GetInline

Je suis un amateur de pédales

Lors de l’élection de François Hollande en Mai 2012, certains partisans du camp de Nicolas Sarkozy ont déclaré à tort ou à raison, constatant le faible écart de voix entre le vainqueur et le vaincu, que “c’est officiel, la France est désormais coupée en deux.” Le mois de Janvier 2013, cette phrase se révèlera exacte, mais dans une autre sphère. Dorénavant, il y aura la France du 13 et celle du 27.
En effet le 13 Janvier, deux manifestations distinctes, “La Manif pour tous” et celle de l’”Institut” Civitas, de triste mémoire, seront dans la rue pour exprimer leur opposition au projet de loi sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.

Ces deux manifestations rassembleront des personnes ayant des motivations diverses.
Certains opposants au projet de loi sont eux-mêmes homosexuels et déclarent qu’ils sont contre le mariage en tant qu’institution bourgeoise.Ce point de vue est respectable, mais il ignore le principe d’égalité qui est constitutif de la République française.Quelle est la situation à l’heure actuelle ? Un couple hétérosexuel ne désirant pas se marier en a le droit. Un couple homosexuel désirant se marier ne l’a pas. Ce qui revient à dire (car nous parlons bien ici de mariage civil) “nous vous refusons les avantages légaux et la reconnaissance officielle de votre couple en raison de votre sexualité”. Cette situation est inacceptable. A partir du moment où un seul couple homosexuel, fut-il le seul en France, désire se marier, la possibilité doit lui en être offerte.

D’autres opposants déclarent eux faire profession de tolérance à l’égard des homosexuels,mais être opposés au mariage car “c’est un homme et une femme”. En dehors de toute bataille sordide de définitions, il n’y a qu’une réponse à apporter à ceci: la France est membre de l’ONU; signataire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 (dont faut-il le rappeler, un des rédacteurs était français) ; en tant que telle, elle n’a PAS la liberté morale de décider d’une discrimination sexuelle, elle s’est officiellement engagée lors de l’établissement du concert des nations tel que nous le connaissons à ne pas la pratiquer. Ceux qui refusent de reconnaître la possibilité de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe auraient dû quitter la France en 1948 ou dès qu’ils en ont eu la possibilité.

Enfin, d’autres opposants invoquent la loi naturelle et le bon sens. A ceux-là, je pourrais dire que l’homosexualité est présente dans la nature, et que lorsque l’on se revendique d’une certaine idée de la civilisation, discutable ou non, c’est qu’on est civilisé et donc au dessus des lois de la Nature (contradiction à laquelle Civitas est régulièrement confronté dans ses arguments); je pourrais aussi répondre que le bon sens, qu’on qualifie aussi de “populaire”, n’existe pas en tant qu’unité indivisible, car tout le peuple ne pense pas pareil; je pourrais enfin leur dire que leur conception de la France n’étant pas la mienne, il en est de même pour la conception de son héritage, et ainsi invalider l’argument des individus qui ont envoyé une douille dans une enveloppe à monsieur Rosmini, président du groupe Homosexualité et socialisme.

Mais à la place, à ceux-là, qui selon leur culture et leur éducation, traitent régulièrement des gens que je connais et estime, et d’autres qui me sont inconnus, de sale pédé, de sale gouine, de mal baisée, de tarlouze, de tantouze, de sodomite, d’inverti(e), de bougresse ou de bougre, et les hétérosexuels solidaires parmi lesquels je compte (ce dont à la base je ne tirais aucune fierté particulière mais quand je vois nos opposants, ça commence à venir doucement) d’”amateurs de pédales” comme à une certaine époque on qualifiait ceux qui menaient un autre combat aussi important d’”amateurs de kaffirs”, à ceux-là donc je leur dirai: “allez-y, allez crier votre répulsion, votre intolérance et votre dégoût dans les rues le 13 janvier. Votre conception de la France se meurt chaque jour un peu plus, et même en faisant trois pas en avant puis deux pas en arrière, le futur nous appartient. On n’empêche pas un chien qui se meurt de la rage de pousser ses derniers aboiements d’agonie. Si cela lui permet de reposer en paix.”

Cyril

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    “JE SUIS UN AMATEUR DE PÉDALES” et moi, je suis amatrice de pigalle depuis que bbx se tape “la machine” en mode wfm ! :-)

    de toute façon, depuis la révolution, la france a toujours été divisée, que cela soit en société civile et religieuse depuis 1901, que cela soit en droite et en gauche. aujourd’hui n’est que la conséquence inéluctable du progressisme qui se détache toujours un peu de son conservatisme immobile … de nos jours, il y a eu un pari, une sortie sur les schémas homme-femme homo-hétéro, et finalement, c’est pas trop violent comme évolution sociétale.

    à l’heure de la loi du mariage pour tous promulgué, trève de pessimisme je ne crois pas qu’il faille perpétuer la culture de la violence en dissociant la manif pour tous de l’expression citoyenne qu’est la liberté de se rassembler, le droit de réunion et de manifestation.

    autrement dit, il ne faut pas tomber dans le piège de la conceptualisation de l’homophobie qui immobilise les idées, paralyse les mouvements et donc stigmatisent les initiatives collectives porteuses d’élans créatifs communs et innovants pour la société toute entière.

Leave a Comment

*