Sans titre1

HOMOS + SCOLARITE = ?

 

« Dans la lutte indispensable à mener contre l’homophobie, contre les discriminations, contre les violences faites notamment aux plus jeunes d’entre nous qui se découvrent une orientation homosexuelle, il faut faire en sorte à tous les stades et particulièrement dans les cours d’écoles, de lutter contre des représentations qui sont stigmatisantes pour ces jeunes.”

Ce sont les mots de la ministre du droit des femmes et porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem  lors de sa déclaration sur la toute récente polémique de la place de l’homosexualité dans les manuels scolaires. Récente polémique lancée par la ministre certes, mais pas nouvelle pour autant.
Alors que la question du mariage et de l’adoption homosexuelle reste le point culminant de l’actualité LGBT, cette simple question du ” Doit-on rendre explicite l’homosexualité dans les manuels scolaires ? ” semble en irriter plus d’un, de droite pour la plupart. Coïncidence ? Interviewée sur I-télé, la ministre aussi intéressante soit-elle ne nous apprend rien de bien nouveau sur ce que nous savons déjà. Mais que penser de cette polémique ? Quelle place pour la communauté homosexuelle dans l’éducation ?

>>>> Article Tétue

Il faudrait rappeler à toutes ces âmes bien pensantes ainsi qu’à ces penseurs et hommes politiques contemporains que la communauté LGBT au XXIème ne devrait plus être considérée comme une minorité, allègrement placée derrière les mots-clés de pornographie, violence sexuelles, j’en passe et des meilleures. J’enfonce très certainement une porte ouverte, mais la polémique semble bien lancée, une belle occasion pour rebondir dessus.

Aux dires de certaines personnes, il n’est pas primordial de savoir si tel ou telle figure historique préfère s’envoyer en l’air avec des personnes de son sexe afin de faciliter l’intégration dès le secondaire des notions d’homosexualité masculines et féminines. Effectivement, libre à chacun de s’intéresser des coucheries des autres qu’elles soient célèbres ou anonymes. Seulement, le problème est beaucoup plus complexe que ça donc, OUI, ça nous regarde. Et j’apposerais le terme d’égalité pour englober une population toute communauté confondue pour ce qui est d’être concernée par cette polémique.

L’identité sexuelle n’est pas que culturelle, elle est ce qui construit une personne dans son ensemble et en particulier lorsque celle-ci souhaite trouver sa place et plus particulièrement dans notre société actuelle. Une société qui prône le brassage des cultures, des religions et des genres ne doit pas relayer la sexualité de ces figures comme simples ragots de couloirs. La culture homosexuelle a une histoire qu’elle soit artistique ou sociale. Passer sous silence la sexualité de certaines personnalités revient donc à les amputer d’une partie de leur passé et plus particulièrement de ce qui les constitue en tant que tel.

Bien sûr, il est facile pour une personne hétérosexuelle (gay-friendly or not) et peu ouverte d’esprit de clamer derrière un petit ton sarcastique :

” C’est quoi la lubie de la gauche avec les homos ? La crise économique actuelle et la situation précaire de la France devrait vraisemblablement être la priorité du gouvernement ! “

Hé ho, gros con, oui parce que tu es un gros con ou une grosse conne, je ne vois pas pourquoi il n’y en aurait pas pour tout le monde, y a pas que la crise dans la vie. Sous prétexte que nous autre, soit disant ” désorienté(e)s sexuels” , faisons revendiquer nos droits avec comme soutien un gouvernement qui ENFIN semble relever la question de l’égalité du mariage pour tous ( n’en déplaise à Natacha Polony, l’institution du mariage à beau être sacrée, il n’y a aucune raison pour qu’elle ne le soit pas également pour les homosexuelles). Mon âme pécheresse tremble rien qu’en pensant que je ne serais plus une citoyenne respectable aux yeux d’un nombre malheureusement impressionnant de réac’ lessivés lorsque la loi sera passée. Je rigole.

 


Tout ça pour dire que finalement si Cocteau, Louis XIII, Socrate, Sappho, Virginia Woolf, Sagan, Catherine Lara (oui c’est la petite plaisanterie, oui mon humour est assez aléatoire j’en conviens, bien que je n’ai rien contre cette brave femme un peu ringarde) ou encore mon ex prof de sport du lycée soient tous gays, lesbiennes, voire bis. Je n’attends pas une explosion de coming-out à la suite de cet article et pourtant ” plus on est de fous, plus on rit ” comme on dit. En particulier dans les manuels scolaires.

 

An Si

 

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*