Communiqué PMA

 

Barbi(e)turix relaie le communiqué du collectif Gouine Comme un Camion sur la procréation médicalement assistée.

Ce week-end, Bruno Le Roux, Président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale et Najat Vallaud-Belkacem, Ministre du Droit des femmes et porte-parole du gouvernement, ont évoqué la possibilité que le PS renonce à l’amendement sur la procréation médicalement assistée, motif pris d’une hypothétique et vaste réforme du droit de la famille devant intervenir en mars prochain. Or, ce projet de réforme promet de traiter divers sujets comme l’accès aux origines, sujet de bioéthique débattu depuis de nombreuses années et sans rapport avec la question particulière de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes telle qu’elle existe d’ores et déjà aujourd’hui en droit français au profit des couples hétéro. Nul doute que l’hypothétique et injustifié report de cette partie de la réforme à une autre loi ne tend en réalité qu’à abandonner l’ouverture de la PMA aux couples de femmes.

PAS D’EGALITE DES DROITS SANS PMA
Gouine comme un camion qui se bat activement pour défendre le droit des lesbiennes et contre toutes les formes de sexisme s’insurge contre l’abandon de cet amendement qui s’inscrit pourtant dans un combat pour l’égalité des droits.

Nous refusons que cette égalité soit aujourd’hui bafouée et noyée dans un débat qui ne concerne pas spécifiquement les couples de même sexe mais plus largement les couples hétérosexuels ayant déjà eu accès à la PMA avec donneur anonyme.
Gouine comme un camion appelle donc toutes et tous les féministes à se rallier et à s’unir pour que ce point capital de la réforme qui touche au droit élémentaire des femmes à disposer librement de leur corps ne soit pas remis à plus tard et soutient qu’il a toute sa place dans l’actuel projet de réforme du gouvernement sur le mariage et l’adoption.

Ce projet tend en effet à consacrer enfin, et après des années de discrimination, l’égalité en droit entre couples hétérosexuels et couples homosexuels. Or, aujourd’hui les couples hétérosexuels disposent du droit de se pacser, de se marier, d’adopter et d’avoir recours à la procréation médicalement assistée, c’est-à-dire concrètement qu’une femme en couple avec un homme peut se faire inséminer et ainsi procréer sans rapport charnel avec son conjoint grâce au sperme d’un donneur anonyme. Refuser le même droit à une femme en couple avec une autre femme c’est consacrer spécifiquement une discrimination à l’encontre des lesbiennes. L’égalité des couples que prétend porter l’actuel projet de réforme impose d’ouvrir exactement le même droit aux femmes, qu’elles soient en couple avec un homme ou avec une femme. Comment comprendre cette grossière discrimination à l’encontre des couples de femmes que le gouvernement s’apprête à instituer à l’occasion d’une reforme pour l’égalité ? C’est peut être que notre société est encore plus sexiste qu’elle est homophobe.

CONTRACEPTION, IVG, PMA, MÊME COMBAT
L’ouverture de la PMA aux couples de femmes s’inscrit dans les combats menés pour le droit des femmes. En renonçant à l’amendement, l’on contraint les femmes décidées à recourir à la PMA à le faire illégalement dans des conditions parfois extrêmement dangereuses pour leur santé : les hormones pris sans indication, ni suivi médical sont sources de cancer, de syndromes d’hyperstimulation ovarienne extrêmement douloureux entre autres nombreux problèmes de santé dont on ne parle pas. Les avortées d’hier sont les inséminées d’aujourd’hui.

Ne laissons pas les femmes qui entendent librement disposer de leur corps et de leur appareil reproductif dans l’illégalité. Ce combat n’est pas seulement un combat de lesbiennes c’est un combat de toutes les femmes pour défendre leur liberté et leur indépendance. Nous exigeons du gouvernement qu’il ne sacrifie pas notre droit fondamental à l’égalité par manque de courage politique et nous demandons à être reçues par Najat Vallaud-Belkacem pour que ne soit pas instituée légalement une discrimination à l’encontre des lesbiennes, donc des femmes.

Nous exigeons l’égalité, ni plus, ni moins. Nous ne transigerons pas.

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*