Image 3

Deux ans…

Vendredi 17 août: Les organisations signataires appelaient aujourd’hui à un rassemblement dans plusieurs villes du monde pour la libération immédiate de Nadejda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Ekaterina Samoutsevitch, membres du collectif punk féministe russe Pussy Riot .

Rapidement arrêtées après leur désormais célèbre happening dans une église, les trois militantes sont accusées de «vandalisme aggravé, d’incitation à la haine religieuse et de sabotage des valeurs et du fondement spirituel du pays».
Lors du simulacre qui leur sert de procès, exhibées derrière des cages en verre, les jeunes femmes plaident «non coupable» et rejettent l’acte d’accusation formulé contre elles. Elles affirment haut et fort que leur action n’avait pas un caractère religieux, mais politique. Leur but: dénoncer l’utilisation de l’Eglise orthodoxe par le régime et plus largement, protester contre Vladimir Poutine et les élections frauduleuses en Russie.  L’avocate de la partie civile préfère plaider l’hérésie :” le féminisme, manifestation non naturelle à l’homme, est un péché”…

Les appels de personnalités politiques et stars internationales à libérer les jeunes femmes se sont multipliés ces dernières semaine. Parmi lesquelles Sting, Madonna, Björk, Yoko Ono ainsi que des députés allemands et la ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti. Peaches a même réalisé cette vidéo pour crier son soutien:

Si les stars s’engagent, cette journée mondiale de soutien ne semble pas avoir harangué les foules. A Paris, place Igor Stravinsky, quelques visages cagoulés bravent la chaleur estivale. Un peu plus d’une centaine de personnes se sont rassemblés ce midi dans la moiteur morose du 4eme arrondissement. Amnesty International, La ligue des droits de l’homme ou encore Osez le féminisme prennent la parole, sous une banderole “FREE PUSSY RIOT” . S’en suivent discours de soutien, exhortations anti-Poutine et rappel de la lutte pour la liberté d’expression. Malgré quelques sifflets et quelques slogans criés, l’atmosphère reste plutôt sage.

Plus tard, les difficultés de connexion rendent difficile le suivi du procès en Russie. La foule attend patiemment le verdict, qui tombe, sans grande surprise. Le procureur requiert deux ans de camp…

Deux ans d’emprisonnement pour deux minutes de chanson…

Lubna
Be Sociable, Share!

One Comment

  1. Sloushy says:

    D’après AllOut, la gay pride vient également d’être interdite pour les 100 prochaines années en Russie. Affligeant :(

    cf: http://www.allout.org/fr/actions/russianriot?akid=822.957609.C0mX7I&rd=1&t=3&utm_campaign=russianriot&utm_content=french&utm_medium=email&utm_source=actionkit

Leave a Comment

*