room

Vatican ou machisme latent ? Être lesbienne à Rome.

« Au milieu de la nuit, en catimini, E va la nove va la douce vie, on s’ira toute la nuit danser le calypso en Italie… ».  C’est sur cet air entraînant du milieu des années 1990 que mon amie et moi sommes parties vers Rome. Rome. Ville que je ne connaissais qu’à travers mes guides que j’avais parcouru avec attention, dans l’impatience d’un voyage  bien mérité.  Lorsque Le Routard me vantait la beauté du Colisée, l’incroyable histoire du Vittoriano et la chaleur des bars à vins, il oubliait un point.  Cette petite homo-antipathie latente.

Loin de moi l’idée de stigmatiser Romaines et Romains. Mais alors qu’à Paris, nos coiffures courtes créent l’indifférence la plus complète, dans la capitale italienne, le malaise s’installe.

Alors on cherche des excuses aux guichetiers, conducteurs de bus, serveurs, personnels du camping [vacances certes, étudiantes toujours] ou passants. « C’est la fin de la saison, ils ne doivent plus supporter les touristes » ou « Peut-être qu’ils n’aiment pas les Français ? »

Mais non.  Est-ce le Vatican installé au cœur de la ville qui influence les locaux ou une vision machiste de la femme qui a envahi le pays ? Quoi qu’il en soit, nos deux mains accrochées ont suscité des sourcils froncés, l’amabilité d’une porte de prison et tentative d’arnaque [non, huit timbres à 0,75 cts ne font pas huit euros. En revanche, côte à côte lorsque nous flânions dans la ville, l’air de rien, robe légère et mini-short , les regards masculins s’arrêtaient mais les raisons en étaient bien différentes…

Angie

 

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

2 Comments

  1. Elione says:

    Je suis allée à Rome cet été, j’ai vu de grands panneaux “publicitaires” pour un “gay village”. Avec un message qui disait quelque-chose comme : “ne vous cachez plus” ou dans cette idée. Je savais pas trop quoi en penser non plus.

  2. timide says:

    VATICAN OU MACHISME LATENT ? ÊTRE LESBIENNE À ROME.

    malgré mon peu d’expérience, c’est quand même un peu une question qui n’a pas lieu d’être quand on sait que la seule question problématique qui se pose concernant le vatican, c’est celle de la corruption et de la pédophilie.

    selon une agréable connaissance romaine, il est dit là-bas, que la seule chose à faire, pour quiconque se déclare catholique, c’est de se tenir à distance du vatican.

    et si t’es lesbienne (ou plus) et que tu flânes à deux dans la ville, l’air de rien, robe légère et mini-short, c’est un peu comme en bas de chez moi, ça va se voir tout de suite.

    être lesbienne ne doit pas vouloir dire être naïve. servir la cause ne doit pas vouloir dire nourrir la propagande et aimer les femmes ne nécessitent pas de sacrifice de soi, de son orientation sexuelle, du désir féminin que l’on peut vouloir ressentir ou s’approprier tout simplement, ni même de la beauté gracieuse que permet le simple fait d’être une femme…

    merci angie pour cet article (bah que je n’ai pas lu du coup) et ciao ciao ! :-)

Leave a Comment

*