pour défendre une cause (à contrecoeur… Au début) quand un même pays est divisé sur l’homosexualité semble un peu simple. Pourtant, La Parade ne manque pas de subtilité et de drôlerie. Ce n’est pas tant la caricature qui amuse mais les répliques, les dialogues bien sentis et la finesse des stéréotypes (oui, ceci est oxymore). La Parade est un film dont le propos peut s’avérer terrifiant mais Srđan Dragojević (réalisateur également de La Visite de la fanfare) en rit et fait rire le spectateur. Mais il réussit ce tour de force incroyable : donner envie au quidam de se défendre pour ses droits, de se lever, quitte à perdre des dents ou à se prendre de mauvais coups.

A la fin du film, Mirko, le compagnon de Radmilo, hurle face aux skinheads venus attaquer la parade à son point de départ, qu’il se trouve dans un pays divisé en deux, que deux Serbie existent. Il ne fuira pas son pays pour marcher la tête haute dans la rue. Il le fera là où il est né et a toujours vécu. Le rapport est moindre mais aujourd’hui (le ridicule ne tue pas, hein Frigide?) mais la France est aussi divisée en deux. Environ 500 000 personnes (faisons une moyenne) ont défilé dimanche pour que leurs concitoyens ne puissent pas avoir les mêmes droits civiques qu’elles ! Interrogé par Têtu, le réalisateur estime que si son film « peut avoir un impact (en France) ne serait-ce que minime, il en serait ravi… » Combien serons-nous dimanche prochain à se battre pour l’Egalité au sein du Pays des droits de l’Homme ?

Pour information : La première et unique, marche des fiertés de Serbie eut lieu en 2010, 1000 manifestants ont défilé… pour autant de policiers. 57 personnes ont été blessées par les centaines d’extrémistes venus perturber la parade. En 2011 et 2012, les marches ont été annulées pour des raisons de sécurité.

La Parade (1h55min) de Srđan Dragojević, en salles depuis le 16 janvier.

Angie

 

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

Leave a Comment

*